Archives par étiquette : médailleur

Un souvenir métallique du Soldat inconnu : la médaille de Marcel Dammann

Les médailles et les plaquettes évocatrices de la Grande Guerre sont nombreuses. On en dénombre près de deux cents exemplaires dans la collection du dépôt légal conservée au département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Au sein de ce riche fonds, on distingue deux ensembles : d’une part, ce que Charles Saunier nomme la « numismatique de guerre [1]», c’est-à-dire les médailles frappées pendant les évènements, pour soutenir l’effort de guerre, et ce en dépit du rationnement des matières métalliques ; d’autre part, les médailles commémoratives des héros et des grands épisodes militaires de 14-18. Pour ce travail de mémoire, l’Académie des inscriptions et belles-lettres prête son concours au directeur de l’Administration des monnaies et médailles qui est à l’initiative du projet sitôt l’armistice signée.

Dès le 5 décembre 1919, une séance de la Commission des inscriptions et médailles est consacrée à examiner « les conditions dans lesquelles pourrait être entreprise une Histoire métallique de la grande guerre, formant un ensemble d’œuvres commémoratives [2]». Bien que la Commission n’a jamais eu les moyens financiers de soutenir l’entreprise, ni le pouvoir d’imposer quelques noms de médailleurs ou le moindre programme iconographique, les membres, parmi lesquels on trouve Jean Babelon, un académicien pour le moins sensible à l’art de la médaille, et Auguste Patey, membre des beaux-arts et détaché pour l’occasion, sont avisés des projets adressés par les médailleurs et interviennent surtout dans la conception des légendes.

Ce vaste chantier voit les frappes s’étendre de 1919 à 1927. Il occupe aussi une quinzaine de médailleurs dont Marcel Dammann (1885-1939) qui propose en 1923 de rendre hommage au Soldat inconnu.

Marcel Dammann ébauchant la plastiline

Continuer la lecture

Trombine de médailleur : Hubert Ponscarme

Avec l’écho[1] qu’a eu le billet précédent consacré, rappelons-le, à la médaille d’honneur des épidémies, nous voulons ici rendre hommage au médailleur qui, en 1885, a eu la responsabilité de concevoir la décoration.

Ces derniers jours, toute la presse s’est interrogée sur la forme que prendrait la « nouvelle » médaille d’hommage aux soignants, que la porte-parole du gouvernement a annoncé le 13 mai 2020 vouloir « réactiver [2]», en illustrant leur article de la décoration conçue par Hubert Ponscarme (Belmont-les-Monthureux, 1827 – Malakoff, 1903).

Cela faisait plus d’un demi-siècle, si on se réfère à l’exposition consacrée en 1967 à La médaille en France, de Ponscarme à la fin de la Belle Epoque[3], voire plus d’un siècle, si on remonte aux hommages posthumes succédant à son décès en février 1903, que le petit nom de ce grand sculpteur-médailleur n’avait plus circulé dans la presse quotidienne. Alors « réactivons » à notre tour le souvenir de cet homme généreux, dévoué à son art, à ses élèves et dont le nom reste intimement attaché à la rénovation de la médaille de la fin du XIXe siècle.

Hubert Ponscarme, Buste de l’artiste par lui-même, 1890-1900, plâtre, localisation inconnue

« Robuste, vif, l’air sorti d’une fresque de Michel-Ange, avec sa barbe de fleuve, ses épaules larges, son air d’autorité, il parle d’une voix sonore avec de grands gestes et son rire est homérique. Au fond, c’est le meilleur des hommes, d’une bonté exquise, d’une franchise peu commune et d’une maladresse absolue dès qu’il s’agit de ‘’soigner’’ sa réputation. [4]»

Continuer la lecture

La sociabilité des artistes graveurs : deux organes qu’il reste à étudier

Croquis, La Revue artistique, déc 1910, p. 11

La Société des artistes graveurs en pierre fine français

Entre la fin du XIXe siècle et la première décennie du XXe siècle, les sociétés d’artistes abondent en France. Nombreux sont les artistes à poursuivre les mêmes ambitions, les mêmes idéaux et les mêmes difficultés artistiques, si bien que l’idée de s’associer dans le but de défendre des intérêts communs leur apparaît une solution idéale.

En marge des sociétés de peintres de marine[1], de sculpteurs-modeleurs[2], d’aquarellistes[3] déjà bien connues et étudiées par la recherche universitaire[4], il existe une société fondée le 28 juillet 1910 dans le but de protéger et de promouvoir un art et une catégorie d’artistes souvent oubliés : la gravure en pierres fines et les lithoglyphes.

Continuer la lecture

La conquête lunaire et la médaille

Si les événements historiques commémorés par la médaille tendent à se raréfier au XXe siècle, il en est un que ce domaine de l’art n’a pas oublié : la conquête de l’espace. À l’aide de cinq médailles issues des balanciers de la Monnaie de Paris, retraçons quelques épisodes de ces exploits de la science, conjugués au courage humain.

André Galtié est le premier médailleur à avoir inscrit sur une rondelle de métal de 7,2 cm de diamètre une des tentatives d’atteindre la Lune par un engin spatial. Le 2 janvier 1952, la petite sonde soviétique Luna 1 ne parvint pas à se satelliser sur l’orbite lunaire. Toutefois, en passant à proximité de l’astre, elle marqua une première étape que Galtié a symboliquement gravée dans le champ de la médaille par un grand pas de l’homme entre la sphère terrestre et la sphère lunaire. La fine légende circulaire qui est disposée au droit de la médaille note à ce titre que « L’homme a dominé l’attraction terrestre ». Au revers, la fusée se propulse dans le cosmos ponctué d’étoiles rayonnantes et de petits astéroïdes, tout en passant devant la Lune.

André Galtié, L’homme a dominé l’attraction terrestre, le 2 janvier 1952, 1968, argent frappé, D : 7,2 cm.

Continuer la lecture

Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !

« Que l’année nouvelle soit pour vous source… jaillissante de joies ». Ainsi reprenons-nous cette formule de la médaille de Bernard Turlan pour débuter 2019 et vous souhaiter une année riche en découverte médaillistique.

Droit de la médaille de Bernard Turlan, 1980 (modèle), bronze frappé à la Monnaie de Paris

Continuer la lecture