Archives de catégorie : Etude

Un souvenir métallique du Soldat inconnu : la médaille de Marcel Dammann

Les médailles et les plaquettes évocatrices de la Grande Guerre sont nombreuses. On en dénombre près de deux cents exemplaires dans la collection du dépôt légal conservée au département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Au sein de ce riche fonds, on distingue deux ensembles : d’une part, ce que Charles Saunier nomme la « numismatique de guerre [1]», c’est-à-dire les médailles frappées pendant les évènements, pour soutenir l’effort de guerre, et ce en dépit du rationnement des matières métalliques ; d’autre part, les médailles commémoratives des héros et des grands épisodes militaires de 14-18. Pour ce travail de mémoire, l’Académie des inscriptions et belles-lettres prête son concours au directeur de l’Administration des monnaies et médailles qui est à l’initiative du projet sitôt l’armistice signée.

Dès le 5 décembre 1919, une séance de la Commission des inscriptions et médailles est consacrée à examiner « les conditions dans lesquelles pourrait être entreprise une Histoire métallique de la grande guerre, formant un ensemble d’œuvres commémoratives [2]». Bien que la Commission n’a jamais eu les moyens financiers de soutenir l’entreprise, ni le pouvoir d’imposer quelques noms de médailleurs ou le moindre programme iconographique, les membres, parmi lesquels on trouve Jean Babelon, un académicien pour le moins sensible à l’art de la médaille, et Auguste Patey, membre des beaux-arts et détaché pour l’occasion, sont avisés des projets adressés par les médailleurs et interviennent surtout dans la conception des légendes.

Ce vaste chantier voit les frappes s’étendre de 1919 à 1927. Il occupe aussi une quinzaine de médailleurs dont Marcel Dammann (1885-1939) qui propose en 1923 de rendre hommage au Soldat inconnu.

Marcel Dammann ébauchant la plastiline

Continuer la lecture

Ces signatures homonymiques causes d’erreurs d’attribution

Signature d’A. Falguières

Alexandre Falguière (Toulouse, 1831 – Paris, 1900) appartient à cette brillante génération de sculpteurs de la Troisième République dont la carrière est comblée de commandes, de distinctions et d’un œuvre foisonnant. Or, s’il n’a jamais produit de médailles, ou seulement quelques médaillons de ses proches[1], deux plaquettes pourvues d’une étrange signature sont venues semer le doute sur sa production.

Esméralda, 1909, plaquette uniface, bronze frappé, H. 10,5 x L. 5,9 cm, Paris, Monnaie de Paris, MED 34010. Photo : Monnaie de Paris / DR

Continuer la lecture

Trombine de médailleur : Hubert Ponscarme

Avec l’écho[1] qu’a eu le billet précédent consacré, rappelons-le, à la médaille d’honneur des épidémies, nous voulons ici rendre hommage au médailleur qui, en 1885, a eu la responsabilité de concevoir la décoration.

Ces derniers jours, toute la presse s’est interrogée sur la forme que prendrait la « nouvelle » médaille d’hommage aux soignants, que la porte-parole du gouvernement a annoncé le 13 mai 2020 vouloir « réactiver [2]», en illustrant leur article de la décoration conçue par Hubert Ponscarme (Belmont-les-Monthureux, 1827 – Malakoff, 1903).

Cela faisait plus d’un demi-siècle, si on se réfère à l’exposition consacrée en 1967 à La médaille en France, de Ponscarme à la fin de la Belle Epoque[3], voire plus d’un siècle, si on remonte aux hommages posthumes succédant à son décès en février 1903, que le petit nom de ce grand sculpteur-médailleur n’avait plus circulé dans la presse quotidienne. Alors « réactivons » à notre tour le souvenir de cet homme généreux, dévoué à son art, à ses élèves et dont le nom reste intimement attaché à la rénovation de la médaille de la fin du XIXe siècle.

Hubert Ponscarme, Buste de l’artiste par lui-même, 1890-1900, plâtre, localisation inconnue

« Robuste, vif, l’air sorti d’une fresque de Michel-Ange, avec sa barbe de fleuve, ses épaules larges, son air d’autorité, il parle d’une voix sonore avec de grands gestes et son rire est homérique. Au fond, c’est le meilleur des hommes, d’une bonté exquise, d’une franchise peu commune et d’une maladresse absolue dès qu’il s’agit de ‘’soigner’’ sa réputation. [4]»

Continuer la lecture

La médaille et les épidémies 2/2

2e volet : Récompenser le citoyen. La médaille d’honneur des épidémies (1885-1962)

Nous poursuivons l’exploration de cette thématique (d’actualité) en abordant un autre versant de la médaille. Après avoir vu dans le billet précédent comment la médaille a été employée à commémorer l’épidémie de choléra de 1832, nous vous proposons d’évoquer la question de la distinction accordée aux hommes et aux femmes issus de la société civile qui ont fait preuve de courage et d’abnégation à lutter contre la propagation d’épidémies, encore bien nombreuses à survenir à la fin du XIXe siècle et au cours de la première moitié du XXe siècle. Ainsi, il n’est plus tant question de « médaille » que de « décoration civile » et nous quittons le champ de la numismatique pour celui de la phaléristique. De fait, le format des objets diminue. Ils se garnissent de ruban et surtout d’une épingle pour assurer une fonction de portabilité. L’iconographie a tendance à se réduire à la symbolique républicaine et abandonne aux inscriptions une part non négligeable de son espace.

Hubert Ponscarme, Médaille d’honneur des épidémies, exemplaire en bronze frappé entre 1885 et 1889 par le ministère du Commerce, 27 mm, Coll. part.

Continuer la lecture

La médaille et les épidémies 1/2

1er volet : Commémorer l’épidémie de choléra de 1832

La période de confinement que nous traversons n’est pas joyeuse et le billet que nous publions ici ne réjouira pas davantage l’atmosphère. Nous proposons toutefois un petit focus sur le thème des épidémies de choléra qu’a successivement connues le XIXe siècle et que la médaille a eues pour objectif de commémorer.

En 1832, le choléra se propage en France après un développement en Inde à partir du milieu des années 1820. Les premiers cas sont répertoriés à Paris à la fin du mois de mars. Six mois plus tard, on dénombre près de 100 000 morts en France. Deux médailles commémorent cette tragédie humaine. Commandées par la Ville de Paris dans les derniers mois de l’année 1832, elles sont mises en concurrence en émanant de deux graveurs en médailles parmi les plus réputés de l’époque.

Ursin Vatinelle, Médaille pour service rendu à l’occasion de l’épidémie de choléra qui touche Paris en 1832, 1832, Bronze frappé, D : 6.8 cm, Paris, Musée Carnavalet, ND 4503

Continuer la lecture

La sociabilité des artistes graveurs : deux organes qu’il reste à étudier

Croquis, La Revue artistique, déc 1910, p. 11

La Société des artistes graveurs en pierre fine français

Entre la fin du XIXe siècle et la première décennie du XXe siècle, les sociétés d’artistes abondent en France. Nombreux sont les artistes à poursuivre les mêmes ambitions, les mêmes idéaux et les mêmes difficultés artistiques, si bien que l’idée de s’associer dans le but de défendre des intérêts communs leur apparaît une solution idéale.

En marge des sociétés de peintres de marine[1], de sculpteurs-modeleurs[2], d’aquarellistes[3] déjà bien connues et étudiées par la recherche universitaire[4], il existe une société fondée le 28 juillet 1910 dans le but de protéger et de promouvoir un art et une catégorie d’artistes souvent oubliés : la gravure en pierres fines et les lithoglyphes.

Continuer la lecture

Des médailles aux écoinçons d’une remise de médaille

Parmi l’exposition fleuve Paris Romantique présentée en ce moment au musée du Petit Palais, il est sûrement une œuvre que peu de visiteurs observent. D’abord parce qu’elle se trouve sur un pan de mur perpendiculaire à la mise à distance et ensuite parce que les objets qui l’entourent sont bien plus fastueux.

Peintre anonyme, Le duc d’Angoulême remettant la médaille de bronze à l’ébéniste François Baudry, 1827, huile sur toile, Paris, Arts décoratifs, inv. 2009.169.1.

Continuer la lecture

La conquête lunaire et la médaille

Si les événements historiques commémorés par la médaille tendent à se raréfier au XXe siècle, il en est un que ce domaine de l’art n’a pas oublié : la conquête de l’espace. À l’aide de cinq médailles issues des balanciers de la Monnaie de Paris, retraçons quelques épisodes de ces exploits de la science, conjugués au courage humain.

André Galtié est le premier médailleur à avoir inscrit sur une rondelle de métal de 7,2 cm de diamètre une des tentatives d’atteindre la Lune par un engin spatial. Le 2 janvier 1952, la petite sonde soviétique Luna 1 ne parvint pas à se satelliser sur l’orbite lunaire. Toutefois, en passant à proximité de l’astre, elle marqua une première étape que Galtié a symboliquement gravée dans le champ de la médaille par un grand pas de l’homme entre la sphère terrestre et la sphère lunaire. La fine légende circulaire qui est disposée au droit de la médaille note à ce titre que « L’homme a dominé l’attraction terrestre ». Au revers, la fusée se propulse dans le cosmos ponctué d’étoiles rayonnantes et de petits astéroïdes, tout en passant devant la Lune.

André Galtié, L’homme a dominé l’attraction terrestre, le 2 janvier 1952, 1968, argent frappé, D : 7,2 cm.

Continuer la lecture

La médaille française sous Henri II

Exposition : Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

La commémoration des cinq cents ans de la naissance d’Henri II (1519-1559) est l’occasion pour le musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye de revenir sur ce roi que la postérité a eu tendance à oublier entre les fastes de son père, François Ier, et les frasques de son épouse, Catherine de Médicis. Si l’exposition revient en grande partie sur son entourage, son action en matière d’architecture pour la transformation du château de Saint-Germain-en-Laye ainsi que ses abords et sur les fastes de la vie de cour, une petite section est consacrée aux progrès de l’industrie monétaire et à l’essor créatif de l’art de la médaille au milieu du XVIe siècle.

Dans la chapelle, se déploie une vitrine circulaire qui met en valeur une vingtaine d’objets métalliques de façon édifiante. Le dispositif de présentation a choisi une présentation qui fait en quelque sorte « léviter » les médailles grâce à de très fines pattes métalliques. L’exemplarité de la présentation ne vient pas uniquement de cette association harmonieuse qui attire l’œil du visiteur dès lors qu’il pénètre dans la chapelle, mais aussi du choix qu’il a été fait de présenter à la fois des médailles, des coins et des poinçons pour révéler les progrès techniques de l’époque en matière de gravure et de mécanisation de la frappe.

Vitrine des médailles au sein de l’Exposition Henri II au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.
Médaille, poinçon partiel de revers et matrice de revers de L’Alliance avec l’Allemagne en 1552. Objets provenant de la Monnaie de Paris et du musée national de la Renaissance.

Au début du règne d’Henri II, la monnaie est encore frappée au marteau, engendrant des pièces irrégulières, susceptibles d’être rognées, comme le montre dans l’exposition l’écu d’or à l’effigie du roi daté vers 1549. Le connétable Anne de Montmorency s’active alors à trouver le moyen de limiter la contrefaçon monétaire. Le 31 janvier 1549, une ordonnance rédigée à Saint-Germain-en-Laye impose en premier lieu que toutes les espèces du royaume de France soient frappées d’après de nouveaux coins. On doit leur gravure à Marc Béchot (1520-1557) qui devient, par lettres patentes du 1er août 1547, le premier graveur général des Monnaies d’une longue lignée. Anne de Montmorency préconise également au roi d’appliquer à la production monétaire française les progrès qui viennent d’être faits par les orfèvres d’Augsbourg. Préalablement à l’opération de frappe, leur laminoir prépare les plaques de métal qui sont ensuite détaillées à l’aide de coupoirs. Chaque flan est alors forgé sous le balancier offrant désormais des pièces parfaitement rondes et pourvue d’un fort relief. En 1550, Guillaume de Marillac, intendant des Finances, se rend en compagnie d’Aubin Olivier, mécanicien actif à Paris, à Augsbourg pour étudier ces nouveaux procédés. Ils reviennent à Paris avec plusieurs machines qu’ils installent aux logis des Étuves, que Natalis Rondot situe à l’extrémité occidentale de l’île de la Cité, c’est-à-dire sur l’actuel quai de l’Horloge. L’emplacement forge le nom de la nouvelle institution, la Monnaie du Moulin des Étuves, définitivement autorisée en juillet 1553. Ainsi produits, les nouveaux types sont présentés au Roi qui juge la gravure « singulière, subtile et excellente ».

Écu d’or, teston de la Monnaie des Étuves et ordonnance de 1554.

Le court texte de la vitrine rappelle de manière efficace l’origine de la médaille, son introduction en France sous le règne de Charles VII et la maigre production sous Louis XII et de François Ier pour insister sur la mise en place d’une politique proactive en matière de création et de diffusion. Au-delà des courtes descriptions et des commentaires historiques sur les évènements qu’ils commémorent, les médailles elles-mêmes évoquent cette recherche dans la conception des effigies du souverain et de sa famille qui laissent transparaître plus de naturel. Au revers, les allégories et les compositions symboliques prennent davantage d’ampleur pour rappeler quelques traités d’alliance ou victoires militaires, comme La Trêve de Vaucelles, signée le 5 février 1556, où les silhouettes équestres d’Henri II et de Charles Quint se serrent la main, surmontés d’une Renommée et entourés de leur armée respective.

S’il ne fallait retenir qu’une médaille, c’est bien cet étonnant exemplaire attribué à Jacques Rouaire (vers 1520-1571), maître orfèvre de Troyes, provenant des collections du musée des Beaux-arts de Lyon. Elle contient quatre bustes superposés à droite d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce (nous donnons la description du premier plan au dernier). Si le contexte de sa réalisation et sa signification restent énigmatiques, cette médaille n’en demeure pas moins fascinante dans le foisonnement des détails de l’armure ou du drapé à l’antique que revêt chaque buste et le traitement consciencieux de chaque physionomie. Il faut toutefois préciser un élément technique que le cartel ne mentionne pas. Cette médaille est réalisée par le biais du modelage et de la fonte, processus qui permet à l’artiste de tels détails et de se conformer aux progrès qui se jouent en même temps dans l’art du portrait.

Jacques Rouaire, Médaille aux effigies d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce, avant 1559, Lyon, musée des beaux-arts.

Cette petite présentation a donc le grand mérite de nous dévoiler une série métallique cohérente, qui, sans prétendre prendre la forme d’une histoire métallique, encourage la Monnaie des Médailles au XVIIe siècle à refaire et parfaire certains types, pour servir de jalon à la composition de celle de Louis XIV.

Pour rappel :

Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

Référence bibliographique :

Natalis Rondot, Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, Paris : A. Leroux, 1904.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "La médaille française sous Henri II", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 02/06/2019, https://medaille.hypotheses.org/456.

Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !

« Que l’année nouvelle soit pour vous source… jaillissante de joies ». Ainsi reprenons-nous cette formule de la médaille de Bernard Turlan pour débuter 2019 et vous souhaiter une année riche en découverte médaillistique.

Droit de la médaille de Bernard Turlan, 1980 (modèle), bronze frappé à la Monnaie de Paris

Continuer la lecture

Bouchardon, dessinateur de médailles

Au cœur de la très belle exposition constituée par le musée du Louvre sur ce glorieux sculpteur du règne de Louis XV que fut Edme Bouchardon (1698-1762), une sous-section est dédiée à l’investissement de l’artiste dans la fourniture de modèles de médailles et de jetons.

 

Bouchardon, plus connu comme sculpteur et dessinateur…

Charles-Nicolas Cochin écrivit de lui qu’il fut « le plus grand sculpteur et le meilleur dessinateur de son siècle ». Formé auprès de son père, architecte et sculpteur, qui l’engagea comme collaborateur sur ses chantiers de Haute-Marne, il gagna Paris en 1722 pour entrer dans l’atelier de Guillaume Ier Coustou. Il se présenta immédiatement au Grand Prix de Rome qu’il remporta en août 1722 et partit dans la « cité éternelle » dès juillet 1723. Son goût pour la statuaire antique le conduisit à copier en marbre le Faune Barberini et il passa une dizaine d’année à étudier les modèles par le dessin. Ses talents de portraitistes furent rapidement connus et suscitèrent plusieurs commandes comme les bustes du baron Philipp von Stosch (1727) ou du pape Clément XII (1731). Rappelé en 1732 par le directeur des bâtiments du Roi qui ne voyait pas d’un très bon œil que le talent de Bouchardon alimentât les collections de la société romaine, il fut admis à l’académie de Saint-Luc à son retour à Paris et reçut un atelier et un logement dans la cour carrée du Louvre. Investit sur les chantiers de Saint-Sulpice (1734-1738), du bassin de Neptune à Versailles en concevant la figure en plomb de Protée (1739), il est passé à la postérité pour avoir été l’ingénieux concepteur de la fontaine de Grenelle à Paris (1739-1745) ou pour avoir ponctué l’ancienne place Louis XV par une gigantesque statue équestre (1752-1763). Parmi toutes ces commandes statuaires, il ne cessa jamais son activité de dessinateur et, outre la suite des Cris de Paris gravée par Étienne Fessard, sa collaboration à de nombreux frontispices et vignettes d’ouvrages, il donna également des modèles pour la production numismatique.

Continuer la lecture