Le cadre d’Alexandre Morlon exposé au Salon de 1904 : un exemple de dispersion d’un ensemble médaillistique

À l’issue du Salon des artistes français de l’année 1904, Alexandre Morlon (Mâcon, 1878 – Houdan, 1951) reçoit une généreuse proposition de la part de la direction des beaux-arts[1] : l’acquisition de l’ensemble de médailles et plaquettes qu’il avait rassemblé pour l’occasion. Avec cette offre, le sculpteur-médailleur bénéficie du premier achat de sa toute jeune carrière et de l’assurance de voir ses œuvres entrer dans les collections nationales.

Alexandre Morlon vient alors de fêter ses 25 ans et gravite encore dans les ateliers de l’École nationale des beaux-arts. Fils du sculpteur-marbrier Pierre Morlon (1844-1906), qui est passé à la postérité pour avoir été l’un des nombreux praticiens d’Auguste Rodin, il débute sa formation dans l’atelier paternel[2]. À l’adolescence, il intègre l’École municipale des arts industriels de Mâcon, de laquelle il sort en 1896 déjà prêt à s’insérer professionnellement dans l’activité de tailleur de pierre. Son père l’emploie d’ailleurs quelques mois comme collaborateur, avant qu’il ne fasse mine de plus larges ambitions et ne réussisse le concours d’entrée de l’École nationale des beaux-arts[3]. Le 25 juin 1897, Alexandre Morlon est ainsi admis dans l’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière (1831-1900), à qui Antonin Mercié (1845-1916) succède en 1900. C’est un élève appliqué qui se présente régulièrement aux concours d’émulation et qui remporte plusieurs mentions. Mais déjà, il lorgne du côté de l’art de la médaille. Il y est d’abord initié par Henri Dubois (1859-1943), dont l’atelier privé est réputé dans Paris pour accueillir tous les médailleurs qui n’ont pas la chance de suivre la formation académique dispensée par Hubert Ponscarme (1827-1903) à l’École des beaux-arts. Morlon finit d’ailleurs par s’y inscrire le 11 juin 1901, poursuivant ainsi de front une double formation en sculpture et en gravure en médailles. Il participe successivement au Grand Prix de 1902 et 1905 – contrairement à tous les autres arts, le rythme du Prix de Rome de gravure en médailles et en pierres fines est triennal – sans parvenir à monter en loge. La plus belle victoire de Morlon reste donc son second prix au concours Chenavard, dont les conclusions sont rendues le 12 avril 1906.

Sans avoir donc tout à fait achevé sa formation, Morlon expose au Salon des artistes français. Son nom apparaît parmi les exposants de la section gravure en médailles dès l’année 1900. À partir de 1903, il double sa participation en adressant également des œuvres en section sculpture, ce qui lui vaut une médaille de troisième classe. En 1904, il procède de la même manière. Il envoie un cadre de médailles dans la section dédiée (n° 3460), ainsi qu’un groupe intitulé Banc de misère (n° 3157) et un Buste d’enfant (n° 3158) dans celle de sculpture. Enfin, cette année 1904 a ceci de remarquable que notre sculpteur-médailleur triple les possibilités de rendre visible sa production, en destinant également L’Épave, une figurine en terre cuite patinée, dans la section arts décoratifs (n° 4870).

Le Salon des artistes vivants, ouvert le 1er mai 1904 au Grand Palais des Champs-Elysées, donne donc à voir au public qui s’y presse « un cadre contenant des médailles et plaquettes en plâtre » sous le n° 3460 de la section gravure en médailles. Cette mention bien laconique tirée du Catalogue des ouvrages de Peinture, Sculpture, Architecture, Gravure et Lithographie[4] ne permet malheureusement pas de saisir la qualité du contenu, ni le nombre exact d’objets qui y figurent. En effet, alors que le règlement du Salon oblige les artistes à limiter leurs envois au nombre de deux œuvres par section, celle de gravure en médailles applique cette clause au nombre de cadres et non au nombre d’items contenus dans les cadres. Ce petit arrangement entre médailleurs, institué à partir des années 1880, permet à certains de déployer outrageusement leur production autour d’ensembles allant jusqu’à une quarantaine d’épreuves médaillistiques[5] ! Ce constat permet en outre de mettre en valeur un dispositif de monstration de la médaille très répandu au XIXe siècle et au début du XXe siècle, dont nous avons déjà longuement parlé dans nos précédents travaux[6] : le « cadre de médailles ». Il consiste à disposer harmonieusement, sur un fond de velours cramoisi, des clichés[7] de médailles de manière à présenter pédagogiquement les objets sous leurs deux facettes et à les hausser au même rang d’intérêt que la peinture par un pourtour en bois agrémenté d’un liseré doré. L’évolution du goût, la relégation de la médaille dans les réserves des musées et l’entrée en vigueur de préconisation en termes de conservation préventive ont ensuite conduit à la suppression des cadres dans la seconde moitié du XXe siècle.

Jusqu’à présent, nous disposions de très rares éléments détaillant le contenu du cadre exposé par Morlon en 1904[8]. Grâce à Paul Gsell et sa recension de la médaille aux Salons, nous savions par exemple que « quelques figures isolées célèbrent les travaux de femmes […] ; de Morlon, une charmante petite couturière qui pousse attentivement un ourlet [9]». Cependant, mis à part la reproduction gravée de cette plaquette en marge du texte, aucun autre élément n’engage à mieux saisir l’ensemble. Là intervient l’exploitation des archives. C’est notamment en dépouillant le fonds « préféré » des historiens de l’art contemporain aux archives nationales, la série F/21, riche de correspondances et de rapports émanant des différents interlocuteurs de Morlon à la direction des beaux-arts, que nous avons enfin pu appréhender le contenu du cadre et identifier les objets au sein des collections nationales[10].

Tout débute le 18 juin 1904 avec une note émanant du bureau des travaux d’art[11]. Elle indique que le budget d’acquisition permet d’acheter pour trois cents francs de plaquettes à Morlon. En marge, il est par ailleurs griffonné que l’affaire est confié à Eugène Morand (1853-1930), alors conservateur du Dépôt du commissariat des expositions. Ce dernier est invité à se mettre en rapport avec l’artiste et à désigner ce qui pourrait être acquis. Sans tarder, Morand répond le 25 juin que pour cette somme une partie des plaquettes exposées au Salon peut l’être et deux jours plus tard, le 27 juin, il complète son rapport en fournissant une sélection de cinq plaquettes : Joueur de boules, Couturière, Laveuse et deux Portraits de femmes. Entre temps, Morand s’est déplacé dans l’atelier du sculpteur-médailleur pour s’entretenir avec lui du choix des sujets, sur lequel il confie :

« M. Morlon ne trouvant pas ces œuvres exposées à l’état de reproductions galvanoplastiques d’une qualité de matière qui le satisfasse, tient à en faire exécuter des épreuves en bronze et ce sont ces épreuves qu’il déposera à la direction des beaux-arts dans le courant du mois prochain. [12]»

Cette correspondance nous renseigne donc sur plusieurs éléments. Premièrement, elle identifie les sujets d’une partie de l’ensemble de médailles et plaquettes exposé sous le n° 3460. Deuxièmement, les exemplaires présentés n’étaient pas de simples maquettes en plâtre, comme mentionné dans le catalogue, mais des reproductions galvanoplastiques. Troisièmement, Morlon se propose de faire fondre en bronze des épreuves dignes de la qualité muséale. Le dossier d’archives se complète encore d’une note d’André Saglio (1869-1929), commissaire des expositions et également en charge de la conservation des œuvres dudit commissariat, adressée le 6 juillet 1904 au bureau des travaux d’art pour les informer de la livraison des plaquettes en bronze et leur fournir les numéros d’inventaire. Dès le lendemain, il s’ensuit la rédaction de l’arrêté d’acquisition. Grâce à ces pièces d’archives complémentaires, notons que Morlon procède très rapidement à la fonte promise. Il n’a besoin que d’une dizaine de jours pour la faire aboutir, prouvant là que son réseau professionnel est déjà solide, puisqu’il peut compter sur la promptitude d’un fondeur parisien, qu’il reste à identifier[13]. Nous constatons également que Morlon livre ses œuvres avant même la promulgation de l’arrêté d’acquisition[14]. En outre, cette livraison inclut une plaquette supplémentaire. En effet, alors que les échanges précédents évoquaient un ensemble de cinq plaquettes, c’est bien six œuvres que Saglio porte sur l’inventaire entre les numéros FNAC (acronyme de Fonds national d’art contemporain) 1462 et 1467. Morlon a donc ajouté de sa propre initiative un troisième portrait, celui de M. C. Gonzalès, sans trop que l’on sache pourquoi.

À cette étape de la recherche, l’illustration de l’ensemble grâce à des exemplaires semblables – puisque, faut-il le rappeler, la médaille est un art du multiple – pourrait s’envisager[15]. Cependant, ce qui nous importe est l’identification des spécimens correspondant. Dans cette optique, il est important de s’intéresser au devenir des six plaquettes. Intégrées à la gigantesque collection nationale d’art contemporain, leur dispersion est symptomatique de la politique de dépôts que met en place le bureau des travaux d’art dès la fin du XIXe siècle pour enrichir les collections des musées de France. Deux d’entre elles ne restent pas longtemps au Dépôt du commissariat des expositions[16]. En mars 1906, le portrait de femme dite Suzanne et le portrait de M. C. Gonzalès sont attribués au musée des beaux-arts de Saint-Étienne par arrêté du 12 mars 1906[17]. Quant au Joueur de boules, la Couturière, la Laveuse et le Portrait de femme dite Suzanne, ils sont attribués le 20 août 1912 au musée du Luxembourg – alors musée des artistes vivants, situé dans l’orangerie du palais du Luxembourg à Paris[18]. S’il est donc à regretter la division de ce lot de médaillons et plaquettes en deux envois, il devient désormais aisé de les identifier.

Il s’agit de :

*Joueur de boules, 1904, médaillon uniface, bronze fondu, D. 9,9 cm, Paris, musée d’Orsay, Medor 951 ou FNAC 1462 (entré au musée du Luxembourg le 20 août 1912). (Voir l’illustration dans sa page)

Le médaillon nous donne à voir un bouliste courbé à droite, s’apprêtant à pointer. Datant de 1904, Morlon reprendra son modèle en 1927, de manière à éditer, par le biais d’un contrat signé avec la Monnaie de Paris, une breloque au module de 18 mm[19].

 

*Couturière, 1903, plaquette uniface, bronze fondu, 8,8 x 11,9 cm, Paris, musée d’Orsay, Medor 942 ou FNAC 1463 (entré au musée du Luxembourg le 20 août 1912). (Voir l’illustration dans sa page)

Paul Gsell nous avait déjà décrit le soin avec lequel la couturière, assise à gauche, conduisait le tissu sous l’aiguille de sa machine. Nous pouvons désormais considérer l’acuité dont Morlon fait preuve à l’égard de la représentation du geste technique qui l’intègre parmi les meilleurs médailleurs à s’être intéressés à la représentation du travail.

 

*Laveuse, de son titre originel, aujourd’hui ré-intitulé Blanchisseuse, 1904, plaquette uniface, bronze fondu, 12,4 x 8,1 cm, Paris, musée d’Orsay, Medor 941 ou FNAC 1464 (entré au musée du Luxembourg le 20 août 1912). (Voir l’illustration dans sa page)

Le format vertical de la plaquette permet de reproduire en pied une blanchisseuse courbée au-dessus d’une cuve. Nous savons par les travaux de Denis Grisel que la grand-mère paternelle d’Alexandre Morlon, Eugénie Dubois, était blanchisseuse de profession[20]. Doit-on voir derrière cette silhouette un hommage à cette dernière ?

 

*Portrait de femme dite Marie, 1903, plaquette uniface, bronze fondu, 12,9 x 9,4 cm, Paris, musée d’Orsay, Medor 952 ou FNAC 1465 (entré au musée du Luxembourg le 20 août 1912). (Voir l’illustration dans sa page)

Cette plaquette illustre cette fois le talent de portraitiste de Morlon. Ce buste de femme, à gauche, coiffée d’un chapeau, est bien daté de 1903 et avait déjà pu faire l’objet d’une exposition au Salon de l’année précédente.

 

*Portrait de femme dite Suzanne sûrement Suzanne Marie Geneviève Sotain, épouse d’Alexandre Morlon, 1903, plaquette uniface, bronze fondu, dimensions inconnues, Saint-Étienne, musée d’art et d’industrie, inv. 117 ou FNAC 1466 (envoi de l’État en 1906). (illustration issue de la documentation du M’O)

En 1913, Alexandre Morlon finit par épouser Suzanne Marie Geneviève Sotain, qu’il connaît depuis plus de dix ans, en témoigne ce portrait en plaquette.

 

*Portrait de M. C. Gonzalès, 1902, plaquette uniface, bronze fondu, dimensions inconnues, Saint-Étienne, musée d’art et d’industrie, s. n. ou FNAC 1467 (envoi de l’État en 1906). (illustration inconnue)

Si nous ignorons l’identité du personnage, l’ajout de ce portrait dans le lot préalablement sélectionné par Morland nous interroge sur le rôle et l’importance sociale de l’individu dans le processus d’acquisition. M. Gonzalès serait-il intervenu auprès du ministre de l’instruction publique ou du directeur des beaux-arts pour recommander le jeune sculpteur-médailleur ? Espérons du moins que nos recherches puissent identifier cette plaquette.

Nota bene en date du 31/01/2022 : Après avoir échangé avec les responsables des collections du musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne, la plaquette, numérotée 2009.0.1578 et représentant un austère buste masculin à gauche, a fait l’objet d’une prise de vue. Nous en profitons pour les remercier de leur aide.

 

En conclusion, il n’est pas ici nécessaire de redire à quel point la recherche en archives est profitable à la connaissance des œuvres d’art. Dans le cas de la médaille, où l’état de la connaissance est encore trop laconique, il permet de préciser des datations, d’éclairer l’historique des modèles et la provenance des exemplaires. Sans compter que dans le cas présent, l’étude menée sur cette première acquisition faite au jeune Alexandre Morlon vient légitimer son talent, lui conférer un nom auprès des instances de l’art et sert de tremplin à une brillante carrière de sculpteur-médailleur.

 

 

 

[1] Le ministère de la culture étant une création de la Ve République, sous la IIIe République, l’instance en charge de la politique culturelle et artistique n’était qu’une administration (tantôt direction, tantôt sous-secrétariat), placée sous tutelle du ministère de l’instruction publique et des beaux-arts.

[2] Pour plus d’informations biographiques nous renvoyons aux travaux de Denis Grisel, « Pierre-Alexandre Morlon, sculpteur et médailleur », Annales de l’Académie de Mâcon, vol. 7,  1995, p. 47-66. Voir aussi Leonard Forrer, Biographical dictionary of medallists, coin, gem- and seal-engravers, mint-masters, etc., ancient and modern, with references to their works, B. C. 500-A. D. 1900, Londres : Spink and son, 1904-1930, t. IV, p. 152 ; t. VIII, p. 78-79 ; Sylvie Juvénal et Jean-Luc Denier, « [Notice biographique] Alexandre Morlon », dans Catherine Chevillot, Édouard Papet (dir.), Au creux de la main. La médaille en France aux XIXe & XXe siècles, Paris : Skira-Flammarion ; Musée d’Orsay, 2012, p. 96 ; p. 138-141, ill. n° 199, 201-202.

[3] AN, AJ52 338, dossier individuel de l’élève Pierre-Alexandre Morlon.

[4] Société des artistes français, Explication des ouvrages de Peinture, Sculpture, Architecture, Gravure et Lithographie des artistes vivants exposés au grand palais des Champs-Elysées avenue Alexandre III, le 1er mai 1904, Paris : Librairie d’art, 1904 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1104346

[5] Citons pour exemple Gustave Deloye qui adresse en 1888 « Quarante-cinq médaillons ; bronzes » (n° 4782) ou Louis-Victor Tricard qui envoie en 1901 « Un cadre contenant quarante-quatre médailles, bronze argenté » (n° 3693).

[6] Voir la partie « Le dispositif original du « cadre de médailles » dans Schaal Katia, « Alphonse de Rothschild, acteur de la médaillomanie fin XIXe-début XXe siècle », De la sphère privée à la sphère publique. Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises, sous la dir. de Pauline Prévost-Marcilhacy et Laura de Fuccia, Paris : Ed. numériques de l’INHA, 2019. Nous nous permettons également de mentionner : Katia Schaal, « Tentative de restitution d’un cadre de médailles disparu de Victor Peter au musée d’Avesnes-sur-Helpe », Portail Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises, notice en ligne publiée le 13 mars 2019 [https://collections.rothschild.inha.fr/fr/uvres/selection-d-oeuvres/toutes-les-oeuvres/un-cadre-de-plaquettes-par-victor-peter.html] ; Katia Schaal, « Cadre de douze médaillons en bronze par Jean-Désiré Ringel d’Illzach au musée des beaux-arts de Tourcoing », Portail Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises, notice en ligne publiée le 3 juin 2019 [https://collections.rothschild.inha.fr/fr/uvres/selection-d-oeuvres/toutes-les-oeuvres/mes-enfants-par-jules-clement-chaplain/cadre-de-douze-medaillons-en-bronze-par-jean-desire-ringel-d-illzach.html]

[7] Le cliché est l’empreinte d’un coin pris dans un métal de moindre qualité comme l’étain ou la reproduction en bronze d’un seul côté d’une médaille dans le but d’une présentation pédagogique en contexte muséal.

[8] Le billet de Gilles Marchand le rappelait avant nous. Gilles Marchand, « Alexandre Morlon au Salon des artistes de 1904 », La numismatique de Mâconnais, [en ligne] http://www.numismatique-en-maconnais.fr/category/pierre-alexandre-morlon/, publié le 17 septembre 2017.

[9] Paul Gsell, « Les médailles et plaquettes aux Salons de 1904 », Art et décoration, t. XVI, juil.-déc. 1904, p. 38

[10] AN, F21 4250, dossier 47 : Achat de six plaquettes bronze ; F21 4329, dossier de correspondance au nom de Pierre-Alexandre Morlon.

[11] Dans le « millefeuille » de services structurant la direction des beaux-arts (voir la note n° 1 à ce sujet), le bureau des travaux d’art, musées et expositions se substitue au bureau de l’encouragement des arts par l’arrêté du 18 février 1882. Il a dans ses nombreuses attributions la décoration des édifices publics, l’érection des monuments publics, les commandes et acquisitions d’œuvres d’art, la gestion des dépôts d’œuvres d’art appartenant à l’État, la gestion des voyages et missions, l’attribution de bourses de voyage ainsi que d’indemnités ou secours aux artistes nécessiteux, l’organisation d’expositions en France et à l’étranger, la gestion des Musées nationaux et musées départementaux, etc.

[12] AN, F21 4250, dossier 47 : Lettre de Morand, 27 juin 1904.

[13] Il faudrait expertiser les médailles de plus près et notamment observer la qualité de la fonte sur leur revers, mais il nous semble peu probable que Morlon ait eu recours à Antonin Liard, en dépit du fait qu’il se soit adressé à lui plus tard dans sa carrière.

[14] Ajoutons que le paiement est acquitté le 11 août 1904.

[15] Sous réserve que ces multiples aient été identifiés, ce qui n’est pas encore le cas pour notre exemple.

[16] Le commissariat des expositions des beaux-arts en France et à l’étranger, lui-même sous tutelle du bureau des travaux d’art, étant implanté au Grand Palais, une réserve appelée « dépôt » y est installée dans laquelle sont entreposés tous les achats de l’État en attente d’un lieu d’exposition.

[17] AN, F21 4350B, Dépôt de l’État : Registre des œuvres de sculpture.

[18] AMN [Archives des musées nationaux aujourd’hui intégrées aux archives de Pierrefitte-sur-Seine], 2HH2(1) [ancienne cotation] : arrêté d’attribution du 20 août 1912. Voir aussi « Liste des œuvres d’art appartenant à l’État et ayant reçu une affectation », Journal officiel, 16 février 1913 : affectation au musée du Luxembourg ; Béatrice Coullaré, La section d’art de la médaille du musée national du Luxembourg (1868-1940), Thèse de doctorat sous la dir. de Bruno Foucart, Paris : Paris IV – La Sorbonne, 2000, vol. II, p. 23, n° 1347, 1348 ; p. 25, n° 1357, 1358 pour lesquels elle réfère à l’Inventaire Poulain de 1931, p. 61.

[19] AEF, RP-13 / MORLON ; Traité relatif à l’édition sous le régime des droits d’auteur des médailles de la série Sports.

[20] Op. cit. Denis Grisel, 1995.

Nous tenons à remercier Ludovic Jouvet pour ses précieux conseils et sa relecture.



Citer ce billet
Katia Schaal (2021, 4 novembre). Le cadre d’Alexandre Morlon exposé au Salon de 1904 : un exemple de dispersion d’un ensemble médaillistique. Au revers de la médaille. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rb5h