Archives par étiquette : médailleur

Annonce de conférence sur Marcelle Lancelot-Croce (1863-1946)

Nous avons le plaisir d’annoncer une conférence touchant à l’histoire de l’art de la médaille dans le cadre des réunions mensuelles de cette vénérable association qu’est la Société de l’histoire de l’art français.

Intitulée Entre sculpture et médaille ; entre Paris et Rome, trajectoire transnationale de Marcelle Lancelot-Croce (1863-1946), cette conférence se tiendra samedi 22 juin 2024 à 18h, salle Vasari à l’INHA, et sera prononcée par Francesca Romana Posca, doctorante à l’Université de Bordeaux-Montaigne et Katia Schaal, docteure en histoire de l’art et A.T.E.R. à l’Université de Poitiers.

Hubert Ponscarme, Mlle Marcelle Lancelot, 1881, médaillon uniface, bronze fondu, D.16,7 cm, Paris, musée d’Orsay, Medor 1187 © Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Continuer la lecture

Annonce d’une conférence au musée Sandelin (Saint-Omer, 9 mars 2024) : Entre folklore et fleuret : l’œuvre médaillistique d’Ernesta Robert-Mérignac (1849-1933)

Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, le musée Sandelin de Saint-Omer organise un week-end événement du 8 au 10 mars 2024 en hommage à Ernesta Robert-Mérignac, une artiste audomaroise née en 1849, dont les œuvres sortiront des réserves pour intégrer le parcours de visite “Histoire et trésors de l’Audomarois” du musée Sandelin.

Carte de visite d’Ernesta Robert-Mérignac

Continuer la lecture

Annonce d’une conférence de la SENA (Monnaie de Paris, 4 oct. 2023) : Pierre Alexandre Morlon et les décorations militaires de la Grande Guerre

Nous avons le plaisir d’annoncer à nos lecteurs le thème de la prochaine conférence mensuelle de la Société d’Etudes numismatiques et archéologiques.

Le 4 octobre 2023, Katia Schaal interviendra à la Monnaie de Paris et en distanciel pour parler de la contribution de Pierre Alexandre Morlon à la conception et la diffusion de plusieurs décorations militaires au début des années 1920.

Cette conférence a pour titre :

Honorer les mobilisés de la Grande Guerre : concours, projet victorieux de Pierre Alexandre Morlon et épopée industrielle (1920-1922).

Alors que les autorités françaises manquèrent d’établir une numismatique de guerre pour soutenir entre 1914 et 1918 le moral des troupes et la propagande contre l’ennemi, un mouvement de rattrapage réussit à couvrir le devoir de mémoire et à honorer les mobilisés. Parmi les concours artistiques organisés en 1920 pour sélectionner les modèles de nouvelles décorations civiles et militaires, un même médailleur, Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), fut classé premier dans deux d’entre eux. Il conçut successivement la Médaille commémorative de la Grande Guerre et la Médaille interalliée dite de la Victoire sans défaillir face aux multiples acteurs de la commande et aux tumultes de l’entreprise industrielle. De surcroit, si Morlon s’était jusqu’alors illustré avec discrétion dans le domaine de l’art de la médaille, sa réputation grandit de manière à être propulsé à la tête d’un nouvel essaim de sculpteurs-médailleurs indispensables au foisonnement artistique de l’entre-deux-guerres.

Agence Meurisse, Projet face et revers de la Médaille commémorative de la Grande Guerre déposé par Pierre-Alexandre Morlon au concours de 1920, 24 janv. 1921, Photographie de presse, négatif sur verre, 13 × 18 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, fonds agence Meurisse, MEU 83739-88129
(Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9038156b )

Cette conférence vient prolonger à un billet que nous avions publié en 2021 sur les premières œuvres médaillistiques de ce sculpteur-médailleur (le consulter là).

Elle valorise quelques années de recherches doctorales, qui ont récemment été soutenues sous le titre La médaille de sculpteur, essor d’un genre à l’époque de la « médaillomanie » (1880-1920) et qui seront prochainement publiées.

Cette conférence accompagne enfin une exposition Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), un art au service de la République qui se tient au musée des Ursulines de Mâcon jusqu’au 5 novembre 2023 (voir la présentation). Nous recommandons aux passionnés de médailles de la visiter. Elle présente les différentes facettes de cet artiste, aussi bien actif dans le domaine de la sculpture, des arts décoratifs, de la monnaie que dans celui de la médaille. Que cet aspect n’ait pas été oublié et soit même valorisé “avec faste” est à saluer !

Pour les curieux qui ne pourraient pas se rendre à Mâcon, un catalogue a été publié aux éditions Snoeck, dans lequel un essai concerne l’engagement médaillistique de Morlon dans les éditions de la Monnaie de Paris. (Voir Katia Schaal, « Pierre-Alexandre Morlon et la Monnaie de Paris ou l’inlassable prolixité d’un fournisseur ordinaire », in Michèle Moyne-Charlet (dir.), Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), un art au service de la République, [Exposition, Mâcon, musée des Ursulines, 22 juin – 5 novembre 2023], Mâcon : Snoeck, 2023, p. 26-31.)

Etant donné, la brièveté du passage accordé à l’investissement de Morlon dans la conception de la Médaille commémorative de la Grande Guerre, puis de la Médaille interalliée dite de la Victoire, il nous a semblé nécessaire de présenter de façon inédite cette contribution à la phaléristique de guerre renouvelée par l’attrait de la médaille 1920.

Colloque : « Sculpture. Une femme peut donc créer »… dont des médailles

Colloque organisé par l’INHA, le Centre Pompidou, le musée d’Orsay et le Petit Palais les 20 et 21 avril 2023 en marge des expositions « Germaine Richier » au Centre Pompidou, 1er mars-12 juin 2023 et « Sarah Bernhardt. Et la femme créa la star », Petit Palais, 14 avril – 27 août 2023.

Lien au programme : ici

Ce colloque international cherche à revenir sur les trajectoires artistiques des sculptrices du XIXe siècle à nos jours. Loin des stéréotypes qui tiennent pour incompatibles la pratique de la sculpture au prisme d’un imaginaire viril du métier de sculpteur, elles ont pourtant été nombreuses à investir ce champ de la création. En rassemblant les recherches les plus récentes, il s’agira pour les intervenantes d’éclairer les parcours artistiques, la visibilité et la réception de leurs œuvres.

Du côté de l’art de la médaille, une communication de Katia Schaal intitulée Des sculptrices-médailleuses à l’assaut du Prix de Rome de gravure en médailles (1911-1929) propose d’analyser la formation des sculptrices au début du XXe siècle en s’intéressant au Prix de Rome de gravure en médailles. Il s’agira d’une part de restituer les conditions de la victoire d’Aleth Guzman (1904-1978), – la première sculptrice-médailleuse à l’avoir remporté en 1929 –, de revenir d’autre part sur la trajectoire de quelques-unes de ses consœurs – Anie Mouroux (1887-1978), Berthe Dubut (1894-1983) et Denise Chenot (1898-1964) –, qui ont concouru à partir de 1911 et de contextualiser plus généralement l’environnement d’apprentissage mixte qu’Auguste Patey (1885-1930) instaure au sein de l’atelier dédié à cet art à l’Ecole nationale des beaux-arts à partir de 1920.

J.J., « Prix de Rome de Gravure », Le Journal, 5 juillet 1929

Le cadre d’Alexandre Morlon exposé au Salon de 1904 : un exemple de dispersion d’un ensemble médaillistique

À l’issue du Salon des artistes français de l’année 1904, Alexandre Morlon (Mâcon, 1878 – Houdan, 1951) reçoit une généreuse proposition de la part de la direction des beaux-arts[1] : l’acquisition de l’ensemble de médailles et plaquettes qu’il avait rassemblé pour l’occasion. Avec cette offre, le sculpteur-médailleur bénéficie du premier achat de sa toute jeune carrière et de l’assurance de voir ses œuvres entrer dans les collections nationales.

Continuer la lecture

Un souvenir métallique du Soldat inconnu : la médaille de Marcel Dammann

Les médailles et les plaquettes évocatrices de la Grande Guerre sont nombreuses. On en dénombre près de deux cents exemplaires dans la collection du dépôt légal conservée au département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Au sein de ce riche fonds, on distingue deux ensembles : d’une part, ce que Charles Saunier nomme la « numismatique de guerre [1]», c’est-à-dire les médailles frappées pendant les évènements, pour soutenir l’effort de guerre, et ce en dépit du rationnement des matières métalliques ; d’autre part, les médailles commémoratives des héros et des grands épisodes militaires de 14-18. Pour ce travail de mémoire, l’Académie des inscriptions et belles-lettres prête son concours au directeur de l’Administration des monnaies et médailles qui est à l’initiative du projet sitôt l’armistice signée.

Dès le 5 décembre 1919, une séance de la Commission des inscriptions et médailles est consacrée à examiner « les conditions dans lesquelles pourrait être entreprise une Histoire métallique de la grande guerre, formant un ensemble d’œuvres commémoratives [2]». Bien que la Commission n’a jamais eu les moyens financiers de soutenir l’entreprise, ni le pouvoir d’imposer quelques noms de médailleurs ou le moindre programme iconographique, les membres, parmi lesquels on trouve Jean Babelon, un académicien pour le moins sensible à l’art de la médaille, et Auguste Patey, membre des beaux-arts et détaché pour l’occasion, sont avisés des projets adressés par les médailleurs et interviennent surtout dans la conception des légendes.

Ce vaste chantier voit les frappes s’étendre de 1919 à 1927. Il occupe aussi une quinzaine de médailleurs dont Marcel Dammann (1885-1939) qui propose en 1923 de rendre hommage au Soldat inconnu.

Marcel Dammann ébauchant la plastiline

Continuer la lecture

Trombine de médailleur : Hubert Ponscarme

Avec l’écho[1] qu’a eu le billet précédent consacré, rappelons-le, à la médaille d’honneur des épidémies, nous voulons ici rendre hommage au médailleur qui, en 1885, a eu la responsabilité de concevoir la décoration.

Ces derniers jours, toute la presse s’est interrogée sur la forme que prendrait la « nouvelle » médaille d’hommage aux soignants, que la porte-parole du gouvernement a annoncé le 13 mai 2020 vouloir « réactiver [2]», en illustrant leur article de la décoration conçue par Hubert Ponscarme (Belmont-les-Monthureux, 1827 – Malakoff, 1903).

Cela faisait plus d’un demi-siècle, si on se réfère à l’exposition consacrée en 1967 à La médaille en France, de Ponscarme à la fin de la Belle Epoque[3], voire plus d’un siècle, si on remonte aux hommages posthumes succédant à son décès en février 1903, que le petit nom de ce grand sculpteur-médailleur n’avait plus circulé dans la presse quotidienne. Alors « réactivons » à notre tour le souvenir de cet homme généreux, dévoué à son art, à ses élèves et dont le nom reste intimement attaché à la rénovation de la médaille de la fin du XIXe siècle.

Hubert Ponscarme, Buste de l’artiste par lui-même, 1890-1900, plâtre, localisation inconnue

« Robuste, vif, l’air sorti d’une fresque de Michel-Ange, avec sa barbe de fleuve, ses épaules larges, son air d’autorité, il parle d’une voix sonore avec de grands gestes et son rire est homérique. Au fond, c’est le meilleur des hommes, d’une bonté exquise, d’une franchise peu commune et d’une maladresse absolue dès qu’il s’agit de ‘’soigner’’ sa réputation. [4]»

Continuer la lecture

La sociabilité des artistes graveurs : deux organes qu’il reste à étudier

Croquis, La Revue artistique, déc 1910, p. 11

La Société des artistes graveurs en pierre fine français

Entre la fin du XIXe siècle et la première décennie du XXe siècle, les sociétés d’artistes abondent en France. Nombreux sont les artistes à poursuivre les mêmes ambitions, les mêmes idéaux et les mêmes difficultés artistiques, si bien que l’idée de s’associer dans le but de défendre des intérêts communs leur apparaît une solution idéale.

En marge des sociétés de peintres de marine[1], de sculpteurs-modeleurs[2], d’aquarellistes[3] déjà bien connues et étudiées par la recherche universitaire[4], il existe une société fondée le 28 juillet 1910 dans le but de protéger et de promouvoir un art et une catégorie d’artistes souvent oubliés : la gravure en pierres fines et les glypticiens.

Continuer la lecture

La conquête lunaire et la médaille

Si les événements historiques commémorés par la médaille tendent à se raréfier au XXe siècle, il en est un que ce domaine de l’art n’a pas oublié : la conquête de l’espace. À l’aide de cinq médailles issues des balanciers de la Monnaie de Paris, retraçons quelques épisodes de ces exploits de la science, conjugués au courage humain.

André Galtié est le premier médailleur à avoir inscrit sur une rondelle de métal de 7,2 cm de diamètre une des tentatives d’atteindre la Lune par un engin spatial. Le 2 janvier 1952, la petite sonde soviétique Luna 1 ne parvint pas à se satelliser sur l’orbite lunaire. Toutefois, en passant à proximité de l’astre, elle marqua une première étape que Galtié a symboliquement gravée dans le champ de la médaille par un grand pas de l’homme entre la sphère terrestre et la sphère lunaire. La fine légende circulaire qui est disposée au droit de la médaille note à ce titre que « L’homme a dominé l’attraction terrestre ». Au revers, la fusée se propulse dans le cosmos ponctué d’étoiles rayonnantes et de petits astéroïdes, tout en passant devant la Lune.

André Galtié, L’homme a dominé l’attraction terrestre, le 2 janvier 1952, 1968, argent frappé, D : 7,2 cm.

Continuer la lecture

Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !

« Que l’année nouvelle soit pour vous source… jaillissante de joies ». Ainsi reprenons-nous cette formule de la médaille de Bernard Turlan pour débuter 2019 et vous souhaiter une année riche en découverte médaillistique.

Droit de la médaille de Bernard Turlan, 1980 (modèle), bronze frappé à la Monnaie de Paris

Continuer la lecture