Archives par étiquette : oeuvre

Un souvenir métallique du Soldat inconnu : la médaille de Marcel Dammann

Les médailles et les plaquettes évocatrices de la Grande Guerre sont nombreuses. On en dénombre près de deux cents exemplaires dans la collection du dépôt légal conservée au département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Au sein de ce riche fonds, on distingue deux ensembles : d’une part, ce que Charles Saunier nomme la « numismatique de guerre [1]», c’est-à-dire les médailles frappées pendant les évènements, pour soutenir l’effort de guerre, et ce en dépit du rationnement des matières métalliques ; d’autre part, les médailles commémoratives des héros et des grands épisodes militaires de 14-18. Pour ce travail de mémoire, l’Académie des inscriptions et belles-lettres prête son concours au directeur de l’Administration des monnaies et médailles qui est à l’initiative du projet sitôt l’armistice signée.

Dès le 5 décembre 1919, une séance de la Commission des inscriptions et médailles est consacrée à examiner « les conditions dans lesquelles pourrait être entreprise une Histoire métallique de la grande guerre, formant un ensemble d’œuvres commémoratives [2]». Bien que la Commission n’a jamais eu les moyens financiers de soutenir l’entreprise, ni le pouvoir d’imposer quelques noms de médailleurs ou le moindre programme iconographique, les membres, parmi lesquels on trouve Jean Babelon, un académicien pour le moins sensible à l’art de la médaille, et Auguste Patey, membre des beaux-arts et détaché pour l’occasion, sont avisés des projets adressés par les médailleurs et interviennent surtout dans la conception des légendes.

Ce vaste chantier voit les frappes s’étendre de 1919 à 1927. Il occupe aussi une quinzaine de médailleurs dont Marcel Dammann (1885-1939) qui propose en 1923 de rendre hommage au Soldat inconnu.

Marcel Dammann ébauchant la plastiline

Continuer la lecture

Ces signatures homonymiques causes d’erreurs d’attribution

Signature d’A. Falguières

Alexandre Falguière (Toulouse, 1831 – Paris, 1900) appartient à cette brillante génération de sculpteurs de la Troisième République dont la carrière est comblée de commandes, de distinctions et d’un œuvre foisonnant. Or, s’il n’a jamais produit de médailles, ou seulement quelques médaillons de ses proches[1], deux plaquettes pourvues d’une étrange signature sont venues semer le doute sur sa production.

Esméralda, 1909, plaquette uniface, bronze frappé, H. 10,5 x L. 5,9 cm, Paris, Monnaie de Paris, MED 34010. Photo : Monnaie de Paris / DR

Continuer la lecture

La médaille et les épidémies 2/2

2e volet : Récompenser le citoyen. La médaille d’honneur des épidémies (1885-1962)

Nous poursuivons l’exploration de cette thématique (d’actualité) en abordant un autre versant de la médaille. Après avoir vu dans le billet précédent comment la médaille a été employée à commémorer l’épidémie de choléra de 1832, nous vous proposons d’évoquer la question de la distinction accordée aux hommes et aux femmes issus de la société civile qui ont fait preuve de courage et d’abnégation à lutter contre la propagation d’épidémies, encore bien nombreuses à survenir à la fin du XIXe siècle et au cours de la première moitié du XXe siècle. Ainsi, il n’est plus tant question de « médaille » que de « décoration civile » et nous quittons le champ de la numismatique pour celui de la phaléristique. De fait, le format des objets diminue. Ils se garnissent de ruban et surtout d’une épingle pour assurer une fonction de portabilité. L’iconographie a tendance à se réduire à la symbolique républicaine et abandonne aux inscriptions une part non négligeable de son espace.

Hubert Ponscarme, Médaille d’honneur des épidémies, exemplaire en bronze frappé entre 1885 et 1889 par le ministère du Commerce, 27 mm, Coll. part.

Continuer la lecture

La médaille et les épidémies 1/2

1er volet : Commémorer l’épidémie de choléra de 1832

La période de confinement que nous traversons n’est pas joyeuse et le billet que nous publions ici ne réjouira pas davantage l’atmosphère. Nous proposons toutefois un petit focus sur le thème des épidémies de choléra qu’a successivement connues le XIXe siècle et que la médaille a eues pour objectif de commémorer.

En 1832, le choléra se propage en France après un développement en Inde à partir du milieu des années 1820. Les premiers cas sont répertoriés à Paris à la fin du mois de mars. Six mois plus tard, on dénombre près de 100 000 morts en France. Deux médailles commémorent cette tragédie humaine. Commandées par la Ville de Paris dans les derniers mois de l’année 1832, elles sont mises en concurrence en émanant de deux graveurs en médailles parmi les plus réputés de l’époque.

Ursin Vatinelle, Médaille pour service rendu à l’occasion de l’épidémie de choléra qui touche Paris en 1832, 1832, Bronze frappé, D : 6.8 cm, Paris, Musée Carnavalet, ND 4503

Continuer la lecture

Les médailles du paquebot Ile-de-France

L’Art déco, un art de vivre. Le paquebot Île-de-France

Exposition au musée des Années 30, espace Landowski à Boulogne-Billancourt

Horaires : de 11h à 18h, du mardi au dimanche. Prolongation jusqu’au 15 mars 2020

L’exposition que le musée des Années 30 consacre en ce moment au paquebot Ile-de-France se termine très bientôt. Le succès a été au rendez-vous puisque l’événement est prolongé de plus d’un mois. Il ne reste toutefois que quelques jours pour aller découvrir la destinée de ce fameux bateau, fleuron de la Compagnie générale transatlantique qui le met en service en 1927, et l’art de vivre qui est cultivé à bord.

Nous ne reviendrons pas sur les différentes maquettes du bateau, les quelques éléments de décor sauvés de son démantèlement, les pièces de mobilier ou les nombreux menus qui ont été accumulés dans cette présentation didactique et quasiment immersive, mais sur trois médailles qui ont évidemment interpellé notre œil « médaillomaniaque » !

Si au sein de la Marine marchande, il est de tradition de commémorer la mise à l’eau d’un nouveau navire et sa première traversée par la frappe d’une médaille, la Compagnie générale transatlantique n’a jamais dérogé à cette coutume en commandant successivement à Jean de Vernon et à Marcel Renard deux médailles du paquebot Ile-de-France. Les exemplaires, placés dans des petits écrins circulaires, ont été distribués aux membres de l’équipage et aux passagers de marque en assez grande quantité, en témoigne la régularité avec laquelle on en trouve passer en vente. Pour les besoins de l’exposition, la French Lines & Compagnies a prêté des exemplaires issus de ses collections.

Jean Vernon, Médaille du paquebot Ile-de-France, vers 1950, bronze frappé, D. 5,4 cm

La première médaille est signée d’un éminent médailleur, Jean de Vernon (Paris, 1897-1975). Fils de Frédéric de Vernon, il poursuit l’héritage paternel en se formant à la sculpture dans les ateliers de Jules Coutan et d’Hippolyte Lefebvre à l’Ecole nationale des Beaux-Arts. Il ne bénéficie malheureusement pas des conseils de son père, célèbre médailleur issu de la génération du renouveau de la médaille de la fin du XIXe siècle, puisque ce dernier décède en 1912. Sans poursuivre avec autant de brio la manière paternelle, Jean de Vernon dispose d’un talent tout à fait honorable. En 1920, il participe même au Prix de Rome et monte en loge, sans toutefois parvenir à se classer. Il débute ensuite sa carrière avec une première exposition au Salon de 1922.

C’est un médailleur coutumier des commandes de la Compagnie générale transatlantique, puisqu’il réalise en 1935 la médaille commémorative de la première traversée du paquebot Normandie. Puis à la fin des années 1940 et au début des années 1950, s’ensuivent les médailles du paquebot Champlain, du paquebot Liberté et du paquebot Paris, sans oublier celle qui nous préoccupe, la médaille du paquebot Ile-de-France.

Si pour ses premières réalisations, Jean de Vernon associe, au droit, une figure d’Amphitrite avec, au revers, la silhouette du paquebot pris dans une perspective accélérée, ici son choix iconographique le pousse à ne faire figurer sur la face principale de la médaille que le pont avant du paquebot et ces deux imposantes cheminées. Au revers, en jouant sur le nom du navire, il associe l’héraldique de la région éponyme dans la présence d’un écu d’azur aux trois fleurs de lys d’or.

Marcel Renard, Médaille du paquebot Ile-de-France, 1949, bronze frappé, D : 5,4 cm

Issu de la même génération que Jean de Vernon, Marcel Renard (Lyon, 1893 – Paris, 1974) est comme lui un « fils de ». Son père, le sculpteur Léopold Renard, lui donne les premières bases du métier, avant qu’il n’entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon puis à l’Ecole nationale des Beaux-Arts. Second Grand Prix de Rome au concours de gravure en médailles organisé en 1923, Lucien Bazor lui ravit la première place de peu. Il commence alors sa carrière et est rapidement sollicité par la commande publique et privée. Très actif durant l’entre-deux-guerres, son œuvre est marqué par la ligne robuste et les volumes architecturés de l’Art Déco.

Tout comme Jean de Vernon, la Compagnie générale transatlantique sollicite Marcel Renard pour plusieurs créations médaillistiques. Outre les médailles du paquebot Flandre ou du paquebot Colombie, il exécute en 1949 les outillages servant à la frappe de la médaille du paquebot Ile-de-France. Il joue également sur l’héritage héraldique pour symboliser l’Ile-de-France et complète sa composition par une délicate silhouette féminine, assise à gauche et tenant du bout des doigts une fleur, tandis que la nef de la Ville de Paris glisse le long de son bras droit. Malheureusement dans l’exposition, il a été choisi de présenter le revers de cette médaille, où le massif paquebot vogue sur les flots, au-dessus d’un hublot derrière lequel volent trois mouettes, le tout installé sur une carte qui schématise les ports du Havre et de New York.

Sans entrer dans les détails d’une autre commande puisqu’elle n’a pas été intégrée à l’exposition, il faut signaler que Marcel Renard exécute en 1955 la médaille du centenaire de la Compagnie générale transatlantique.

Marcel Renard, Centenaire de la Compagnie Générale Transatlantique, 1955, bronze frappé, D. 6,8 cm
Louis Dejean, Plaquette décernée aux volontaires du paquebot Ile-de-France pour le sauvetage de Greenville, 1953 (date de l’attribution), bronze frappé, H. 8,0 cm – L. 5,2 cm

Enfin, s’il est de tradition de commémorer les lancements de paquebot, il en existe encore une autre d’honorer un navire et ses marins pour leur héroïsme à la suite d’opérations de sauvetage.

Le 20 septembre 1953, le cargo Greenville émet un signal de détresse que perçoit le paquebot Ile-de-France. Malgré une mer déchaînée par un Ouragan, son commandant décide de se porter à son secours et arrive sur zone le 21 septembre. En affrontant des creux de 15 mètres, les mécaniciens d’Ile-de-France parviennent à sauver l’équipage du Greenville et deux jours plus tard, en entrant dans la rade de New York, le paquebot est accueilli sous les sirènes et les jets d’eau des remorqueurs, tandis qu’en France, on distingue le commandant de bord de la croix de la Légion d’honneur, les officiers du Mérite Maritime et les marins de la médaille de Sauvetage.

La plaquette présentée dans un cadre de bois sur velours vert commémore aussi l’événement. Légendée « aux héros la civilisation », elle représente le couronnement d’un homme valeureux, agenouillé devant une Niké qui le couronne de laurier. Cette médaille reprend un type antérieur, imaginé par Louis Dejean en 1912 pour une plaquette commandée par la fondation Carnegie qui s’active dans l’avancement et la diffusion du savoir et de la connaissance. L’iconographie de la plaquette reprend ici le revers de médaille originelle qui est pourvue, au droit, du buste d’Andrew Carnegie (1835-1919) fondateur de cette œuvre de charité. Le cartouche de la plinthe permet quant à lui, d’en actualiser le contexte et signaler l’identité des récipiendaires : « Aux volontaires de l’Ile-de-France sauveteurs du Greenville ».

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Les médailles du paquebot Ile-de-France", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 06/03/2020, https://medaille.hypotheses.org/662.

Des médailles aux écoinçons d’une remise de médaille

Parmi l’exposition fleuve Paris Romantique présentée en ce moment au musée du Petit Palais, il est sûrement une œuvre que peu de visiteurs observent. D’abord parce qu’elle se trouve sur un pan de mur perpendiculaire à la mise à distance et ensuite parce que les objets qui l’entourent sont bien plus fastueux.

Peintre anonyme, Le duc d’Angoulême remettant la médaille de bronze à l’ébéniste François Baudry, 1827, huile sur toile, Paris, Arts décoratifs, inv. 2009.169.1.

Continuer la lecture

La conquête lunaire et la médaille

Si les événements historiques commémorés par la médaille tendent à se raréfier au XXe siècle, il en est un que ce domaine de l’art n’a pas oublié : la conquête de l’espace. À l’aide de cinq médailles issues des balanciers de la Monnaie de Paris, retraçons quelques épisodes de ces exploits de la science, conjugués au courage humain.

André Galtié est le premier médailleur à avoir inscrit sur une rondelle de métal de 7,2 cm de diamètre une des tentatives d’atteindre la Lune par un engin spatial. Le 2 janvier 1952, la petite sonde soviétique Luna 1 ne parvint pas à se satelliser sur l’orbite lunaire. Toutefois, en passant à proximité de l’astre, elle marqua une première étape que Galtié a symboliquement gravée dans le champ de la médaille par un grand pas de l’homme entre la sphère terrestre et la sphère lunaire. La fine légende circulaire qui est disposée au droit de la médaille note à ce titre que « L’homme a dominé l’attraction terrestre ». Au revers, la fusée se propulse dans le cosmos ponctué d’étoiles rayonnantes et de petits astéroïdes, tout en passant devant la Lune.

André Galtié, L’homme a dominé l’attraction terrestre, le 2 janvier 1952, 1968, argent frappé, D : 7,2 cm.

Continuer la lecture

Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !

« Que l’année nouvelle soit pour vous source… jaillissante de joies ». Ainsi reprenons-nous cette formule de la médaille de Bernard Turlan pour débuter 2019 et vous souhaiter une année riche en découverte médaillistique.

Droit de la médaille de Bernard Turlan, 1980 (modèle), bronze frappé à la Monnaie de Paris

Continuer la lecture