Archives par étiquette : exposition

Exposition en ligne sur les historiens antiquisants et la médaille au XIXe siècle

Depuis le 21 mai 2020, l’exposition en ligne « Gelehrtenbilder ». Altertumswissenschaftler auf Medaillen des 19. Jahrhunderts » explore pour la première fois  la représentation des protagonistes de l’Altertumswissenschaft sur les médailles du XIXe siècle. L’exposition contextualise les médailles dans l’art, la politique et les sciences humaines contemporains du XIXe siècle et jette un nouvel éclairage sur l’accueil des érudits classiques dans la société du XIXe siècle.

Cette exposition conçue par Stefan Krmnicek et Marius Gaidys devait à l’origine coïncider avec la conférence internationale « Scholars and Collectors : Le monde numismatique au long du 19e siècle » qui a dû être annulée en raison des restrictions imposées au nom de la COVID-19.

L’exposition en ligne (uniquement sur la version allemande du site) est présentée dans le eMuseum du Münzkabinett de l’Institut d’archéologie classique de l’Université de Tübingen :

https://www.ikmk.uni-tuebingen.de/eMuseum

Le catalogue de l’exposition peut être téléchargé gratuitement sur le site web de l’exposition : cliquez ici

Les médailles du paquebot Ile-de-France

L’Art déco, un art de vivre. Le paquebot Île-de-France

Exposition au musée des Années 30, espace Landowski à Boulogne-Billancourt

Horaires : de 11h à 18h, du mardi au dimanche. Prolongation jusqu’au 15 mars 2020

L’exposition que le musée des Années 30 consacre en ce moment au paquebot Ile-de-France se termine très bientôt. Le succès a été au rendez-vous puisque l’événement est prolongé de plus d’un mois. Il ne reste toutefois que quelques jours pour aller découvrir la destinée de ce fameux bateau, fleuron de la Compagnie générale transatlantique qui le met en service en 1927, et l’art de vivre qui est cultivé à bord.

Nous ne reviendrons pas sur les différentes maquettes du bateau, les quelques éléments de décor sauvés de son démantèlement, les pièces de mobilier ou les nombreux menus qui ont été accumulés dans cette présentation didactique et quasiment immersive, mais sur trois médailles qui ont évidemment interpellé notre œil « médaillomaniaque » !

Si au sein de la Marine marchande, il est de tradition de commémorer la mise à l’eau d’un nouveau navire et sa première traversée par la frappe d’une médaille, la Compagnie générale transatlantique n’a jamais dérogé à cette coutume en commandant successivement à Jean de Vernon et à Marcel Renard deux médailles du paquebot Ile-de-France. Les exemplaires, placés dans des petits écrins circulaires, ont été distribués aux membres de l’équipage et aux passagers de marque en assez grande quantité, en témoigne la régularité avec laquelle on en trouve passer en vente. Pour les besoins de l’exposition, la French Lines & Compagnies a prêté des exemplaires issus de ses collections.

Jean Vernon, Médaille du paquebot Ile-de-France, vers 1950, bronze frappé, D. 5,4 cm

La première médaille est signée d’un éminent médailleur, Jean de Vernon (Paris, 1897-1975). Fils de Frédéric de Vernon, il poursuit l’héritage paternel en se formant à la sculpture dans les ateliers de Jules Coutan et d’Hippolyte Lefebvre à l’Ecole nationale des Beaux-Arts. Il ne bénéficie malheureusement pas des conseils de son père, célèbre médailleur issu de la génération du renouveau de la médaille de la fin du XIXe siècle, puisque ce dernier décède en 1912. Sans poursuivre avec autant de brio la manière paternelle, Jean de Vernon dispose d’un talent tout à fait honorable. En 1920, il participe même au Prix de Rome et monte en loge, sans toutefois parvenir à se classer. Il débute ensuite sa carrière avec une première exposition au Salon de 1922.

C’est un médailleur coutumier des commandes de la Compagnie générale transatlantique, puisqu’il réalise en 1935 la médaille commémorative de la première traversée du paquebot Normandie. Puis à la fin des années 1940 et au début des années 1950, s’ensuivent les médailles du paquebot Champlain, du paquebot Liberté et du paquebot Paris, sans oublier celle qui nous préoccupe, la médaille du paquebot Ile-de-France.

Si pour ses premières réalisations, Jean de Vernon associe, au droit, une figure d’Amphitrite avec, au revers, la silhouette du paquebot pris dans une perspective accélérée, ici son choix iconographique le pousse à ne faire figurer sur la face principale de la médaille que le pont avant du paquebot et ces deux imposantes cheminées. Au revers, en jouant sur le nom du navire, il associe l’héraldique de la région éponyme dans la présence d’un écu d’azur aux trois fleurs de lys d’or.

Marcel Renard, Médaille du paquebot Ile-de-France, 1949, bronze frappé, D : 5,4 cm

Issu de la même génération que Jean de Vernon, Marcel Renard (Lyon, 1893 – Paris, 1974) est comme lui un « fils de ». Son père, le sculpteur Léopold Renard, lui donne les premières bases du métier, avant qu’il n’entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon puis à l’Ecole nationale des Beaux-Arts. Second Grand Prix de Rome au concours de gravure en médailles organisé en 1923, Lucien Bazor lui ravit la première place de peu. Il commence alors sa carrière et est rapidement sollicité par la commande publique et privée. Très actif durant l’entre-deux-guerres, son œuvre est marqué par la ligne robuste et les volumes architecturés de l’Art Déco.

Tout comme Jean de Vernon, la Compagnie générale transatlantique sollicite Marcel Renard pour plusieurs créations médaillistiques. Outre les médailles du paquebot Flandre ou du paquebot Colombie, il exécute en 1949 les outillages servant à la frappe de la médaille du paquebot Ile-de-France. Il joue également sur l’héritage héraldique pour symboliser l’Ile-de-France et complète sa composition par une délicate silhouette féminine, assise à gauche et tenant du bout des doigts une fleur, tandis que la nef de la Ville de Paris glisse le long de son bras droit. Malheureusement dans l’exposition, il a été choisi de présenter le revers de cette médaille, où le massif paquebot vogue sur les flots, au-dessus d’un hublot derrière lequel volent trois mouettes, le tout installé sur une carte qui schématise les ports du Havre et de New York.

Sans entrer dans les détails d’une autre commande puisqu’elle n’a pas été intégrée à l’exposition, il faut signaler que Marcel Renard exécute en 1955 la médaille du centenaire de la Compagnie générale transatlantique.

Marcel Renard, Centenaire de la Compagnie Générale Transatlantique, 1955, bronze frappé, D. 6,8 cm
Louis Dejean, Plaquette décernée aux volontaires du paquebot Ile-de-France pour le sauvetage de Greenville, 1953 (date de l’attribution), bronze frappé, H. 8,0 cm – L. 5,2 cm

Enfin, s’il est de tradition de commémorer les lancements de paquebot, il en existe encore une autre d’honorer un navire et ses marins pour leur héroïsme à la suite d’opérations de sauvetage.

Le 20 septembre 1953, le cargo Greenville émet un signal de détresse que perçoit le paquebot Ile-de-France. Malgré une mer déchaînée par un Ouragan, son commandant décide de se porter à son secours et arrive sur zone le 21 septembre. En affrontant des creux de 15 mètres, les mécaniciens d’Ile-de-France parviennent à sauver l’équipage du Greenville et deux jours plus tard, en entrant dans la rade de New York, le paquebot est accueilli sous les sirènes et les jets d’eau des remorqueurs, tandis qu’en France, on distingue le commandant de bord de la croix de la Légion d’honneur, les officiers du Mérite Maritime et les marins de la médaille de Sauvetage.

La plaquette présentée dans un cadre de bois sur velours vert commémore aussi l’événement. Légendée « aux héros la civilisation », elle représente le couronnement d’un homme valeureux, agenouillé devant une Niké qui le couronne de laurier. Cette médaille reprend un type antérieur, imaginé par Louis Dejean en 1912 pour une plaquette commandée par la fondation Carnegie qui s’active dans l’avancement et la diffusion du savoir et de la connaissance. L’iconographie de la plaquette reprend ici le revers de médaille originelle qui est pourvue, au droit, du buste d’Andrew Carnegie (1835-1919) fondateur de cette œuvre de charité. Le cartouche de la plinthe permet quant à lui, d’en actualiser le contexte et signaler l’identité des récipiendaires : « Aux volontaires de l’Ile-de-France sauveteurs du Greenville ».

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Les médailles du paquebot Ile-de-France", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 06/03/2020, https://medaille.hypotheses.org/662.

Profusion de porte-monnaie à la Monnaie

Exposition : Chic et utile, l’art du porte-monnaie

Monnaie de Paris, 17 mai au 4 novembre 2019

Commissariat : Claudette Joannis, Béatrice Coullaré, Dominique Antérion

 

Ferme aujourd’hui à la Monnaie de Paris une exposition qui fait la part belle à un écrin dont nous ne pourrions nous passer dans notre usage quotidien de la monnaie métallique : le porte-monnaie.

Porte-monnaie Le Tanneur dit « sans couture », 1905

Grâce à la collection qu’Henri Joannis-Deberne a patiemment rassemblée durant plus de quarante ans et à des prêts exceptionnels du musée Carnavalet, du musée de la nacre à Méru et de quelques grandes maisons de maroquinerie parisiennes, le musée du 11 quai Conti propose en marge de son parcours permanent de revenir sur un accessoire para-numismatique aussi utile que précieux.

Continuer la lecture

La médaille française sous Henri II

Exposition : Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

La commémoration des cinq cents ans de la naissance d’Henri II (1519-1559) est l’occasion pour le musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye de revenir sur ce roi que la postérité a eu tendance à oublier entre les fastes de son père, François Ier, et les frasques de son épouse, Catherine de Médicis. Si l’exposition revient en grande partie sur son entourage, son action en matière d’architecture pour la transformation du château de Saint-Germain-en-Laye ainsi que ses abords et sur les fastes de la vie de cour, une petite section est consacrée aux progrès de l’industrie monétaire et à l’essor créatif de l’art de la médaille au milieu du XVIe siècle.

Dans la chapelle, se déploie une vitrine circulaire qui met en valeur une vingtaine d’objets métalliques de façon édifiante. Le dispositif de présentation a choisi une présentation qui fait en quelque sorte « léviter » les médailles grâce à de très fines pattes métalliques. L’exemplarité de la présentation ne vient pas uniquement de cette association harmonieuse qui attire l’œil du visiteur dès lors qu’il pénètre dans la chapelle, mais aussi du choix qu’il a été fait de présenter à la fois des médailles, des coins et des poinçons pour révéler les progrès techniques de l’époque en matière de gravure et de mécanisation de la frappe.

Vitrine des médailles au sein de l’Exposition Henri II au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.
Médaille, poinçon partiel de revers et matrice de revers de L’Alliance avec l’Allemagne en 1552. Objets provenant de la Monnaie de Paris et du musée national de la Renaissance.

Au début du règne d’Henri II, la monnaie est encore frappée au marteau, engendrant des pièces irrégulières, susceptibles d’être rognées, comme le montre dans l’exposition l’écu d’or à l’effigie du roi daté vers 1549. Le connétable Anne de Montmorency s’active alors à trouver le moyen de limiter la contrefaçon monétaire. Le 31 janvier 1549, une ordonnance rédigée à Saint-Germain-en-Laye impose en premier lieu que toutes les espèces du royaume de France soient frappées d’après de nouveaux coins. On doit leur gravure à Marc Béchot (1520-1557) qui devient, par lettres patentes du 1er août 1547, le premier graveur général des Monnaies d’une longue lignée. Anne de Montmorency préconise également au roi d’appliquer à la production monétaire française les progrès qui viennent d’être faits par les orfèvres d’Augsbourg. Préalablement à l’opération de frappe, leur laminoir prépare les plaques de métal qui sont ensuite détaillées à l’aide de coupoirs. Chaque flan est alors forgé sous le balancier offrant désormais des pièces parfaitement rondes et pourvue d’un fort relief. En 1550, Guillaume de Marillac, intendant des Finances, se rend en compagnie d’Aubin Olivier, mécanicien actif à Paris, à Augsbourg pour étudier ces nouveaux procédés. Ils reviennent à Paris avec plusieurs machines qu’ils installent aux logis des Étuves, que Natalis Rondot situe à l’extrémité occidentale de l’île de la Cité, c’est-à-dire sur l’actuel quai de l’Horloge. L’emplacement forge le nom de la nouvelle institution, la Monnaie du Moulin des Étuves, définitivement autorisée en juillet 1553. Ainsi produits, les nouveaux types sont présentés au Roi qui juge la gravure « singulière, subtile et excellente ».

Écu d’or, teston de la Monnaie des Étuves et ordonnance de 1554.

Le court texte de la vitrine rappelle de manière efficace l’origine de la médaille, son introduction en France sous le règne de Charles VII et la maigre production sous Louis XII et de François Ier pour insister sur la mise en place d’une politique proactive en matière de création et de diffusion. Au-delà des courtes descriptions et des commentaires historiques sur les évènements qu’ils commémorent, les médailles elles-mêmes évoquent cette recherche dans la conception des effigies du souverain et de sa famille qui laissent transparaître plus de naturel. Au revers, les allégories et les compositions symboliques prennent davantage d’ampleur pour rappeler quelques traités d’alliance ou victoires militaires, comme La Trêve de Vaucelles, signée le 5 février 1556, où les silhouettes équestres d’Henri II et de Charles Quint se serrent la main, surmontés d’une Renommée et entourés de leur armée respective.

S’il ne fallait retenir qu’une médaille, c’est bien cet étonnant exemplaire attribué à Jacques Rouaire (vers 1520-1571), maître orfèvre de Troyes, provenant des collections du musée des Beaux-arts de Lyon. Elle contient quatre bustes superposés à droite d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce (nous donnons la description du premier plan au dernier). Si le contexte de sa réalisation et sa signification restent énigmatiques, cette médaille n’en demeure pas moins fascinante dans le foisonnement des détails de l’armure ou du drapé à l’antique que revêt chaque buste et le traitement consciencieux de chaque physionomie. Il faut toutefois préciser un élément technique que le cartel ne mentionne pas. Cette médaille est réalisée par le biais du modelage et de la fonte, processus qui permet à l’artiste de tels détails et de se conformer aux progrès qui se jouent en même temps dans l’art du portrait.

Jacques Rouaire, Médaille aux effigies d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce, avant 1559, Lyon, musée des beaux-arts.

Cette petite présentation a donc le grand mérite de nous dévoiler une série métallique cohérente, qui, sans prétendre prendre la forme d’une histoire métallique, encourage la Monnaie des Médailles au XVIIe siècle à refaire et parfaire certains types, pour servir de jalon à la composition de celle de Louis XIV.

Pour rappel :

Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

Référence bibliographique :

Natalis Rondot, Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, Paris : A. Leroux, 1904.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "La médaille française sous Henri II", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 02/06/2019, https://medaille.hypotheses.org/456.

Bouchardon, dessinateur de médailles

Au cœur de la très belle exposition constituée par le musée du Louvre sur ce glorieux sculpteur du règne de Louis XV que fut Edme Bouchardon (1698-1762), une sous-section est dédiée à l’investissement de l’artiste dans la fourniture de modèles de médailles et de jetons.

 

Bouchardon, plus connu comme sculpteur et dessinateur…

Charles-Nicolas Cochin écrivit de lui qu’il fut « le plus grand sculpteur et le meilleur dessinateur de son siècle ». Formé auprès de son père, architecte et sculpteur, qui l’engagea comme collaborateur sur ses chantiers de Haute-Marne, il gagna Paris en 1722 pour entrer dans l’atelier de Guillaume Ier Coustou. Il se présenta immédiatement au Grand Prix de Rome qu’il remporta en août 1722 et partit dans la « cité éternelle » dès juillet 1723. Son goût pour la statuaire antique le conduisit à copier en marbre le Faune Barberini et il passa une dizaine d’année à étudier les modèles par le dessin. Ses talents de portraitistes furent rapidement connus et suscitèrent plusieurs commandes comme les bustes du baron Philipp von Stosch (1727) ou du pape Clément XII (1731). Rappelé en 1732 par le directeur des bâtiments du Roi qui ne voyait pas d’un très bon œil que le talent de Bouchardon alimentât les collections de la société romaine, il fut admis à l’académie de Saint-Luc à son retour à Paris et reçut un atelier et un logement dans la cour carrée du Louvre. Investit sur les chantiers de Saint-Sulpice (1734-1738), du bassin de Neptune à Versailles en concevant la figure en plomb de Protée (1739), il est passé à la postérité pour avoir été l’ingénieux concepteur de la fontaine de Grenelle à Paris (1739-1745) ou pour avoir ponctué l’ancienne place Louis XV par une gigantesque statue équestre (1752-1763). Parmi toutes ces commandes statuaires, il ne cessa jamais son activité de dessinateur et, outre la suite des Cris de Paris gravée par Étienne Fessard, sa collaboration à de nombreux frontispices et vignettes d’ouvrages, il donna également des modèles pour la production numismatique.

Continuer la lecture