Appel à communication – Les médailles de Louis XIV et leur livre

4e colloque international
Monnaie de Paris, 18-20 juin 2020

co-organisation : Monnaie de Paris ; Université du Havre ; BnF-Cabinet des médailles ; Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Trois colloques internationaux Les médailles de Louis XIV et leur livre ont eu lieu : le premier sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France (avril 2015), le deuxième au Château de Versailles (mai 2018), le troisième à la Monnaie de Paris (juin 2019). Les actes du premier, parus en 2016 aux Presses universitaires de Rouen et du Havre, ont été réédités en 2018. Les actes des deux autres sont en préparation.

Dans ce quatrième colloque (Monnaie de Paris, 18-20 juin 2020), on se propose à nouveau d’étudier l’histoire métallique du roi sous tous les angles possibles. Ses médailles furent les plus nombreuses créées pour un seul monarque. L’importance que celui-ci et son gouvernement accordaient à cette entreprise destinée à franchir les siècles ne doit pas être sous-estimée. Son influence sur la production postérieure est évidente. C’est une erreur d’appréciation moderne que de la reléguer dans les bornes d’une étroite spécialité. Le livre en lui-même suscite l’analyse, par ses débats académiques préparatoires, dont les protagonistes méritent d’être mieux connus, comme par leurs résultats. Il aura aussi une postérité, depuis les Médailles du règne de Louis XV de Nicolas Godonnesche (1748) jusqu’aux Médailles sur les principaux événements de l’Empire de Russie de P. Ricaud de Tiregale (1772). L’histoire, l’histoire littéraire, l’histoire de l’art, l’histoire du livre sont invitées à apporter leur éclairage sur ce monument du Grand Siècle. Pour ce quatrième volet, certains thèmes se dessinent, tels « L’Histoire métallique et l’antique » ou « L’Histoire métallique et la mer ». Les procès-verbaux des séances de la Petite Académie, conceptrice des médailles, sont désormais accessibles sur le site de l’Institut de France.

Les propositions de communications sont à adresser pour le 1er janvier 2020 avec brefs CV et bibliographie à yvan.loskoutoff [at] univ-lehavre.fr

Comité d’organisation : Béatrice Coullaré (chargée des collections, Monnaie de Paris), Yvan Loskoutoff (professeur, Université du Havre, Académie des Jeux floraux), Inès Villela-Petit (conservatrice, BnF, département des monnaies, médailles et antiques).

Comité scientifique : Jean-Pierre Babelon (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), Yves-Marie Bercé (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), Peter Burke (professeur, Université de Cambridge), Marie-Claude Canova-Green (professeur, Université de Londres), Olivier Chaline (professeur, Sorbonne Université), Béatrice Coullaré (chargée des collections, Monnaie de Paris), Mark Hengerer (professor doctor, Université de Munich), Sir Mark Jones (Master émérite de Saint Cross College, Université d’Oxford, ancien directeur du Victoria & Albert Museum), Pierre Laurens (Académie des inscriptions et belles-lettres), Yvan Loskoutoff (professeur, Université du Havre, Académie des Jeux floraux), Alexandre Maral (conservateur général, Château de Versailles), James Mosley (professeur, Université de Reading), François Moureau (professeur émérite, Sorbonne Université), François Ploton-Nicollet (professeur, École des chartes), Orest Ranum (professeur émérite, Université Johns-Hopkins), Gérard Sabatier (professeur émérite, Université de Grenoble), Andrea Saccocci (professeur, Université d’Udine), Eric Saunier (maître de conférences, Université du Havre), Laurent Stéfanini (ambassadeur à Monaco, Académie des sciences morales et politiques, Académie des Jeux floraux, Société française de numismatique), Inès Villela-Petit (conservatrice, BnF, département des monnaies, médailles et antiques).

Profusion de porte-monnaie à la Monnaie

Exposition : Chic et utile, l’art du porte-monnaie

Monnaie de Paris, 17 mai au 4 novembre 2019

Commissariat : Claudette Joannis, Béatrice Coullaré, Dominique Antérion

 

Ferme aujourd’hui à la Monnaie de Paris une exposition qui fait la part belle à un écrin dont nous ne pourrions nous passer dans notre usage quotidien de la monnaie métallique : le porte-monnaie.

Porte-monnaie Le Tanneur dit « sans couture », 1905

Grâce à la collection qu’Henri Joannis-Deberne a patiemment rassemblée durant plus de quarante ans et à des prêts exceptionnels du musée Carnavalet, du musée de la nacre à Méru et de quelques grandes maisons de maroquinerie parisiennes, le musée du 11 quai Conti propose en marge de son parcours permanent de revenir sur un accessoire para-numismatique aussi utile que précieux.

En faisant le choix de se concentrer sur un siècle de production compris entre les années 1830 et 1930, l’introduction ne revient que brièvement sur les antécédents du porte-monnaie. Bourses, escarcelles, balantines et réticules ne sont évoqués qu’autour de rares exemplaires dont on retient surtout la riche aumônière qui agrémentait le costume de Sarah Bernhardt dans le rôle de Gismonda. Brodée de fils métalliques, ornée d’une fausse améthyste et pourvue d’un fermoir en cuivre ciselé, elle complétait le costume de la comédienne tout en restant en parfait accord avec ses motifs textiles.

C’est donc au mitan du XIXe siècle qu’apparaît le porte-monnaie dans son acception moderne, allant de pair avec l’émergence d’une puissante classe bourgeoise qui institue de nouvelles règles d’apparence. Le porte-monnaie vient ainsi compléter l’attirail de petits objets issus des arts de la parure dont s’entoure la femme (éventail, porte-bouquet, carnet de bal…) et devient indispensable aux activités économiques des hommes en se transformant rapidement en porte-louis ou en portefeuille pour y contenir, en plus, quelques billets.  

Le parcours de présentation revient sur les différents moments de vie où le porte-monnaie est offert en présent, comme la communion ou le mariage. Il est aussi surprenant de constater que le format miniature, employé dans le jeu d’enfant et notamment dans les attributs de la poupée, se répand pour intégrer très tôt l’usage social de l’objet.

Le porte-monnaie permet encore d’évoquer la diversité des métiers qui interviennent dans sa réalisation. Ce petit objet se trouve en effet au carrefour des arts de la tabletterie, de la maroquinerie, de la ciselure, de l’orfèvrerie, mais aussi de la peinture sur porcelaine ou de la joaillerie pour les plus riches exemples. Les recherches menées dans le cadre de l’exposition ont notamment révélé qu’entre 1847 et 1901, pas moins de 598 brevets relatifs au perfectionnement du porte-monnaie ont été déposés. Retenons le premier, émis dès 1847 par Joseph Poullain, fabricant de bijoux, qui propose un nouveau mécanisme de fermoir plus simple et surtout plus sûr !

Publicité pour fermoirs de porte-monnaie du fabricant H. Didout fils, 1877

L’exposition possède l’avantage didactique de présenter le porte-monnaie autour de grandes typologies. Il se trouve alors décliné sous tous ses matériaux : le galuchat, l’écaille, la nacre, le textile, l’ivoire, la perle, le métal, l’émail, la porcelaine, le plastique, le celluloïd, etc… Si on comprend parfaitement le « chic » que confère l’objet, cette longue énumération peine toutefois à explorer l’« utile ». Beaucoup de questions sur son usage au quotidien nous assaillent, sans que l’on réussisse à trouver les réponses. Tous ces riches porte-monnaie ont-ils vraiment servi ? Au regard de l’état de conservation qui ne révèle aucune trace d’usure, sont-ils vraiment passés de poches en poches, de mains en mains ? Et si tous ces porte-monnaie ne sont qu’apparat, il aurait été appréciable de les voir mis davantage en rapport avec le vêtement et les différentes modes qui l’affectent.

Cette promenade sur le porte-monnaie s’achève sur les plus excentriques d’entre eux. Certains sont multifonctionnels en cumulant un contenant à monnaie avec une trousse de couture ou un nécessaire à manucure. On découvre que des artistes s’y sont intéressés pour y proposer d’innovants décors ornementaux, comme Frédéric de Vernon avec sa plaque Le Rêve. Enfin, les grandes maisons de luxe investissent elles aussi le thème pour mieux le détourner, en témoigne une palette à maquillage Chanel en forme de porte-monnaie matelassé ou le sac du soir Van Cleef & Arpels qui magnifie la forme de la bourse médiévale dans un treillage d’or pourvu d’un cordon ponctué d’anneaux en diamants.

Frédéric de Vernon, Porte-monnaie Le rêve, 1901-1903

De l’exposition, il reste un album et un ouvrage dirigé par Claudette Joannis, intitulé L’histoire du porte-monnaie : c’est dans la poche ! paru aux Éditions Faton.

Appel à communication “Séminaire Collection (Paris, 2020)”

Appel à communication pour le séminaire Collection

Date limite : 08 novembre 2020

(For the english version see below)

Les organisateurs de Collection/Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art, lancent un appel à communication pour les séances mensuelles du séminaire en 2020. Le séminaire Collection entend être un lieu de rencontre qui permet la discussion entre universitaires et conservateurs venus présenter de nouvelles recherches sur tous les sujets relatifs à l’histoire des collections et du marché de l’art. Les communications pourront concerner toutes les époques sans limitations géographiques et aborder par exemple la constitution et la vie des collections, (privées et muséales), les collectionneurs et les acteurs du marché de l’art, autant que des réflexions méthodologiques sur les sources et les outils, y compris numériques.

Chaque séance est formée d’une présentation de 45 minutes suivie d’une discussion. Les séminaires se tiendront, à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), de 18h30 à 20h00, les mardis 18 février, 17 mars, 7 avril, 5 mai et 9 juin. Les dates du 2esemestre seront indiquées ultérieurement.

Les propositions (300 mots) accompagnées d’un CV concis et des dates auxquelles vous n’êtes pas disponibles sont à envoyer avant le vendredi 8 novembre 2019 à collection.seminaire@gmail.com.

https://collection.hypotheses.org

The conveners of Collection/ Seminar for History of Collecting and Art Market (Paris), invite applications for papers for their monthly seminars at the Institut National d’Histoire de l’Art in 2020. The Seminar provides a forum for academics and curators to present and discuss new research on any topic related to collecting and art market in its widest understanding, both chronologically and in terms of subject matter. 

Seminar papers are normally 45 minutes in length followed by an extended discussion, and all the seminars take place at the Institut national d’histoire de l’art (Paris) between 6.30 and 8pm, the 18thFebruary, 17thMarch, 7thApril, 5thMay and 9thJune.

If interested, please send a short text (300 words) and a brief CV, indicating any months when you would not be available to speak, by Friday 8th November 2019. 

We are unable to cover travel or accommodation costs.

For more information and to submit a proposal, please contact collection.seminaire@gmail.com 

https://collection.hypotheses.org

La sociabilité des artistes graveurs : deux organes qu’il reste à étudier

Croquis, La Revue artistique, déc 1910, p. 11

La Société des artistes graveurs en pierre fine français

Entre la fin du XIXe siècle et la première décennie du XXe siècle, les sociétés d’artistes abondent en France. Nombreux sont les artistes à poursuivre les mêmes ambitions, les mêmes idéaux et les mêmes difficultés artistiques, si bien que l’idée de s’associer dans le but de défendre des intérêts communs leur apparaît une solution idéale.

En marge des sociétés de peintres de marine[1], de sculpteurs-modeleurs[2], d’aquarellistes[3] déjà bien connues et étudiées par la recherche universitaire[4], il existe une société fondée le 28 juillet 1910 dans le but de protéger et de promouvoir un art et une catégorie d’artistes souvent oubliés : la gravure en pierres fines et les lithoglyphes.

Nous publions ci-dessous les statuts de cette société dont La Revue artistique relate, dans un article du 1er octobre 1910, les conditions de formation autour d’une dizaine de participants[5].

ARTICLE PREMIER. – Il est formé entre tous les artistes graveurs sur pierre fine français, une société avant pour but la défense des intérêts généraux de cette catégorie d’artistes.

ART. II — La Société prendra le titre de : Société des Artistes Graveurs en pierre fine français.

ART. III. – La Société aura son siège social à Paris, 26, place du Marché-Saint-Honore et pourra être transférée dans un tout autre local.

ART. IV – La Société se composera d’un président, de deux vice-présidents, d’un secrétaire trésorier, élus pour cinq ans par l’assemblée constitutive et rééligibles.

ART. V – Toute modification aux présents statuts ne pourra avoir lieu qu’après un vote conforme d’une assemblée générale, convoquée à cet effet, et après une délibération des trois quarts des électeurs présents.

ART. VI. – Le prix de la cotisation est de 2 francs par an.

ART. VII — Les présents statuts, votés par l’assemblée constitutive, seront déposés conformément à la loi.

Fait et délibéré en l’assemblée générale des Artistes Graveurs sur pierre fine français, le 28 juillet 1910.

Ont élus : Président d’honneur, M. Emile Massard, conseiller municipal ; président, M. Lechevrel ; vice-présidents, MM. Lemaire (Georges) et Lucien Klotz, critique d’art ; secrétaire-trésorier, M. Tonnelier. Conseil juridique, Ed. Weill.

Dans l’état actuel de la recherche, nous n’avons aucune connaissance des activités de la Société des artistes graveurs en pierre fine français, ni si elle a subsisté à la première guerre mondiale.

 

La Société française des artistes graveurs en médailles

Un deuxième organe de sociabilité assez similaire dans son ambition, nous intéresse tout particulièrement, sans que nous bénéficiions à ce jour d’éléments suffisants pour alimenter son historique : la Société française des artistes graveurs en médailles.

Plus ancienne dans sa fondation, puisqu’il semble qu’elle ait été créée au début des années 1880, la Société française des artistes graveurs en médailles fédère davantage d’acteurs. Elle a pour présidents d’éminents médailleurs comme Jules-Clément Chaplain, dont on sait avec certitude l’investissement en 1884 ; Frédéric de Vernon, vers 1910 ; puis Henri Dubois, vers 1919. Un autre nom fameux apparaît encore, celui de Paulin Tasset, secrétaire dans les années 1890.

Sans avoir connaissance de la publication de statuts, cette société joue un rôle non négligeable dans la lutte qui agite les graveurs en médailles de cette époque à revendiquer une liberté de fabrication pour leurs œuvres. Cette réclamation porte notamment sur l’abandon du monopole de frappe que se réserve encore à la fin du XIXe siècle l’institution centrale qu’est la Monnaie de Paris. Leur doléance aboutit à une heureuse fin, puisqu’en 1893, une loi permet la libéralisation du marché de l’édition de médailles.

 

La rédaction de cet article nous sert ainsi à solliciter l’aide de la communauté scientifique et des amateurs de médailles pour faire progresser l’état de la connaissance sur les activités, la structure administrative et les membres de ces deux sociétés. En formulant d’avance des remerciements, nous serions honorée de pouvoir bénéficier de quelques pistes en ce sens.

 

[1] La Société des Peintres de la Mer est active à Dieppe.

[2] L’Union artistique des sculpteurs-modeleurs est fondée à Paris en 1890.

[3] La Société d’aquarellistes français, active entre 1879 et 1896, organise des expositions thématiques autour du pastel à la galerie de Paul Durand-Ruel.

[4] Le programme de recherche de l’INHA Les Sociétés des amis des arts, de 1789 à l’après-guerre a référencé plus d’une soixantaine de sociétés d’artistes implantées sur tout le territoire français. Nous renvoyons à la carte interactive qui permet ensuite d’accéder aux notices documentaires de ces organes de sociabilité. http://bit.ly/2Pqz27v

[5] Lucien Klotz, « Information – les graveurs en pierres fines », La revue artistique, n° 1, octobre 1910, p. 9. Étaient présents : MM. Tonnelier, G. Lemaire, Godet, Lechevrel, Jamain, Douvron, Pétremant, Horvatte, Klotz, E. Weill.

Des médailles aux écoinçons d’une remise de médaille

Parmi l’exposition fleuve Paris Romantique présentée en ce moment au musée du Petit Palais, il est sûrement une œuvre que peu de visiteurs observent. D’abord parce qu’elle se trouve sur un pan de mur perpendiculaire à la mise à distance et ensuite parce que les objets qui l’entourent sont bien plus fastueux.

 

Peintre anonyme, Le duc d’Angoulême remettant la médaille de bronze à l’ébéniste François Baudry, 1827, huile sur toile, Paris, Arts décoratifs, inv. 2009.169.1.

Cette toile d’un peintre anonyme montre le duc d’Angoulême, fils de Charles X, remettant une médaille de bronze à l’ébéniste François Baudry en reconnaissance de son talent et des progrès qu’il vient d’apporter à l’industrie du bois. Nous sommes en 1827, dans le contexte de la troisième Exposition des produits de l’industrie où cet ébéniste de renom présente un lot de meubles conçus à la dernière mode. Cet ensemble mobilier constitue le décor de la scène : à droite, une commode à vantaux ; un fauteuil tendu de drap de laine cramoisi ; à l’arrière, un lit nacelle ; et tout au fond, un secrétaire triomphalement surmonté d’un trophée inscrit « EXPOSITION de 1827 ». L’invention de François Baudry réside dans la mise au point d’une technique du plaquage de bois clair, incrusté de filets d’essence plus sombre, sur un bâti aux courbes généreuses. Il faut en outre signaler que la plupart de ces objets, notamment le lit nacelle, est conservé à Paris, au musée des arts décoratifs, tout comme cette toile acquise en vente publique en 2009.

Mais revenons-en à la scène. Elle montre l’ébéniste, en frac noir, se tenant seul devant le duc d’Angoulême qui lui remet directement la médaille, de la main à la main, sans qu’elle ne soit contenue dans un écrin et surtout sans véritable cérémonie. En comparaison, on pense à la distribution des récompenses aux artistes du Salon de 1824, que François Joseph Heim a immortalisé dans une large toile.

François Joseph Heim, Charles X distribuant des récompenses aux artistes à la fin du Salon de 1824, 1825, huile sur toile, Paris, musée du Louvre.

C’est une véritable foule qui entoure Charles X, de façon bien plus réaliste que la confrontation intimiste qui nous occupe entre un protecteur de l’art et un artisan. D’ailleurs, pour rétablir la vérité historique, en 1827, la cérémonie de remise de récompenses aux meilleurs exposants se déroule bien aux Tuileries. Nous sommes donc en présence d’une scène complètement recomposée, voire complètement imaginée. Le caractère naïf de la représentation encourage à penser qu’elle a été produite dans l’entourage de Baudry pour en conserver le souvenir. Malgré le caractère rudimentaire de la technique picturale, le dessin a également servi à illustrer les en-têtes de la correspondance de l’artisan, comme l’indique une notice d’Odile Nouvel.

En dépit de toutes les critiques que nous venons de formuler, pourquoi cette œuvre insignifiante reste-elle intéressante ? Il faut pour cela dépasser la scène principale et porter son attention sur un détail, ou plutôt sur quatre détails placés aux écoinçons du tableau. On y distingue quatre reproductions de médailles dont nous proposons d’identifier les types.

Commençons en haut à droite. L’effigie de profil à gauche correspond tout simplement au portrait du duc d’Angoulême gravée par François Caunois en 1823 à l’occasion de son retour de la campagne d’Espagne et de son entrée triomphale à Paris le 2 novembre 1823. Le buste conçu par le graveur en médailles est tout en simplicité : col nu, les cheveux bouclés, le maxillaire couvert d’une rouflaquette. Le seul élément qui confère toute la dignité au personnage réside dans la couronne de laurier.

François Caunois, Portrait du duc d’Angoulême, 1823, bronze frappé (exemplaire emprunté à la collection du musée Carnavalet, ND 4263).

Poursuivons en haut à gauche. Le champ de la médaille est constitué de la République française, coiffée d’un bonnet phrygien, tenant plusieurs couronnes de laurier et d’une personnification de l’Industrie, les bras chargés d’un caducée et d’un gouvernail. Comme toujours dans la médaille, la légende permet d’en comprendre la destination : les « encouragemens et récompenses à l’industrie ». Cette composition a en effet été imaginée par Benjamin Duvivier pour servir dès la première Exposition de l’industrie qui s’est tenue en 1799.

Détail de l’écoinçon supérieur gauche du tableau

Benjamin Duvivier, Médaille utilisée dès la première Exposition de l’industrie en 1799, modèle daté de 1799, médaille biface, bronze frappé, d : 5,5 cm (exemplaire emprunté à la collection du musée Carnavalet, ND 2575).

Quant aux deux médailles du registre inférieur, pour l’instant nous n’avons pas encore identifié de manière incontestable leur modèle métallique. Toujours est-il qu’elles font référence à une Minerve protectrice de l’agriculture, du commerce et des arts ou à une tout autre matrone assise sur un imposant trône, dispensatrice de couronnes de laurier et entourée d’une multitude d’instruments et d’outils. 

Parmi ces quatre types de médailles, un, voire deux d’entre eux, garnit sûrement une face de la récompense remise à François Baudry. L’objet en question, de dimension réduite par nature, n’est évidemment pas identifiable, en plus d’être caché par les mains gantées qui s’avancent pour donner tandis que l’autre se tend pour recevoir. Ces quatre médailles placées aux écoinçons du tableau ont donc une réelle utilité : dévoiler la surface d’une récompense et valoriser une scène qui rend compte de son usage.

La conquête lunaire et la médaille

Si les événements historiques commémorés par la médaille tendent à se raréfier au XXe siècle, il en est un que ce domaine de l’art n’a pas oublié : la conquête de l’espace. À l’aide de cinq médailles issues des balanciers de la Monnaie de Paris, retraçons quelques épisodes de ces exploits de la science, conjugués au courage humain.

André Galtié est le premier médailleur à avoir inscrit sur une rondelle de métal de 7,2 cm de diamètre une des tentatives d’atteindre la Lune par un engin spatial. Le 2 janvier 1952, la petite sonde soviétique Luna 1 ne parvint pas à se satelliser sur l’orbite lunaire. Toutefois, en passant à proximité de l’astre, elle marqua une première étape que Galtié a symboliquement gravée dans le champ de la médaille par un grand pas de l’homme entre la sphère terrestre et la sphère lunaire. La fine légende circulaire qui est disposée au droit de la médaille note à ce titre que « L’homme a dominé l’attraction terrestre ». Au revers, la fusée se propulse dans le cosmos ponctué d’étoiles rayonnantes et de petits astéroïdes, tout en passant devant la Lune.

André Galtié, L’homme a dominé l’attraction terrestre, le 2 janvier 1952, 1968, argent frappé, D : 7,2 cm.

Bernard Laborie rend quant à lui hommage aux trois astronautes de la mission Apollo VIII qui effectuèrent le premier voyage circumlunaire le 24 décembre 1968. Comme de tradition dans la médaille, c’est l’avers qui supporte les profils accolés des trois hommes. Leur combinaison, brodée du logo de la NASA et de leur nom, nous rappelle l’identité de l’équipage. De gauche à droite, figurent Frank Borman, James Lovell puis William Anders, la mine très concentrée vers leur objectif qui est finement présenté en haut à droite. Un bout de Lune constellé de nombreux cratères se trouve en effet dans leur ligne de mire. Au revers, ces cratères sont d’autant plus saillants et correspondent à la manière quelque peu heurtée de Bernard Laborie.

Bernard Laborie, Apollo VII. Premier voyage circumlunaire, Noël 1968, 1983, argent frappé, D : 6,8 cm.

L’événement dont nous commémorons actuellement le cinquantenaire n’est autre que le premier pas de l’homme sur la Lune. Ces fameuses traces de bottes dans la poussière lunaire sont précisément représentées au revers de la médaille, sous la date et même l’heure française de l’exploit : le 21 juillet 1969 à 2h56. Sur le droit de la médaille, Guy-Charles Revol a choisi de fixer le moment où Neil Armstrong planta le drapeau américain. Mais avec une grande subtilité, le médailleur a composé une image réfléchie dans le scaphandre même de Buzz Aldrin d’où le pourtour incertain de la composition, qui reprend en fait l’aspect de la combinaison spatiale, puis la surface lisse du casque.

Guy-Charles Revol, Les premiers pas de l’homme sur la Lune, 21 juillet 1969, 1979, argent frappé, D : 6,8 cm.

Plus réaliste est le registre de la médaille suivante. Elle retrace, à l’avers, le décollage puis, au revers, l’atterrissage de la navette spatiale Columbia depuis Cap Canaveral à la base Edwards en Californie entre le 12 et le 14 avril 1981. Les inscriptions se montrent ici très bavardes. Elles nous donnent le nom du capitaine et du pilote, le temps de vol, la vitesse et le point culminant de l’orbite atteinte. Peu de place est ainsi laissée à la figuration du vaisseau qui doit en plus composer avec l’important volume de fumée que dégagent ses réacteurs lors du décollage et la foule venue acclamée son retour.

Karol Lacko, Aller-retour de la navette spatiale Columbia, 1982, argent frappé, D : 6,8 cm

Enfin, pour rendre hommage à l’investissement des spationautes français, Isabelle Very a portraituré Patrick Baudry et Jean-Loup Chrétien dans une médaille commémorant la mission franco-soviétique qui s’est déroulée du 24 juin au 2 juillet 1982. L’effigie des deux cosmonautes, prêts au décollage puisqu’ils portent déjà leur imposante combinaison, a été élaborée à partir des images faites par une agence de presse russe à l’occasion d’un reportage en préfiguration de leur départ. La photographie ayant le plus circulé les montre posant assis devant le vaisseau Soyuz T6 qu’Isabelle Very a préféré disposer au revers de sa médaille. Dans l’espace céleste, Soyuz T6 rejoint ainsi la station orbitale Salyut 7. Autour de ces deux satellites artificiels, le vide spatial est figuré par de larges tourbillons qui animent le champ de la médaille. Celui-ci conserve d’ailleurs une surface mate comme pour correspondre à l’obscurité du système solaire.

Isabelle Very, Patrick Baudry et Jean-Loup Chrétien, premiers spationautes français de la mission scientifique franco-soviétique, 24 juin – 2 juillet 1982, 1983, argent frappe, D : 7,2 cm.

Novosti (the Russian news agency), Jean-Loup Chrétien and Patrick Baudry, 1981, black and white photo, 18 x 24 cm.

Ces cinq exemples témoignent de la fascination que les hommes ont eue pour les différents épisodes de la conquête lunaire et la médaille, qui par destination historique sert à conserver en mémoire les hauts faits de l’humanité pour les transmettre à la postérité, a ici pleinement joué son rôle.

Référence visuelle :

Les cinq objets ayant servi à illustrer cet article sont issues d’un cadre de vingt-neuf médailles, conservé dans les collections du musée du Septennat de Château-Chinon (inv. 58 DFM FRA 357).

Ce cadre, offert en 1983 à François Mitterrand, alors président de la République française, commémore le bicentenaire de la conquête de l’espace.

Référence bibliographique :

Hubert Curien, « L’espace dans un fauteuil », Bulletin du Club français de la médaille, n° 90-91, 1er et 2e trimestre 1986, p. 18-19.

Appel à communication : « Collectors and scholars : the numismatic world in the long 19th century »

Colloque international : Tübingen, Eberhard Karls Universität, 16 et 17 avril 2020

Date limite des réponses : 31 octobre 2019

Le colloque qui se tiendra à Tubingen en avril 2020 se penchera sur deux types d’acteurs qui ont été décisifs pour le progrès de la numismatique au XIXe siècle : le collectionneur et l’érudit.

En rappelant que les années 1830-1850 voient se multiplier les fondations de sociétés savantes et de revues numismatiques, se répandre une étude consciencieuse des collections publiques par la publication de catalogues et se constituer des collections spécifiquement monétaires, ce colloque ambitionne de comprendre en quoi ces évolutions ont eu un impact sur la discipline.
L’appel à communication se destine aux numismates, historiens, archéologues, anthropologues et historiens de l’art pour ambitionner une exploration large du sujet, couvrant la numismatique antique, médiévale et moderne.

Pour plus d’information, se reporter à l’appel à communication (lien ci-dessous).

Tübingen 2020

La médaille française sous Henri II

Exposition : Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

La commémoration des cinq cents ans de la naissance d’Henri II (1519-1559) est l’occasion pour le musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye de revenir sur ce roi que la postérité a eu tendance à oublier entre les fastes de son père, François Ier, et les frasques de son épouse, Catherine de Médicis. Si l’exposition revient en grande partie sur son entourage, son action en matière d’architecture pour la transformation du château de Saint-Germain-en-Laye ainsi que ses abords et sur les fastes de la vie de cour, une petite section est consacrée aux progrès de l’industrie monétaire et à l’essor créatif de l’art de la médaille au milieu du XVIe siècle.

Dans la chapelle, se déploie une vitrine circulaire qui met en valeur une vingtaine d’objets métalliques de façon édifiante. Le dispositif de présentation a choisi une présentation qui fait en quelque sorte « léviter » les médailles grâce à de très fines pattes métalliques. L’exemplarité de la présentation ne vient pas uniquement de cette association harmonieuse qui attire l’œil du visiteur dès lors qu’il pénètre dans la chapelle, mais aussi du choix qu’il a été fait de présenter à la fois des médailles, des coins et des poinçons pour révéler les progrès techniques de l’époque en matière de gravure et de mécanisation de la frappe.

Vitrine des médailles au sein de l’Exposition Henri II au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.
Médaille, poinçon partiel de revers et matrice de revers de L’Alliance avec l’Allemagne en 1552. Objets provenant de la Monnaie de Paris et du musée national de la Renaissance.

Au début du règne d’Henri II, la monnaie est encore frappée au marteau, engendrant des pièces irrégulières, susceptibles d’être rognées, comme le montre dans l’exposition l’écu d’or à l’effigie du roi daté vers 1549. Le connétable Anne de Montmorency s’active alors à trouver le moyen de limiter la contrefaçon monétaire. Le 31 janvier 1549, une ordonnance rédigée à Saint-Germain-en-Laye impose en premier lieu que toutes les espèces du royaume de France soient frappées d’après de nouveaux coins. On doit leur gravure à Marc Béchot (1520-1557) qui devient, par lettres patentes du 1er août 1547, le premier graveur général des Monnaies d’une longue lignée. Anne de Montmorency préconise également au roi d’appliquer à la production monétaire française les progrès qui viennent d’être faits par les orfèvres d’Augsbourg. Préalablement à l’opération de frappe, leur laminoir prépare les plaques de métal qui sont ensuite détaillées à l’aide de coupoirs. Chaque flan est alors forgé sous le balancier offrant désormais des pièces parfaitement rondes et pourvue d’un fort relief. En 1550, Guillaume de Marillac, intendant des Finances, se rend en compagnie d’Aubin Olivier, mécanicien actif à Paris, à Augsbourg pour étudier ces nouveaux procédés. Ils reviennent à Paris avec plusieurs machines qu’ils installent aux logis des Étuves, que Natalis Rondot situe à l’extrémité occidentale de l’île de la Cité, c’est-à-dire sur l’actuel quai de l’Horloge. L’emplacement forge le nom de la nouvelle institution, la Monnaie du Moulin des Étuves, définitivement autorisée en juillet 1553. Ainsi produits, les nouveaux types sont présentés au Roi qui juge la gravure « singulière, subtile et excellente ».

Écu d’or, teston de la Monnaie des Étuves et ordonnance de 1554.

Le court texte de la vitrine rappelle de manière efficace l’origine de la médaille, son introduction en France sous le règne de Charles VII et la maigre production sous Louis XII et de François Ier pour insister sur la mise en place d’une politique proactive en matière de création et de diffusion. Au-delà des courtes descriptions et des commentaires historiques sur les évènements qu’ils commémorent, les médailles elles-mêmes évoquent cette recherche dans la conception des effigies du souverain et de sa famille qui laissent transparaître plus de naturel. Au revers, les allégories et les compositions symboliques prennent davantage d’ampleur pour rappeler quelques traités d’alliance ou victoires militaires, comme La Trêve de Vaucelles, signée le 5 février 1556, où les silhouettes équestres d’Henri II et de Charles Quint se serrent la main, surmontés d’une Renommée et entourés de leur armée respective.

S’il ne fallait retenir qu’une médaille, c’est bien cet étonnant exemplaire attribué à Jacques Rouaire (vers 1520-1571), maître orfèvre de Troyes, provenant des collections du musée des Beaux-arts de Lyon. Elle contient quatre bustes superposés à droite d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce (nous donnons la description du premier plan au dernier). Si le contexte de sa réalisation et sa signification restent énigmatiques, cette médaille n’en demeure pas moins fascinante dans le foisonnement des détails de l’armure ou du drapé à l’antique que revêt chaque buste et le traitement consciencieux de chaque physionomie. Il faut toutefois préciser un élément technique que le cartel ne mentionne pas. Cette médaille est réalisée par le biais du modelage et de la fonte, processus qui permet à l’artiste de tels détails et de se conformer aux progrès qui se jouent en même temps dans l’art du portrait.

Jacques Rouaire, Médaille aux effigies d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce, avant 1559, Lyon, musée des beaux-arts.

Cette petite présentation a donc le grand mérite de nous dévoiler une série métallique cohérente, qui, sans prétendre prendre la forme d’une histoire métallique, encourage la Monnaie des Médailles au XVIIe siècle à refaire et parfaire certains types, pour servir de jalon à la composition de celle de Louis XIV.

Pour rappel :

Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

Référence bibliographique :

Natalis Rondot, Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, Paris : A. Leroux, 1904.

Colloque international : Les médailles de Louis XIV et leur livre

3e colloque international

Hôtel de la Monnaie, 11 quai de Conti, 75006 Paris

13-15 juin 2019

Inscriptions sur le site de la Monnaie de Paris

co-organisation : Monnaie de Paris ; Université du Havre (GRIC) ; BnF-Monnaies, médailles et antiques ; Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Comité d’organisation : Béatrice Coullaré (Conservatrice, Monnaie de Paris), Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre, Académie des jeux floraux), Inès Villela-Petit (Conservatrice, BnF-Monnaies, médailles et antiques).

Comité scientifique : Reynald Abad (Professeur, Université de Paris IV-Sorbonne), Jean-Pierre Babelon (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), Yves-Marie Bercé (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), Peter Burke (Professeur, Université de Cambridge), Marie-Claude Canova-Green (Professeur, Université de Londres), Olivier Chaline (Professeur, Université de Paris IV-Sorbonne), Béatrice Coullaré (Conservatrice, Monnaie de Paris), Frédérique Duyrat (Directrice, BnF-Monnaies, médailles et antiques), Torsten Fried (Professor Doctor, Münzkabinett, Schwerin, Ernst-Moritz-Arndt Universität, Greifswald), Mark Hengerer (Professor Doctor, Université de Munich), Sir Mark Jones (Master émérite de Saint Cross College, Université d’Oxford, ancien directeur du Victoria & Albert Museum), Pierre Laurens (Académie des inscriptions et belles-lettres), Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre, Académie des Jeux floraux), Alexandre Maral (Conservateur général, Château de Versailles), James Mosley (Professeur, Université de Reading), François Ploton-Nicollet (Professeur, École des chartes), Hélène Rabaey (Maître de conférences, Université du Havre), Orest Ranum (Professeur émérite, Université Johns-Hopkins), Gérard Sabatier (Professeur émérite, Université de Grenoble), Andrea Saccocci (Professeur, Université d’Udine), Eric Saunier (Maître de conférences, Université du Havre), Marie-Christine Skuncke (Professeur, Université d’Uppsala), Laurent Stéfanini (Ambassadeur près l’UNESCO, Académie des sciences morales et politiques, Académie des Jeux floraux, Société française de numismatique), Inès Villela-Petit (Conservatrice, BnF-Monnaies, médailles et antiques).

Argument : Un premier colloque international Les médailles de Louis XIV et leur livre a eu lieu sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France en avril 2015. Les actes ont été publiés en 2016 aux Presses universitaires de Rouen et du Havre puis réédités en 2018. Un deuxième colloque international de même intitulé s’est tenu au Château de Versailles en mai 2018. Les actes sont en cours de préparation. Un troisième colloque international Les médailles de Louis XIV et leur livre se déroulera à la Monnaie de Paris du jeudi 13 juin au samedi 15 juin 2019.

     On se propose à nouveau d’étudier l’Histoire métallique du roi sous tous les angles possibles. Ses médailles furent les plus nombreuses créées pour un seul monarque. L’importance que celui-ci et son gouvernement accordaient à cette entreprise de propagande confiée à la Petite Académie ne doit pas être sous-estimée. Son influence sur la production postérieure est évidente. C’est une erreur d’appréciation moderne que de la reléguer dans les bornes d’une étroite spécialité. Le luxueux livre de cette Histoire métallique, publié en 1702 puis en version augmentée en 1723 par l’Imprimerie royale, suscite l’analyse par ses débats académiques préparatoires, dont les protagonistes méritent d’être mieux connus, comme par leurs résultats. Il aura aussi une vaste postérité, on pense parmi d’autres aux Médailles du règne de Louis XV de Nicolas Godonnesche (1748) ou aux Médailles sur les principaux événements de l’Empire de Russie de Pierre Ricaud de Tiregale (1772). L’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire littéraire, l’histoire du livre sont invitées à apporter leur éclairage sur ce double monument du Grand Siècle.

JEUDI 13 JUIN 2019

14h30- Accueil

Président de séance : Yves-Marie Bercé (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

ÉTUDES DE SYNTHÈSE

15h- Inès Villela-Petit (Conservatrice, BnF-Monnaies, médailles et antiques), Les cent quarante bannières, Du Te Deum de 1691 aux trophées d’armes de l’Histoire métallique.

15h40- Pierre Couhault (Centre Roland Mousnier, UMR 8596), Le Moyen-Âge à la cour d’Apollon : hommage, blason et chevalerie dans les Livres des médailles de Louis XIV.

16h20-Pause

16h50-. Fabrice Charton (Docteur EHESS, Professeur, Lycée français d’Alger), La Méditerranée dans l’Histoire métallique de Louis XIV.

17h30- Daniela Del Pesco (Professeur, Université de Rome), Hercule dans l’Histoire métallique de Louis XIV

VENDREDI 14 JUIN 2019

Président de séance : Béatrice Coullaré (Conservatrice, Monnaie de Paris)

ÉTUDES DE DÉTAIL

9h- Marie-Claude Canova-Green (Professeur, Université de Londres), La médaille de l’« Establissement de Saint Cyr ».

9h40- Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre, Académie des Jeux floraux), La médaille de « La régence de la Reyne Mère ».

10h20-Pause

10h50- Christian Charlet (Ancien haut fonctionnaire, conseiller numismatique du prince de Monaco, Société française de numismatique), Les médailles de Casal dans l’Histoire métallique et leurs précédents monétaires.

11h30- Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne), L’Aurore et le crépuscule. La médaille de la princesse de Conti (François Chéron, 1696).

12h10-Déjeuner

Président de séance : Inès-Villela-Petit (Conservatrice, BnF- Monnaies, médailles et antiques)

ÉTUDES DE DÉTAIL (suite)

14h30- Mark Jones (Ancien directeur du Victoria & Albert Museum, Ancien Master de Saint Cross College, Oxford), « Le Roy d’Angleterre receu en France » the Medal for James II Stuart and the Project of Medal for James III Stuart.

VARIA

15h10- Mark Hengerer (Professeur, Université de Munich), Torsten Fried (Conservateur, Münzkabinett, Schwerin, Professeur, Ersnt-Moritz-Arndt Universität, Greifswald), Présentation du catalogue en cours des types de médailles des séries de l’Histoire métallique de Louis XIV.

15h50- Robert Wellington (Maître de conférences, Université nationale d’Australie), La fabrication des médailles de Louis XIV.

16h30-Pause

17h00- Léa Gagnon (Doctorante, Université du Havre-GRIC), L’Histoire métallique de Louis XIV et les tapisseries du roi.

17h40- Gérard Sabatier (Professeur émérite, Université de Grenoble), L’autre médaillier de Louis XIV, la galerie des glaces de Versailles.

18h20- Marco Callegari (Conservateur, Musée Bottacin, Padoue), Imperialium numismaticum inscritionibus contextum : il panegirico a Luigi XIV di Giovanni Antonio Mezzabarba Birago (Paris, 1703).

SAMEDI 15 JUIN 2019

Président de séance : Marie-Claude Canova-Green (Professeur, Université de Londres)

LES CONTRIBUTEURS DE L’HISTOIRE MÉTALLIQUE DE LOUIS XIV

9h00- Jean-Pascal Lassire (Professeur au lycée François Ier du Havre), François Charpentier, contributeur de l’Histoire métallique de Louis XIV (1694-1702).

9h40- Léa Lemesle (Master 2, Université du Havre), L’Abbé Renaudot, contributeur de l’Histoire métallique de Louis XIV (1694-1702).

10h20-Pause

10h50- Jean-Pascal Lassire (Professeur au lycée François Ier du Havre), L’Abbé Tallemant, contributeur de l’Histoire métallique de Louis XIV (1694-1702).

11h30- Yvan Loskoutoff, (Professeur, Université de Havre, Académie des Jeux floraux), André Dacier, contributeur de l’Histoire métallique de Louis XIV (1694-1702).

12h10-Déjeuner

Président de séance : Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre, Académie des Jeux floraux).

APRÈS L’HISTOIRE MÉTALLIQUE DE LOUIS XIV

14h30- Charlotte Rousset (Doctorante, Université de Lille), Les livres de médailles du règne de Louis XV : vers une nouvelle histoire métallique du souverain.

15h10- Jean-Christophe Blanchard (Ingénieur de recherches CNRS-Université de Nancy), ‘Le Prince à genoux’ devenu Empereur : analyse de quelques médailles de Louis XV et de François Ier de Lorraine.

15h50- Laurent Stéfanini (Ambassadeur de France près l’UNESCO, Académie des sciences morales et politiques, Académie des Jeux floraux, Société française de numismatique), La Corse devient pays d’Etat français, La médaille de Louis XV « Rex Christianissimus » pour la libération de la Corse en 1770.

16h30- Pause.

17h00- William Eisler (Chercheur indépendant, Genève), L’Histoire métallique de Napoléon Ier, médailles frappées et sur papier.

17h40- Katia Schaal (Doctorante, Ecole du Louvre-Université de Poitiers, EA 4270 CRIHAM), L’Histoire métallique du comte de Chambord (1820-1883) : profils, allégories et inscriptions en faveur de l’héritier puis du prétendant au trône.

18h20- Conclusions

18h30- Fin du colloque.

Conférence : Les chaînes de Louis XIV

Jean Warin (1607-1672), Droit de la médaille en or à l’effigie de Louis XIV, 1672, BnF, département des Monnaies, Médailles et Antiques. Photo : Christie’s

Cycle de conférences « Trésors de Richelieu »

29 janvier 2019 – 18h15 à 19h30

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

En juin 2017, le Département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil, et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité, arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français. La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

Intervenants

  • Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne)
  • Inès Villela-Petit (BnF-Cabinet des Médailles)

https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2019/janvier-2019/tresors-de-richelieu-les-chaines-de-louis-xiv.html

Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !

« Que l’année nouvelle soit pour vous source… jaillissante de joies ». Ainsi reprenons-nous cette formule de la médaille de Bernard Turlan pour débuter 2019 et vous souhaiter une année riche en découverte médaillistique.

Droit de la médaille de Bernard Turlan, 1980 (modèle), bronze frappé à la Monnaie de Paris

Cette imposante médaille de dix centimètres de diamètre, confectionnée en 1980 à la suite d’une idée de Pierre Dehaye, directeur de la Monnaie de Paris d’alors, a trouvé une concrétisation originale sous le burin de Bernard Turlan. Cet authentique graveur en médailles, car spécialiste de gravure en taille directe, nous propose une iconographie fourmillante et détonante, à la hauteur des vœux que l’on voudrait souhaiter à son entourage.
Dans un éclat de lignes acérées et rayonnantes que réussit tout particulièrement à conserver une mise en œuvre de l’outillage pour le biais de cette technique, une silhouette féminine émerge d’un fond foisonnant. Véritable allégorie d’une année qu’on espère pleine de ravissement, elle se trouve auréolée d’une imposante chevelure tandis que son visage et sa gorge ont été composés grâce à la réserve conservée dans le métal. Autour d’elle, les flocons de neige se mêlent encore aux pierreries et aux plumes.
Parmi ce décor, la légende a délibérément été rejetée sur le côté droit du champ. Elle reste surtout en suspens sur le terme « Source… », de manière à laisser au spectateur tout loisir d’espérer ce que bon lui semble, avant de retourner l’objet au creux de sa main pour y découvrir la suite. En effet, le vœu s’achève sur le revers de la médaille et comme le suggère l’inscription, l’iconographie se veut « jaillissante de joies ».

Revers de la médaille de Bernard Turlan

Deux corps de danseurs se font face dans un pas d’arabesque explosif. La composition du revers se poursuit donc sur ce rythme éclatant et refusant tout effet d’axialité. Seule une ligne d’exergue, sous laquelle vient se placer la signature de Bernard Turlan, rappelle la lointaine convention de la médaille. L’effet d’éclat provient enfin du choix du matériau : un bronze florentin. L’alliage métallique tient sa coloration jaune et particulièrement lumineuse dans la faible quantité d’étain associé au cuivre.

Un exemplaire de cette médaille se trouve notamment dans la collection du musée du Septennat de Château-Chinon, en ayant servi de cadeau remis à François Mitterrand en 1983.

Colloque autour de la nouvelle galerie des sculptures du Petit Palais

Jeudi 8 novembre 2018, de 10h à 18h

Un colloque est organisé à l’auditorium du musée des beaux-arts de la ville de Paris – Petit Palais, autour de la nouvelle galerie des sculptures qui sera inaugurée à l’issue des communications.

La sculpture triomphante : 1850-1880 (10h/12h)

10h – Accueil de Christophe Leribault, directeur du Petit Palais et Louis de Bayser, président de Fine Arts Paris

10h15/11h – Table-ronde autour de La sculpture triomphante : 1850-1880, présidée par Antoinette Le Normand-Romain, conservateur général honoraire du patrimoine

Intervenants : June Hargrove (Professeur Émérite, the University of Maryland, College Park), Édouard Papet (conservateur général au musée d’Orsay) Philip Ward-Jackson (historien d’art indépendant, ex-Conway Librarian, Courtauld Institute of Art, Londres)

11h/11h30 – Rodin, Carrier-Belleuse et Michel-AngeAntoinette Le Normand-Romain, conservateur général honoraire du patrimoine.

11h30/12h – Alfred-Emilien de Nieuwerkerke : un sculpteur à la tête des musées sous le Second EmpireArnaud Bertinet, Maître de conférences en histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne HiSCA

De la ville au musée : la sculpture monumentale du XIXe siècle (14h30/18h)

Ouverture : 14h30 – par Claire Barbillon, directrice de l’École du Louvre

1ère session : Les monuments dans la ville, la sculpture monumentale à l’épreuve de la commande (1880-1914) – présidée par Claire Barbillon

14h45 – Peut-on parler d’une sculpture du genre au XIXe siècle ?Michaël Vottero, conservateur régional adjoint des monuments historiques DRAC Bourgogne-Franche-Comté, chercheur associé du Centre Georges Chevrier (UMR7366)

15h05 – Des bêtes et des hommes : les sculptures à la ménagerie du Jardin des Plantes, Maria P. Gindhart, maître de conférences en histoire de l’art, Georgia State University (Atlanta) (conférence en anglais)

15h25 – Fêtes et rituels autour du monument public : la commande et la distribution de médailles d’inaugurationKatia Schaal, doctorante en histoire de l’art, École du Louvre, Université de Poitiers, INHA

15h45 – La sculpture monumentale russe, entre logiques nationales et influences étrangères (1860- 1917)Nicolas Laurent, doctorant en histoire de l’art, Université Paris-Nanterre

Pause : 16h05 – 16h30

2e session : La sculpture monumentale au musée

Ouverture : Christophe Leribault, directeur du Petit Palais

16h30 / 17h15 – Table ronde La sculpture dans les musées de beaux-arts aujourd’hui

Intervenants : Stéphanie Deschamps-Tan (conservatrice au musée du Louvre), Ophélie Ferlier-Bouat (conservatrice au musée d’Orsay), Naïs Lefrançois (conservatrice au musée des beaux-arts de Dijon), Cyrille Sciama (conservateur au musée d’Arts de Nantes), Olivia Voisin (directrice des musées d’Orléans)

Modération : Cécilie Champy-Vinas (conservatrice au Petit Palais)

17h15 – L’extension de La Piscine de RoubaixBruno Gaudichon, directeur du musée de La Piscine de Roubaix

Conclusion : 17h45Dans la continuité de la journée… Vernissage de la Galerie des Sculptures de 18h à 21h.

Journée d’études : “Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse”

Colloque reporté à une date ultérieure

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : S’inscrire en cliquant sur ce lien (obligatoire) 

Lieu : Ecole nationale des Chartes (Paris, 65, rue de Richelieu, (salle Delisle)

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres), « Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille), « Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique)« L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art)« Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)« Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon et La monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Programme du colloque “Art du puissant, objets multiples”

Art du puissant, objets multiples : médailles et jetons de la Renaissance à la Première Guerre Mondiale

Institut national d’Histoire de l’art
salle Vasari (1er étage)
Jeudi 30 mars au Samedi 1er avril

JEUDI 30 MARS

13h       Accueil

13h30   Ouverture du colloque

Portrait du Puissant

Présidence de séance : Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h       Myth-making of a renaissance Ruler : Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola Bronzino, Ilaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30   Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVI, Aurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h       Vus de profil : genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à Fallières, Katia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

15h30   Pause

Concevoir, Produire

Présidence de séance : Lucia Simonato (Scuola Normale di Pisa) – Sylvie de Turckheim-Pey (BnF, Fidem)

16h       Coins, Medals, and the Convergence of Two Genres : Numimatics in High Renaissance Rome, James Fishburne (Getty Research Institute)

16h30   Vittore Gambello called Camelio. Medallist and die engraver between Venise and Rome, Giulia Zaccariotto (Scuola Normale di Pisa)

17h       On the role of the k.k. Kammermedailleur under Emperor Ferdinand I and his significance and function for the medal production at the Imperial Mint in Vienna, Andrea Mayr (Kunsthistorisches Museum Wien)

17h30   Pause

Collections

Présidence de séance : Chantal Georgel (INHA)

18h       Son histoire à portée de main : la cassette personnelle de Louis XIV, Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne / INHA)

18h30   Les médailles de la collection Seymour de Ricci, Inès Villela-Petit (BnF)

 

VENDREDI 31 MARS

9h        Accueil

Institutions

Présidence de séance : François Ploton-Nicollet (Ecole nationale des Chartes)

9h30     L’institutionnalisation progressive des projets de jetons sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (depuis 1610 jusqu’en 1661), Sabrina Valin (Université Paris Nanterre)

10h       Les jetons des puissants états de Bourgogne et de Languedoc, Jacques Meissonnier (conservateur honoraire du patrimoine)

10h30   Les médailles de visites de chefs d’Etat. Deux cents ans d’histoire diplomatique et artistique à la Monnaie de Paris, Béatrice Coullaré (Monnaie de Paris)

11h       Pause

Transferts de modèles

Présidence de séance : Inès Villela-Petit (Bibliothèque nationale de France)

11h30    The ruler of Constantinople on Italian Renaissance medals: John VII Palaeologus and Mehmed the Conqueror in the European visual culture, Thodoris Koutsogiannis (Parlement hellénique)

12h       République dans le vrai style: How French Medalic Artistry became the Emplem of Trans-Atlantic Change, Emily Pearce Seigerman (National Museum of American History)

12h30   La présence française et la médaillistique au Chili au tournant du XXe siècle, Charles Dujour Bosquet (Université de Bordeaux 3-Montaigne)

13h       Déjeuner

L’histoire en marche

Présidence de séance : Marc Bompaire (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

14h30   What do John Sobieski, Augustus II of the House of Wettin and Frederick William II of Prussia have in common, concerning medals ?, Paulina Taradaj (Musée National, Cracovie)

15h       La construction d’une image nationale et politique au travers de la production de médailles durant le règne d’Anne (1702-1714), Thomas Cocano (SAPRAT/EPHE)

15h30   On Her Majesty’s Service. Protagonists of commissioning and creation as part of the medal production in the Viennese Imperial Mint under Empress Maria Theresa, Anna Fabiankowitsch (Kunsthistorisches Museum Wien)

16h       Pause

Présidence de séance : Edouard Papet (Musée d’Orsay)

16h30   David d’Angers et la prosopographie du libéralisme : les médailles et médaillons sur la Révolution Grecque, Catherine Bregianni (Académie héllénique des Sciences)

17h       Quelques médailles de la cour royale grecque des années 1900 à la fin de la Grande Guerre, Nikoleta Tzani (Ville de Volos, Section de l’Education et de la Culture)

SAMEDI 1er AVRIL

9h        Accueil

Pouvoirs de l’objet

Présidence de séance : Felicity Bodenstein (Musée du Quai Branly-Jacques Chirac)

9h30     De la médaille à la récompense. Bélière et « rurbanisation », ou le mérite rendu visible, Jean-François Dubos (Service historique de la Défense)

10h       Quand le puissant c’est le peuple : naissance et évolution de la médaille populaire en France, Alain Weil (Expert numismate)

10h30   Les « taillettes » ou « jetons de lampisterie » des mines : fonction utilitaire et symbolique, Pierre-Christian Guiollard (Université de Mulhouse-Colmar)

11h       La médaille française et la Première Guerre mondiale : de la propagande à la douleur universelle, Cécilie Champy (Musée du Petit Palais)

11h30    Anxious Object : Enemy Alien Medals from British WW I Internment Camps, Holly Crawford (PhD – AC Institute)

12h       Clôture du colloque

 

Comité organisateur :

Felicity Bodenstein, docteur en Histoire de l’art, Musée du Quai Branly-Jacques Chirac

Thomas Cocano, doctorant en Histoire, EPHE – Saprat

Ludovic Jouvet, doctorant en Histoire de l’art, Université de Bourgogne / INHA

Katia Schaal, doctorante en Histoire de l’art, École du Louvre / Université de Poitiers / INHA

Sabrina Valin, docteur en Histoire de l’art, Université Paris Nanterre

 

Comité scientifique :

Marc Bompaire, directeur d’études, EPHE – Saprat

Béatrice Coullaré, chargée de conservation, Monnaie de Paris

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, Médailles et Antiques, BnF

Victor Hundsbuckler, conservateur du patrimoine, responsable de la conservation, Monnaie de Paris

Yvan Loskoutoff, professeur de littérature française, Université du Havre.

Edouard Papet, conservateur général du patrimoine, Musée d’Orsay

Thierry Sarmant, conservateur en chef du patrimoine, Service historique de la Défense, Vincennes

Philippe Thiébaut, conservateur général du patrimoine, conseiller scientifique, INHA

Inès Villela-Petit, conservatrice du patrimoine, département des Monnaies, Médailles et Antiques, BnF

 

Partenaires :

Université Paris Nanterre / Ecole doctorale 395. Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent / Laboratoire HAR (Histoire des Arts et des Représentations)

Ecole pratique des hautes études (EPHE) / EA 4116. Histoires, textes, documents / SAPRAT (Savoirs et Pratiques du Moyen-Age au XIXe siècle)

Ecole du Louvre

Monnaie de Paris

 

Informations pratiques :

Institut national d’Histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 PARIS

Salle Vasari, 1er étage (Entrée libre dans la limite des places disponibles)

Entrée : Galerie Colbert, 6 rue des Petits Champs

Métro : Bourse ou Palais Royal-musée du Louvre ou Pyramides

Demande de renseignements : colloquemedailles2017[at]gmail.com

Bouchardon, dessinateur de médailles

Au cœur de la très belle exposition constituée par le musée du Louvre sur ce glorieux sculpteur du règne de Louis XV que fut Edme Bouchardon (1698-1762), une sous-section est dédiée à l’investissement de l’artiste dans la fourniture de modèles de médailles et de jetons.

 

Bouchardon, plus connu comme sculpteur et dessinateur…

Charles-Nicolas Cochin écrivit de lui qu’il fut « le plus grand sculpteur et le meilleur dessinateur de son siècle ». Formé auprès de son père, architecte et sculpteur, qui l’engagea comme collaborateur sur ses chantiers de Haute-Marne, il gagna Paris en 1722 pour entrer dans l’atelier de Guillaume Ier Coustou. Il se présenta immédiatement au Grand Prix de Rome qu’il remporta en août 1722 et partit dans la « cité éternelle » dès juillet 1723. Son goût pour la statuaire antique le conduisit à copier en marbre le Faune Barberini et il passa une dizaine d’année à étudier les modèles par le dessin. Ses talents de portraitistes furent rapidement connus et suscitèrent plusieurs commandes comme les bustes du baron Philipp von Stosch (1727) ou du pape Clément XII (1731). Rappelé en 1732 par le directeur des bâtiments du Roi qui ne voyait pas d’un très bon œil que le talent de Bouchardon alimentât les collections de la société romaine, il fut admis à l’académie de Saint-Luc à son retour à Paris et reçut un atelier et un logement dans la cour carrée du Louvre. Investit sur les chantiers de Saint-Sulpice (1734-1738), du bassin de Neptune à Versailles en concevant la figure en plomb de Protée (1739), il est passé à la postérité pour avoir été l’ingénieux concepteur de la fontaine de Grenelle à Paris (1739-1745) ou pour avoir ponctué l’ancienne place Louis XV par une gigantesque statue équestre (1752-1763). Parmi toutes ces commandes statuaires, il ne cessa jamais son activité de dessinateur et, outre la suite des Cris de Paris gravée par Étienne Fessard, sa collaboration à de nombreux frontispices et vignettes d’ouvrages, il donna également des modèles pour la production numismatique.

 

… que donneur de modèles numismatiques

Cette facette d’un Bouchardon dessinateur de projets pour la médaille et le jeton a longuement été tue. Rien moins que le comte de Caylus, son premier biographe, omit de le spécifier, engageant l’historiographie à redécouvrir ce talent à la fin du XIXe siècle avec l’analyse de plusieurs fonds de dessins conservés par le cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale[1] et par le musée monétaire[2].

Pourtant la date de la nomination de Bouchardon à la fonction de dessinateur de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres le 13 janvier 1737 est connue. Bouchardon succéda à Chaufournier par l’entremise du comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Maison du Roi et à ce titre membre honoraire de l’Académie. Il conserva cette charge jusqu’à sa démission en 1762, quelque mois avant sa mort. Cette institution avait pour responsabilité la composition de l’histoire métallique royale en fournissant les descriptions iconographiques et en rédigeant notamment les inscriptions latines des médailles et les légendes françaises des jetons.

Bouchardon s’investit dans ce nouveau rôle en faisant preuve d’une grande inventivité afin de renouveler les motifs trop longtemps contraints par les conventions en vigueur dans la médaille. Les commissaires de l’exposition appuient d’ailleurs sur ce fait. Par le biais du modèle numismatique, Bouchardon aborda des sujets non traités dans le domaine de la sculpture comme le paysage. Un exemple symptomatique est présenté dans l’exposition avec le projet de jeton pour la Chambre aux Deniers, 1754[3]. La nature évoquée y est « riche et paisible » et c’est un commentaire du Mercure de France qui en donne la meilleure description : « Un Soleil qui darde ses rayons sur des montagnes riches d’arbres au sommet, et qui à leurs pieds découvrent des mines. ». Cette pleine introduction du paysage dans l’espace médaillistique est une surprise pour les historiens de la médaille dix-neuviémiste qui ont trop tendance à croire, après que la tradition a disparu sous le premier Empire, que l’initiative vient d’Antoine Bovy. Et bien non ! Elle le fut bien avant et de manière bien plus satisfaisante par la liberté avec laquelle Bouchardon traite les irrégularités des facettes rocheuses.

Plus engagé dans la conception de jetons servant aux différents corps constitués, puisque la chronologie de Bouchardon mentionne que de 1739 à 1758 il confectionna ceux de l’année en court[4], il nous apparaît que les jetons des bâtiments du Roi demeurent les plus ingénieux. Bouchardon a su y introduire le charme de l’enfant, une voie à laquelle l’étude numismatibouchardon-jeton-batimens-du-roy-1742que ne s’est pas encore assez intéressée pour comprendre le renouvellement iconographique que subit la médaille française du XVIIIe siècle. En témoigne, le génie porteur d’un fil à plomb qui est employé au droit du jeton légendé Idem Semper Honos, conçu en 1743, tandis qu’un groupe de petits facétieux s’attèlent à creuser les rudentures d’une colonne puis à tenter de la redresser, dans le jeton de l’an 1742.

Il est à noter que la signature de Bouchardon n’apparait jamais dans le champ de la médaille. Pourtant l’« invenit » ou le « delineavit » accompagnant son nom aurait pu l’être à côté du « fecit » des graveurs. Ce constat démontre que la division du travail dans le processus créatif de la médaille demeurait la norme à cette époque. Il témoigne également que le rôle de Bouchardon se cantonnait à la proposition de dessins qui ne furent pas tous pérennisés dans le bronze par ses contemporains graveurs. Ils sont nombreux à avoir travaillé à partir de ses modèles : Jean Leblanc, François Marteau, les frères Roettiers et peut-être le plus connu d’entre eux, Jean Duvivier.

La relation des deux artistes se cristallise autour d’un épisode que les numismates tiennent pour important dans l’écriture de l’histoire de leur art, tandis qu’il apparaît bien négligeable dans celle de la sculpture : la brouille nait du portrait de Louis XV. À ce titre, l’exposition présente un profil royal dessiné par Bouchardon à la sanguine puis fondu en bronze dans un médaillon commandé, en plus de celui du Dauphin, par le comte de Maurepas pour son château de Pontchartrain. Pour son établissement, le roi accorda, en décembre 1738, plusieurs séances de pose à Bouchardon qui lui permirent de capter les traits du souverain avec beaucoup de naturel. Ce portrait devait servir à établir un nouveau profil pour le droit des médailles et des jetons que composaient, de concert, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Bouchardon et Jean Duvivier, ce dernier transposant les compositions dans l’acier des coins. Or, depuis 1735 et la commande d’un profil dit « à la mèche » pour servir d’effigie aux monnaies françaises, le détenteur du privilège de graver en médailles le portrait du monarque était ce même Duvivier. La coopération artistique entre les deux artistes trouva là son point de rupture sans que l’on sache bien si la querelle résultait uniquement de cette soudaine revendication du graveur à conserver son avantage ou des reproches adressés par le dessinateur devant la retouche de chacun des modèles qu’il fournissait. Malheureusement dans l’exposition, ce portrait, tout comme la notice du catalogue, se trouvent dans la section précédant celle dédiée à la médaille. Qui plus est, les commissaires n’ont pas pensé qu’il aurait été intéressant de mettre en parallèle les deux profils royaux.

 

Une section que le public apprécie. Les amateurs de médailles resteront sur leur faim.

Précisément, cette section de l’exposition du Louvre présente huit dessins : six sont des projets de médailles ou jetons ; un, celui du Paysan semant, vu de dos, un dessin directement en rapport avec le projet de jeton pour les Parties Casuelles, 1757 ; enfin, une esquisse est placée en pendant de sa composition aboutie.

La muséographie sobre et la couleur lie de vin est très appréciable pour faire chanter les sanguines. Il est assez admirable de voir la cohérence et la qualité de ces œuvres que l’œil de l’historien de la médaille n’a pas coutume d’observer. Leur dimension, d’une vingtaine de centimètres de diamètre, est cinq fois plus grande que la composition finale prenant dans l’espace de la médaille. C’est tout un monde de détails que l’on se plait à observer et qui, bien malheureusement, disparaissent du champ métallique. Car, tout en tentant de suivre scrupuleusement la pensée du Bouchardon, le graveur la traita selon les possibilités de son art dans la médaille du Départ pour la campagne de Flandres et se vit ainsi contraint à diminuer le nombre d’étoiles figurant dans le drapeau que tient le soldat gaulois et à rigidifier les plis des drapés qui habillent les figures.

Seuls deux jetons sont exposés en parallèle des dessins, ce qui est peu. On aurait aimé en voir davantage, d’autant qu’il nous est apparu que la petitesse de ces objets appelle la curiosité du public. Il est en quelque sorte ludique de venir coller son nez sur la vitre pour les observer, et les parents peuvent devant eux retrouver leur rôle de pédagogue puisqu’ils n’auront d’autre choix que de porter leurs enfants à hauteur du jeton ; le dispositif étant trop haut pour les petites têtes blondes !

Ainsi, la présentation ne donne qu’une « idée » du rôle de Bouchardon dans la fourniture de modèles de médailles. Évidemment, vis-à-vis de la richesse productive de l’artiste et du nombre déjà conséquent d’œuvres que dévoilent cette exposition, il aurait été difficile pour le grand public de développer cette partie. Seuls les amateurs éclairés, les numismates et les spécialistes éprouvent quelques déceptions à ne pas y voir creuser la question de la véritable interaction de Bouchardon avec les graveurs en médailles de son époque.

 

Quelques palliatifs à la frustration numismatique

Le très beau catalogue qui s’entend détailler chaque œuvre présentée dans l’exposition par de riches notices et ouvrir la réflexion par quatre essais, est la première ressource vers laquelle se tourner pour tranquilliser ses interrogations.

Il faut surtout lire l’article d’Édouard Kopp (pp. 174-184) où les relations de Bouchardon avec l’Académie des Belles-Lettres y sont développées. Le processus créatif y est également détaillé : chacun des dessins devant être approuvés par le secrétaire perpétuel puis transmis au directeur de la Monnaie. Néanmoins, on en achève la lecture en se disant que le « Bouchardon, dessinateur de médailles », mériterait une étude approfondie. Jamais la question de savoir s’il a réussi à faire pénétrer dans la médaille les « sévérités de l’antique » et les « grâces du naturel », selon les termes de Michel-François Dandré-Bardon, n’est posée. De plus, Édouard Kopp clôt sa réflexion, page 177, sur une réflexion majeure pour l’histoire de l’art de la médaille : « En concevant et en dessinant les médailles et les jetons clairement comme des bas-reliefs et non comme des tableaux, [Bouchardon] transforma la fonction de dessinateur, qui serait désormais accordée à des sculpteurs ». On attend donc avec impatience sa prochaine parution, prévue pour 2017, qui s’intitule The Learned Draftman : Edme Bouchardon.

Enfin, pour abreuver la curiosité, on renvoie au catalogue des dessins de la production médaillistique et jetonnière du règne de Louis XV, mis en ligne par le musée de la Monnaie de Paris[5]. Et comme la majorité de ces sanguines sont d’après Bouchardon, on conseille la (re)lecture de l’article de Fernand Mazerolle car son l’analyse fait encore à ce jour autorité.

 

Bouchardon (1698-1762). Une idée du beau.

Paris, Musée du Louvre, du 14 septembre au 5 décembre 2016.

Commissaires : Guilhem Scherf, Juliette Trey, Anne-Lise Desmas, Édouard Kopp.

Catalogue d’exposition : Collectif, Edme Bouchardon (1698 – 1762). Une idée du beau, Paris : musée du Louvre éditions / Somogy, 2016, 448 p., 49 €. ISBN : 9782757210697.

 

[1] H. Bouchot, « Bouchardon dessinateur en médailles », L’Art, n° 32, 1883, pp. 214-217. (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1055776n/f266.item)

[2] Fernand Mazerolle, Les dessins de médailles et de jetons attribués au sculpteur Edme Bouchardon, Paris : Typographie de E. Plon, Nourrit et Cie, 1898. (http://www.archivesmonetaires.org/bibliotheque/bouchardon.pdf)

[3] Sanguine sur papier vergé, Musée d’art et d’histoire de Chaumont, inv. 2004.2.6. Dessin mis en relation avec un exemplaire de jeton, frappé en argent, Musée d’art et d’histoire de Chaumont, inv. 96.2.78.

[4] pp. 410 à 419 du catalogue d’exposition.

[5] http://www.archivesmonetaires.org/bouchardon/bouchardon.htm