Ces signatures homonymiques causes d’erreurs d’attribution

Signature d’A. Falguières

Alexandre Falguière (Toulouse, 1831 – Paris, 1900) appartient à cette brillante génération de sculpteurs de la Troisième République dont la carrière est comblée de commandes, de distinctions et d’un œuvre foisonnant. Or, s’il n’a jamais produit de médailles, ou seulement quelques médaillons de ses proches[1], deux plaquettes pourvues d’une étrange signature sont venues semer le doute sur sa production.

Esméralda, 1909, plaquette uniface, bronze frappé, H. 10,5 x L. 5,9 cm, Paris, Monnaie de Paris, MED 34010. Photo : Monnaie de Paris / DR

Madame Chrysanthème, 1909, plaquette uniface, bronze frappé, H. 10,2 x L. 5,7 cm, Paris, Monnaie de Paris, MED 8566. Photo : Monnaie de Paris / DR

Esméralda et Madame Chrysanthème forment deux plaquettes en bronze d’une honorable qualité. Leur iconographie est éminemment littéraire en renvoyant, pour la première, à l’héroïne hugolienne et, pour la seconde, au personnage éponyme du roman de Pierre Loti, paru en 1888. Tandis que la gracile silhouette d’Esméralda, cheveux lâchés et tambourin tenu au-dessus de sa tête, esquisse un pas de danse devant la façade de Notre-Dame, Madame Chrysanthème se tient de face dans une posture beaucoup plus hiératique. Vêtue d’un kimono, elle porte d’une main une effigie de Bouddha et de l’autre un bouquet. L’aspect décoratif de la composition et le renvoi à l’imaginaire japonais sont encore enrichis par la présence d’une grue aux ailes déployées. Enfin, dans le champ de chacune des deux plaquettes figure une signature dont on lit distinctement un premier « A », suivi d’un « Falguières » aux quatre dernières lettres clairement « embourbées » dans la matière plastique qui a servi à modeler les œuvres. Or, c’est justement cette difficulté à déchiffrer la graphie complète du nom qui a été la cause d’une grossière erreur d’attribution.

« A. Falguière » renvoie immédiatement l’amateur d’art de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle à notre fameux Alexandre Falguière. L’attribution apparaît d’ailleurs si indubitable que les exemplaires de ces plaquettes sont tous attribués au sculpteur dans l’inventaire du Dépôt Légal conservé au département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France et dans la base de gestion des collections de la Monnaie de Paris.

Détail de l’inventaire du Dépôt Légal sur les entrées du 6 mars 1909, BnF

Sauf qu’il y a comme un léger problème de datation…

Ces deux plaquettes sont entrées au Dépôt Légal à la date du 6 mars 1909 parce qu’elle venait d’être frappées dans les ateliers de la Monnaie de Paris. Or en 1909, notre cher Alexandre Falguière était décédé depuis déjà neuf ans ! Il ne peut donc pas s’agir de notre sculpteur, mais bien d’un homonyme.

Concernant cet homme, pour l’instant, nous savons peu de chose. Pas de prénom précis (Armand, Alfred, Alphonse ?). Pas de dates à part une activité dans les années 1900-1910. Pas corpus identifié, sauf ces deux plaquettes. Une seule de nos recherches en archives a pour le moment abouti. Un dénommé A. Falguières est mentionné dans les listes des techniciens de production, actifs à la Monnaie de Paris entre 1884 et 1995[2]. Une piste qu’il faudrait continuer à creuser.

Affaire à suivre donc !

 

[1] Nous renvoyons aux médaillons conservés au dép. des MMA de la BnF dans le fonds Liard qui représentent les bustes de deux de ses camarades de la Villa Médicis : Philippe Boitte (1830-1906), architecte (inv. FL.Falguière.1) et Ernest Guiraud (1837-1892), musicien  (inv. FL.Falguière.2), ainsi que Benjamin Ulmann (1829-1884), peintre d’histoire (inv. FL.Falguière.3).

[2] Savigny-le-Temple, AEF, série IB, carton n° 25.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Ces signatures homonymiques causes d’erreurs d’attribution", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 27/07/2020, https://medaille.hypotheses.org/795.

Cette entrée a été publiée dans Etude, et marquée avec , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).