Archives par étiquette : Conférence

Annonce de conférence : Récompenser le sportif

A l’occasion du Festival de l’Histoire de l’Art qui se tiendra au château de Fontainebleau du 31 mai au 2 juin 2024, nous avons le plaisir d’annoncer la tenue d’un dialogue sur l’usage et la fabrication des médailles sportives entre Béatrice Coullaré, responsable des collections et de la conservation au musée de la Monnaie de Paris, et Katia Schaal, A.T.E.R. à l’université de Poitiers. 

Intitulée Récompenser le sportif : de la couronne de laurier à la médaille dorée, cet échange soutenu par une sélection d’objets assez confidentiels se tiendra vendredi 31 mai 2024 de 16h à 17h dans la grande salle du Quartier Henri IV. 

Continuer la lecture

Annonce d’une conférence au musée Sandelin (Saint-Omer, 9 mars 2024) : Entre folklore et fleuret : l’œuvre médaillistique d’Ernesta Robert-Mérignac (1849-1933)

Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, le musée Sandelin de Saint-Omer organise un week-end événement du 8 au 10 mars 2024 en hommage à Ernesta Robert-Mérignac, une artiste audomaroise née en 1849, dont les œuvres sortiront des réserves pour intégrer le parcours de visite “Histoire et trésors de l’Audomarois” du musée Sandelin.

Carte de visite d’Ernesta Robert-Mérignac

Continuer la lecture

Annonce d’une conférence de la SENA (Monnaie de Paris, 4 oct. 2023) : Pierre Alexandre Morlon et les décorations militaires de la Grande Guerre

Nous avons le plaisir d’annoncer à nos lecteurs le thème de la prochaine conférence mensuelle de la Société d’Etudes numismatiques et archéologiques.

Le 4 octobre 2023, Katia Schaal interviendra à la Monnaie de Paris et en distanciel pour parler de la contribution de Pierre Alexandre Morlon à la conception et la diffusion de plusieurs décorations militaires au début des années 1920.

Cette conférence a pour titre :

Honorer les mobilisés de la Grande Guerre : concours, projet victorieux de Pierre Alexandre Morlon et épopée industrielle (1920-1922).

Alors que les autorités françaises manquèrent d’établir une numismatique de guerre pour soutenir entre 1914 et 1918 le moral des troupes et la propagande contre l’ennemi, un mouvement de rattrapage réussit à couvrir le devoir de mémoire et à honorer les mobilisés. Parmi les concours artistiques organisés en 1920 pour sélectionner les modèles de nouvelles décorations civiles et militaires, un même médailleur, Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), fut classé premier dans deux d’entre eux. Il conçut successivement la Médaille commémorative de la Grande Guerre et la Médaille interalliée dite de la Victoire sans défaillir face aux multiples acteurs de la commande et aux tumultes de l’entreprise industrielle. De surcroit, si Morlon s’était jusqu’alors illustré avec discrétion dans le domaine de l’art de la médaille, sa réputation grandit de manière à être propulsé à la tête d’un nouvel essaim de sculpteurs-médailleurs indispensables au foisonnement artistique de l’entre-deux-guerres.

Agence Meurisse, Projet face et revers de la Médaille commémorative de la Grande Guerre déposé par Pierre-Alexandre Morlon au concours de 1920, 24 janv. 1921, Photographie de presse, négatif sur verre, 13 × 18 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, fonds agence Meurisse, MEU 83739-88129
(Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9038156b )

Cette conférence vient prolonger à un billet que nous avions publié en 2021 sur les premières œuvres médaillistiques de ce sculpteur-médailleur (le consulter là).

Elle valorise quelques années de recherches doctorales, qui ont récemment été soutenues sous le titre La médaille de sculpteur, essor d’un genre à l’époque de la « médaillomanie » (1880-1920) et qui seront prochainement publiées.

Cette conférence accompagne enfin une exposition Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), un art au service de la République qui se tient au musée des Ursulines de Mâcon jusqu’au 5 novembre 2023 (voir la présentation). Nous recommandons aux passionnés de médailles de la visiter. Elle présente les différentes facettes de cet artiste, aussi bien actif dans le domaine de la sculpture, des arts décoratifs, de la monnaie que dans celui de la médaille. Que cet aspect n’ait pas été oublié et soit même valorisé “avec faste” est à saluer !

Pour les curieux qui ne pourraient pas se rendre à Mâcon, un catalogue a été publié aux éditions Snoeck, dans lequel un essai concerne l’engagement médaillistique de Morlon dans les éditions de la Monnaie de Paris. (Voir Katia Schaal, « Pierre-Alexandre Morlon et la Monnaie de Paris ou l’inlassable prolixité d’un fournisseur ordinaire », in Michèle Moyne-Charlet (dir.), Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), un art au service de la République, [Exposition, Mâcon, musée des Ursulines, 22 juin – 5 novembre 2023], Mâcon : Snoeck, 2023, p. 26-31.)

Etant donné, la brièveté du passage accordé à l’investissement de Morlon dans la conception de la Médaille commémorative de la Grande Guerre, puis de la Médaille interalliée dite de la Victoire, il nous a semblé nécessaire de présenter de façon inédite cette contribution à la phaléristique de guerre renouvelée par l’attrait de la médaille 1920.