Des médailles aux écoinçons d’une remise de médaille

Parmi l’exposition fleuve Paris Romantique présentée en ce moment au musée du Petit Palais, il est sûrement une œuvre que peu de visiteurs observent. D’abord parce qu’elle se trouve sur un pan de mur perpendiculaire à la mise à distance et ensuite parce que les objets qui l’entourent sont bien plus fastueux.

Peintre anonyme, Le duc d’Angoulême remettant la médaille de bronze à l’ébéniste François Baudry, 1827, huile sur toile, Paris, Arts décoratifs, inv. 2009.169.1.

Continuer la lecture

La conquête lunaire et la médaille

Si les événements historiques commémorés par la médaille tendent à se raréfier au XXe siècle, il en est un que ce domaine de l’art n’a pas oublié : la conquête de l’espace. À l’aide de cinq médailles issues des balanciers de la Monnaie de Paris, retraçons quelques épisodes de ces exploits de la science, conjugués au courage humain.

André Galtié est le premier médailleur à avoir inscrit sur une rondelle de métal de 7,2 cm de diamètre une des tentatives d’atteindre la Lune par un engin spatial. Le 2 janvier 1952, la petite sonde soviétique Luna 1 ne parvint pas à se satelliser sur l’orbite lunaire. Toutefois, en passant à proximité de l’astre, elle marqua une première étape que Galtié a symboliquement gravée dans le champ de la médaille par un grand pas de l’homme entre la sphère terrestre et la sphère lunaire. La fine légende circulaire qui est disposée au droit de la médaille note à ce titre que « L’homme a dominé l’attraction terrestre ». Au revers, la fusée se propulse dans le cosmos ponctué d’étoiles rayonnantes et de petits astéroïdes, tout en passant devant la Lune.

André Galtié, L’homme a dominé l’attraction terrestre, le 2 janvier 1952, 1968, argent frappé, D : 7,2 cm.

Continuer la lecture

Appel à communication : « Collectors and scholars : the numismatic world in the long 19th century »

Colloque international : Tübingen, Eberhard Karls Universität, 16 et 17 avril 2020

Date limite des réponses : 31 octobre 2019

Le colloque qui se tiendra à Tubingen en avril 2020 se penchera sur deux types d’acteurs qui ont été décisifs pour le progrès de la numismatique au XIXe siècle : le collectionneur et l’érudit.

Continuer la lecture

La médaille française sous Henri II

Exposition : Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

La commémoration des cinq cents ans de la naissance d’Henri II (1519-1559) est l’occasion pour le musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye de revenir sur ce roi que la postérité a eu tendance à oublier entre les fastes de son père, François Ier, et les frasques de son épouse, Catherine de Médicis. Si l’exposition revient en grande partie sur son entourage, son action en matière d’architecture pour la transformation du château de Saint-Germain-en-Laye ainsi que ses abords et sur les fastes de la vie de cour, une petite section est consacrée aux progrès de l’industrie monétaire et à l’essor créatif de l’art de la médaille au milieu du XVIe siècle.

Dans la chapelle, se déploie une vitrine circulaire qui met en valeur une vingtaine d’objets métalliques de façon édifiante. Le dispositif de présentation a choisi une présentation qui fait en quelque sorte « léviter » les médailles grâce à de très fines pattes métalliques. L’exemplarité de la présentation ne vient pas uniquement de cette association harmonieuse qui attire l’œil du visiteur dès lors qu’il pénètre dans la chapelle, mais aussi du choix qu’il a été fait de présenter à la fois des médailles, des coins et des poinçons pour révéler les progrès techniques de l’époque en matière de gravure et de mécanisation de la frappe.

Vitrine des médailles au sein de l’Exposition Henri II au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.
Médaille, poinçon partiel de revers et matrice de revers de L’Alliance avec l’Allemagne en 1552. Objets provenant de la Monnaie de Paris et du musée national de la Renaissance.

Au début du règne d’Henri II, la monnaie est encore frappée au marteau, engendrant des pièces irrégulières, susceptibles d’être rognées, comme le montre dans l’exposition l’écu d’or à l’effigie du roi daté vers 1549. Le connétable Anne de Montmorency s’active alors à trouver le moyen de limiter la contrefaçon monétaire. Le 31 janvier 1549, une ordonnance rédigée à Saint-Germain-en-Laye impose en premier lieu que toutes les espèces du royaume de France soient frappées d’après de nouveaux coins. On doit leur gravure à Marc Béchot (1520-1557) qui devient, par lettres patentes du 1er août 1547, le premier graveur général des Monnaies d’une longue lignée. Anne de Montmorency préconise également au roi d’appliquer à la production monétaire française les progrès qui viennent d’être faits par les orfèvres d’Augsbourg. Préalablement à l’opération de frappe, leur laminoir prépare les plaques de métal qui sont ensuite détaillées à l’aide de coupoirs. Chaque flan est alors forgé sous le balancier offrant désormais des pièces parfaitement rondes et pourvue d’un fort relief. En 1550, Guillaume de Marillac, intendant des Finances, se rend en compagnie d’Aubin Olivier, mécanicien actif à Paris, à Augsbourg pour étudier ces nouveaux procédés. Ils reviennent à Paris avec plusieurs machines qu’ils installent aux logis des Étuves, que Natalis Rondot situe à l’extrémité occidentale de l’île de la Cité, c’est-à-dire sur l’actuel quai de l’Horloge. L’emplacement forge le nom de la nouvelle institution, la Monnaie du Moulin des Étuves, définitivement autorisée en juillet 1553. Ainsi produits, les nouveaux types sont présentés au Roi qui juge la gravure « singulière, subtile et excellente ».

Écu d’or, teston de la Monnaie des Étuves et ordonnance de 1554.

Le court texte de la vitrine rappelle de manière efficace l’origine de la médaille, son introduction en France sous le règne de Charles VII et la maigre production sous Louis XII et de François Ier pour insister sur la mise en place d’une politique proactive en matière de création et de diffusion. Au-delà des courtes descriptions et des commentaires historiques sur les évènements qu’ils commémorent, les médailles elles-mêmes évoquent cette recherche dans la conception des effigies du souverain et de sa famille qui laissent transparaître plus de naturel. Au revers, les allégories et les compositions symboliques prennent davantage d’ampleur pour rappeler quelques traités d’alliance ou victoires militaires, comme La Trêve de Vaucelles, signée le 5 février 1556, où les silhouettes équestres d’Henri II et de Charles Quint se serrent la main, surmontés d’une Renommée et entourés de leur armée respective.

S’il ne fallait retenir qu’une médaille, c’est bien cet étonnant exemplaire attribué à Jacques Rouaire (vers 1520-1571), maître orfèvre de Troyes, provenant des collections du musée des Beaux-arts de Lyon. Elle contient quatre bustes superposés à droite d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce (nous donnons la description du premier plan au dernier). Si le contexte de sa réalisation et sa signification restent énigmatiques, cette médaille n’en demeure pas moins fascinante dans le foisonnement des détails de l’armure ou du drapé à l’antique que revêt chaque buste et le traitement consciencieux de chaque physionomie. Il faut toutefois préciser un élément technique que le cartel ne mentionne pas. Cette médaille est réalisée par le biais du modelage et de la fonte, processus qui permet à l’artiste de tels détails et de se conformer aux progrès qui se jouent en même temps dans l’art du portrait.

Jacques Rouaire, Médaille aux effigies d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce, avant 1559, Lyon, musée des beaux-arts.

Cette petite présentation a donc le grand mérite de nous dévoiler une série métallique cohérente, qui, sans prétendre prendre la forme d’une histoire métallique, encourage la Monnaie des Médailles au XVIIe siècle à refaire et parfaire certains types, pour servir de jalon à la composition de celle de Louis XIV.

Pour rappel :

Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

Référence bibliographique :

Natalis Rondot, Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, Paris : A. Leroux, 1904.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "La médaille française sous Henri II", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 02/06/2019, https://medaille.hypotheses.org/456.

Conférence : Les chaînes de Louis XIV

Jean Warin (1607-1672), Droit de la médaille en or à l’effigie de Louis XIV, 1672, BnF, département des Monnaies, Médailles et Antiques. Photo : Christie’s

Cycle de conférences « Trésors de Richelieu »

29 janvier 2019 – 18h15 à 19h30

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

En juin 2017, le Département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil, et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité, arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français. La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

Intervenants

  • Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne)
  • Inès Villela-Petit (BnF-Cabinet des Médailles)

https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2019/janvier-2019/tresors-de-richelieu-les-chaines-de-louis-xiv.html

Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !

« Que l’année nouvelle soit pour vous source… jaillissante de joies ». Ainsi reprenons-nous cette formule de la médaille de Bernard Turlan pour débuter 2019 et vous souhaiter une année riche en découverte médaillistique.

Droit de la médaille de Bernard Turlan, 1980 (modèle), bronze frappé à la Monnaie de Paris

Continuer la lecture

Journée d’études : “Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse”

Colloque reporté à une date ultérieure

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : S’inscrire en cliquant sur ce lien (obligatoire) 

Lieu : Ecole nationale des Chartes (Paris, 65, rue de Richelieu, (salle Delisle)

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Continuer la lecture

Programme du colloque “Art du puissant, objets multiples”

Art du puissant, objets multiples : médailles et jetons de la Renaissance à la Première Guerre Mondiale

Institut national d’Histoire de l’art
salle Vasari (1er étage)
Jeudi 30 mars au Samedi 1er avril

JEUDI 30 MARS

13h       Accueil

13h30   Ouverture du colloque

Portrait du Puissant

Présidence de séance : Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h       Myth-making of a renaissance Ruler : Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola Bronzino, Ilaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30   Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVI, Aurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h       Vus de profil : genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à Fallières, Katia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

Continuer la lecture

Bouchardon, dessinateur de médailles

Au cœur de la très belle exposition constituée par le musée du Louvre sur ce glorieux sculpteur du règne de Louis XV que fut Edme Bouchardon (1698-1762), une sous-section est dédiée à l’investissement de l’artiste dans la fourniture de modèles de médailles et de jetons.

 

Bouchardon, plus connu comme sculpteur et dessinateur…

Charles-Nicolas Cochin écrivit de lui qu’il fut « le plus grand sculpteur et le meilleur dessinateur de son siècle ». Formé auprès de son père, architecte et sculpteur, qui l’engagea comme collaborateur sur ses chantiers de Haute-Marne, il gagna Paris en 1722 pour entrer dans l’atelier de Guillaume Ier Coustou. Il se présenta immédiatement au Grand Prix de Rome qu’il remporta en août 1722 et partit dans la « cité éternelle » dès juillet 1723. Son goût pour la statuaire antique le conduisit à copier en marbre le Faune Barberini et il passa une dizaine d’année à étudier les modèles par le dessin. Ses talents de portraitistes furent rapidement connus et suscitèrent plusieurs commandes comme les bustes du baron Philipp von Stosch (1727) ou du pape Clément XII (1731). Rappelé en 1732 par le directeur des bâtiments du Roi qui ne voyait pas d’un très bon œil que le talent de Bouchardon alimentât les collections de la société romaine, il fut admis à l’académie de Saint-Luc à son retour à Paris et reçut un atelier et un logement dans la cour carrée du Louvre. Investit sur les chantiers de Saint-Sulpice (1734-1738), du bassin de Neptune à Versailles en concevant la figure en plomb de Protée (1739), il est passé à la postérité pour avoir été l’ingénieux concepteur de la fontaine de Grenelle à Paris (1739-1745) ou pour avoir ponctué l’ancienne place Louis XV par une gigantesque statue équestre (1752-1763). Parmi toutes ces commandes statuaires, il ne cessa jamais son activité de dessinateur et, outre la suite des Cris de Paris gravée par Étienne Fessard, sa collaboration à de nombreux frontispices et vignettes d’ouvrages, il donna également des modèles pour la production numismatique.

Continuer la lecture

Call for papers

INTERNATIONAL SYMPOSIUM

 

Art for the Powerful, Multiple Objects : Medals and Tokens in Europe from the Renaissance to the First World War

 

The medal was revived in the princely courts of fifteenth century Italy as a commemorative art and quickly adopted by sovereigns across Europe. Medals, tokens and other metallic objects devoid of fiduciary value became more and more widespread and benefitted from several peaks of popularity in the seventeenth, eighteenth and nineteenth century, as illustrated by the metallic histories of Louis XIV or Napoleon, a format adopted by others as far afield as the Tsar of Russia. Whilst changes in taste led the medal to be seen as in or out of fashion at different moments, it has continued to maintain its essentially commemorative function and has been used to express the ideals of all manner of political regimes from monarchies to republics.

Continuer la lecture

Appel à communication :

 “Art du puissant, objet multiple :  Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la Première Guerre mondiale”

30 mars au 1er avril 2017

PARIS, INHA (Institut national d’Histoire de l’art), 

07-519616-copieAmbitionnant d’engager de nouvelles réflexions sur les médailles et les jetons produits et circulant dans les cours européennes de la Renaissance à la Première Guerre mondiale, ce colloque se tiendra à Paris du 30 mars au 1er avril 2017.

Au XVe siècle, la médaille renaît dans les cours italiennes et revêt une valeur commémorative qui s’étend aux autres souverainetés européennes. Les médailles, les jetons et autres objets monétiformes sans valeur fiduciaire se répandent alors pour connaître de véritables moments d’apogée durant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : les plus célèbres manifestations de cette production étant, par exemple, l’édition d’histoires métalliques de Louis XIV à Napoléon, en passant par le Tsar de Russie. Malgré les fluctuations du goût qui lui font successivement connaître des périodes de renom puis de défaveur, la médaille ne perdit jamais de sa force d’usage et fut tout autant employée par les régimes républicains pour véhiculer leurs idéaux.

Continuer la lecture