Trombine de médailleur : Hubert Ponscarme

Avec l’écho[1] qu’a eu le billet précédent consacré, rappelons-le, à la médaille d’honneur des épidémies, nous voulons ici rendre hommage au médailleur qui, en 1885, a eu la responsabilité de concevoir la décoration.

Ces derniers jours, toute la presse s’est interrogée sur la forme que prendrait la « nouvelle » médaille d’hommage aux soignants, que la porte-parole du gouvernement a annoncé le 13 mai 2020 vouloir « réactiver [2]», en illustrant leur article de la décoration conçue par Hubert Ponscarme (Belmont-les-Monthureux, 1827 – Malakoff, 1903).

Cela faisait plus d’un demi-siècle, si on se réfère à l’exposition consacrée en 1967 à La médaille en France, de Ponscarme à la fin de la Belle Epoque[3], voire plus d’un siècle, si on remonte aux hommages posthumes succédant à son décès en février 1903, que le petit nom de ce grand sculpteur-médailleur n’avait plus circulé dans la presse quotidienne. Alors « réactivons » à notre tour le souvenir de cet homme généreux, dévoué à son art, à ses élèves et dont le nom reste intimement attaché à la rénovation de la médaille de la fin du XIXe siècle.

Hubert Ponscarme, Buste de l’artiste par lui-même, 1890-1900, plâtre, localisation inconnue

« Robuste, vif, l’air sorti d’une fresque de Michel-Ange, avec sa barbe de fleuve, ses épaules larges, son air d’autorité, il parle d’une voix sonore avec de grands gestes et son rire est homérique. Au fond, c’est le meilleur des hommes, d’une bonté exquise, d’une franchise peu commune et d’une maladresse absolue dès qu’il s’agit de ‘’soigner’’ sa réputation. [4]»

Originaire des Vosges, peu intéressé par les études de séminariste que lui fait entreprendre son père agriculture et beaucoup plus attiré par la médaille, Ponscarme se rend à Paris aux milieux des années 1840 pour entrer en apprentissage chez un graveur-typographe. Indubitablement doué pour le maniement du burin, il fréquente les ateliers d’Eugène-André Oudiné, d’André Vauthier-Galle et de Louis Merley, tous les trois graveurs en médailles. À la suite de l’épisode 1848 et sans perspective en l’absence de ressource, l’obtention d’une bourse d’étude versée par le Conseil général des Vosges lui permet d’entrer à l’École des beaux-arts. La rencontre avec Auguste Dumont est déterminante. Auprès du maître, il intègre des rudiments de dessin et apprend le modelage. Ce cursus le conduit naturellement au Prix de Rome de gravure en médailles et il monte en loge en 1855. Les conclusions du concours le classe second, derrière Alphée Dubois qui peut ainsi se rendre dans la ville éternelle. Touché par la limite d’âge puisque le concours en ce domaine n’a lieu que tous les trois ans, Ponscarme ne voyagera jamais en Italie.

Il entreprend alors une carrière de portraitiste. Il expose au Salon dès 1857, bénéficie de quelques commandes de la part de la Maison de l’Empereur (buste et profil en médailles de Napoléon III, triple portrait accolé de la famille impériale, etc.) et dix ans plus tard, la présentation de la médaille de Joseph Naudet joue un rôle crucial dans sa carrière, en recevant un fabuleux écho. Cette œuvre concentre toutes les innovations que reprend et développe ensuite la génération du renouveau de la médaille : faible saillie du relief, fusion du modelé avec le fond, suppression du listel, etc.

Hubert Ponscarme, Joseph Naudet (1786-1878), érudit et historien français, 1867-1868, médaille uniface, bronze frappé, D. : 5,1 cm, Paris, musée Carnavalet, ND 4450

En 1871, il est nommé professeur chef de l’atelier de gravure en médailles et en pierres fines à l’École des beaux-arts. Il occupe ce poste durant plus de trente ans de manière à former près de deux cents médailleurs et sculpteurs. Son investissement pédagogique entraine une diminution de sa production de médailles frappées. En revanche, il reste toujours un portraitiste en médaillon recherché.

Peu enclin aux célébrations, il reçoit tout de même une médaille de troisième classe en 1859 et deux rappels en 1861 et 1863. La conception de la médaille de récompense pour l’Exposition universelle de 1867 lui vaut une médaille de première classe, rappelée en 1878, et la rosette de chevalier de la Légion d’Honneur. En dépit de ses relations, il ne passe jamais le grade d’officier et dépourvu d’esprit d’intrigue, il ne réussit pas plus à se faire élire à l’Académie des beaux-arts, malgré deux candidatures.

Très peu préoccupé de savoir si son œuvre allait lui survivre, Ponscarme se trouve aujourd’hui mal représenté dans les collections nationales. Le musée d’Orsay conserve une quinzaine d’œuvres, dont la majorité provient d’un achat effectué par l’Administration des beaux-arts à sa veuve en 1907. Marie Suligowtoski-Dunin s’est par la suite montrée généreuse quand, en 1912, le Petit Palais la sollicite pour compléter sa collection. Le musée d’Epinal est également riche d’œuvres de jeunesse et d’études rassemblées par ses premiers mécènes. Bien paradoxalement, c’est à Hambourg que l’on trouve le fonds le plus riche et le plus complet de médailles et médaillons signés Ponscarme. Rassemblé par le professeur Lichtwark, un numismate alors réputé, l’ensemble est donné en 1901 à la Kunsthalle de Hambourg.

Hubert Ponscarme a bien davantage conçu sa postérité au travers de ses élèves. Toujours actif en 1895, il jette les bases d’une nouvelle esthétique en cherchant à amollir encore plus le modelé de ses médailles et à réduire la saillie à un relief infime. Cette manière, visible à partir du portrait du Docteur Walther, est comparée par la critique à la peinture impressionniste. La nouvelle voie et l’école qui s’ensuivent autour de nombreux émules, dont le meilleur est Ovide Yencesse, seront ainsi baptisées : « l’école du flou ».

Hubert Ponscarme, Docteur Walther, vers 1895, médaillon uniface, bronze fondu, D. : 14,2 cm, Paris, BnF, MMA, FL.Ponscarme.61

 

Pour poursuivre la lecture :

Paul Chevreux, « Le sculpteur médailleur Hubert Ponscarme. Biographie et catalogue de son œuvre », Gazette numismatique française, 1907, t. XI, p. 209-265.

George-Antoine Orliac, Hubert Ponscarme et l’évolution de la médaille au XIXe siècle, Paris : Ch. Hessèle éditeur, 1907.

 

[1] Nous remercions le JDD (article publié le 14/05/2020) et Cnews (article publié le 14/05/2020) pour avoir cité notre étude dans leurs « colonnes ». En revanche, il est toujours regrettable de voir la recherche en histoire de l’art aussi mal considérée par d’autres. Moins consciencieux dans le référencement de leur source, se passant même de tout effort de réécriture, certains journalistes pensent sûrement que parce que nous publions nos articles sur un carnet de recherche en ligne, notre propos s’abstiendrait d’être protégé par le droit d’auteur ! Rappelons que le travail de l’historien·ne de l’art s’appuie sur des archives qu’il a fallu au préalable dépouiller, d’une bibliographie qu’il a fallu synthétiser et d’une analyse d’objets à partir desquels s’établissent des descriptions où les mots sont sciemment choisis. Nous ne remercierons donc pas Le Parisien (article publié le 14/05/2020) où la moitié du contenu exploite le nôtre sans aucune guillemet et même si nous sommes citée à deux reprises. Et nous remercions encore moins BFMTV (article publié le 13/05/2020).

[2] Communication de Sibeth Ndiaye au sortir du conseil des ministres du 13 mai 2020.

[3] La médaille en France, de Ponscarme à la fin de la Belle Epoque, Paris, Musée la Monnaie, juin-septembre 1967, commissariat : Yvonne Goldenberg.

[4] Eugène Thébault cité par George-Antoine Orliac, Hubert Ponscarme et l’évolution de la médaille au XIXe siècle, Paris : Ch. Hessèle éditeur, 1907, p. 61

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Trombine de médailleur : Hubert Ponscarme", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 20/05/2020, https://medaille.hypotheses.org/770.

Cette entrée a été publiée dans Etude, et marquée avec , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).