Un souvenir métallique du Soldat inconnu : la médaille de Marcel Dammann

Les médailles et les plaquettes évocatrices de la Grande Guerre sont nombreuses. On en dénombre près de deux cents exemplaires dans la collection du dépôt légal conservée au département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Au sein de ce riche fonds, on distingue deux ensembles : d’une part, ce que Charles Saunier nomme la « numismatique de guerre [1]», c’est-à-dire les médailles frappées pendant les évènements, pour soutenir l’effort de guerre, et ce en dépit du rationnement des matières métalliques ; d’autre part, les médailles commémoratives des héros et des grands épisodes militaires de 14-18. Pour ce travail de mémoire, l’Académie des inscriptions et belles-lettres prête son concours au directeur de l’Administration des monnaies et médailles qui est à l’initiative du projet sitôt l’armistice signée.

Dès le 5 décembre 1919, une séance de la Commission des inscriptions et médailles est consacrée à examiner « les conditions dans lesquelles pourrait être entreprise une Histoire métallique de la grande guerre, formant un ensemble d’œuvres commémoratives [2]». Bien que la Commission n’a jamais eu les moyens financiers de soutenir l’entreprise, ni le pouvoir d’imposer quelques noms de médailleurs ou le moindre programme iconographique, les membres, parmi lesquels on trouve Jean Babelon, un académicien pour le moins sensible à l’art de la médaille, et Auguste Patey, membre des beaux-arts et détaché pour l’occasion, sont avisés des projets adressés par les médailleurs et interviennent surtout dans la conception des légendes.

Ce vaste chantier voit les frappes s’étendre de 1919 à 1927. Il occupe aussi une quinzaine de médailleurs dont Marcel Dammann (1885-1939) qui propose en 1923 de rendre hommage au Soldat inconnu.

Marcel Dammann ébauchant la plastiline

À cette date, le nom de Marcel Dammann est déjà familier aux amateurs de médailles. Formé dans l’atelier privé de Jules-Clément Chaplain et à partir de 1904 dans celui que le maître dirige à l’École des beaux-arts, il remporte le Grand Prix de Rome en 1908 avec Jeune fille à sa toilette[3]. En fin technicien, il remplit avec sérieux et talent les obligations de sa pension à la Villa Médicis. En 1911, son dernier envoi témoigne déjà de son style : « une tendance vers l’œuvre simplement exprimée [4]». Ce début de carrière est rapidement récompensé en 1914 par une médaille d’argent reçue au Salon des artistes français. Malheureusement, le début de la guerre l’empêche d’imprimer davantage sa marque. Il est envoyé sur le front de la Marne, où il est fait prisonnier. Ce qu’est qu’une fois libéré de captivité qu’il reprend ses activités de médailleur, recevant dès 1921 une médaille d’or au Salon. L’établissement d’une nouvelle histoire métallique, celle de la Grande Guerre, qui vient succéder aux précédentes, celles des règnes de Louis XIV, de Louis XV, de la Révolution française, de l’épopée napoléonienne, etc…, lui offre l’opportunité de concevoir une grande œuvre.

Marcel Dammann, Au Soldat inconnu, 11 novembre 1920, 1923, médaille biface, bronze frappé par la Monnaie de Paris, D. : 6,8 cm, coll. part.

La commande laisse à Dammann toute liberté dans la confection de la médaille. Pour illustrer le transfert du corps du Soldat inconnu sous l’Arc de triomphe de l’Étoile le 11 novembre 1920 et le ravivage quotidien de la flamme du souvenir, le médailleur propose deux compositions à la hauteur de l’évènement historique et de l’émotion qu’il suscite. Il choisit pour cela d’associer l’allégorie à l’image réaliste de l’entrée solennelle du cercueil sur les Champs-Élysées. Au droit, figurent trois épouses endeuillées qui, telles des vestales, se recueillent et lèvent au-dessus de la tombe quelques palmes, symboles du martyre. Autour d’elles, de nombreuses gerbes forment un épais tapis de fleurs et laissent à peine apparaître l’épitaphe « Ici repose un soldat français mort pour la Patrie – 1914-1918 ». Au revers, huit poilus casqués et vêtus de leur lourde capote portent le cercueil d’un des leurs vers sa dernière demeure. Pour se faire, le cortège funèbre avance en cadence vers l’Arc de triomphe, placé à l’arrière-plan, entre les brumes. La date qui les accoste à gauche rappelle précisément le jour de l’évènement.

Le style sévère et synthétique de Dammann sert parfaitement l’œuvre. Convaincu « qu’une médaille doit être claire et qu’elle doit pouvoir se lire immédiatement [5]», l’économie de moyen permet à l’artiste d’atteindre la monumentalité, sans pour autant sacrifier l’émotion et le mouvement. Tout l’art de Dammann tient dans cette capacité à animer d’un frémissement de vie n’importe quel sujet et ce malgré l’âpreté du métal. Tout l’art de Dammann tient aussi dans la quantité d’esquisses et d’études qu’il réalise avant d’aborder la gravure de l’acier. Il a ainsi longuement cherché la position juste du corps du deuxième soldat du cortège, afin de signifier la réalité du poids du cercueil et l’effort demandé par la procession. Dans les collections du Musée national d’art moderne, il existe la mise au carreau d’une étude très aboutie, sûrement exécutée d’après modèle vivant. La qualité du fusain nous dévoile en outre un grand dessinateur, doué d’une sureté dans le coup de crayon. Un second dessin nous mentionne aussi que la première idée de Dammann se projetait dans une plaquette et non dans le format circulaire de la médaille.

Marcel Dammann, Mise au carreau du deuxième soldat du cortège, vers 1923, fusain sur papier, Paris, musée national d’art moderne, Lux 856 D voir l’œuvre dans sa page

Marcel Dammann, Etude de deux femmes dressées dans la verticalité d’une plaquette, vers 1923, graphite et fusain sur papier, Paris, musée national d’art moderne, AM 4090 D (1) voir l’œuvre dans sa page

Les comptes rendus des séances de la Commission des inscriptions et médailles de l’année 1923 ne nous permettent pas de savoir quand exactement les esquisses ou les maquettes en plâtres ont été soumises à l’approbation des académiciens[6]. Même absence de précision quant à la frappe, que l’inventaire du dépôt légal signale entre avril et octobre 1923. Seule certitude, les premiers exemplaires sont déposés au cabinet des médailles le 22 novembre 1923[7]. Un spécimen figure aussi dans les collections de la bibliothèque de l’Institut de France[8]. Enfin, la médaille est présentée au public à l’occasion d’une première rétrospective consacrée à Marcel Dammann et à onze autres médailleurs, organisée par la revue Aréthuse au printemps 1925[9].

 

[1] Charles Saunier, « La médaille française pendant la guerre », La Renaissance de l’art français et des industries de luxe, fév. 1919, p. 63.

[2] « Commission des Inscriptions et Médailles, projets examinés par l’Académie en 1919 », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1919, n° 63-6, p. 477.

[3] AN, AJ52 343, dossier de Paul-Marcel Dammann : Feuille de valeurs de l’élève.

[4] Rapport sur les envois de 3e année de Marcel Dammann, 1912, dans François Fossier (dir.), Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, Académie de France à Rome / Société de l’histoire de l’art français, t. XV, p. 2317-2319.

[5] Louis Hautecoeur, Exposition des œuvres de Marcel Dammann médailleur, [exposition, Paris, Maison Canale, 1er décembre 1924-31 janvier 1925], Paris : V. S. Canale, 1924, n. p.

[6] « Commission des Inscriptions et Médailles, projets examinés par l’Académie en 1923 », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1923, n° 67-5, p. 453.

[7] Paris, BnF, dép. des monnaies, médailles et antiques, Inventaire du Dépôt légal, DL 15513.

[8] Paris, Institut de France, Médailles, objets d’art et d’archéologie de la bibliothèque de l’Institut de France : Objet 166.

[9] Jean Babelon, Pierre d’Espezel (dir.), Douze médailleurs, [Exposition organisée par « Aréthuse » à la « Cité des Livres », 27 avril au 10 mai 1925], 1925.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Un souvenir métallique du Soldat inconnu : la médaille de Marcel Dammann", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 11/11/2020, https://medaille.hypotheses.org/809.

Cette entrée a été publiée dans Etude, et marquée avec , , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).