La médaille et les épidémies 2/2

2e volet : Récompenser le citoyen. La médaille d’honneur des épidémies (1885-1962)

Nous poursuivons l’exploration de cette thématique (d’actualité) en abordant un autre versant de la médaille. Après avoir vu dans le billet précédent comment la médaille a été employée à commémorer l’épidémie de choléra de 1832, nous vous proposons d’évoquer la question de la distinction accordée aux hommes et aux femmes issus de la société civile qui ont fait preuve de courage et d’abnégation à lutter contre la propagation d’épidémies, encore bien nombreuses à survenir à la fin du XIXe siècle et au cours de la première moitié du XXe siècle. Ainsi, il n’est plus tant question de « médaille » que de « décoration civile » et nous quittons le champ de la numismatique pour celui de la phaléristique. De fait, le format des objets diminue. Ils se garnissent de ruban et surtout d’une épingle pour assurer une fonction de portabilité. L’iconographie a tendance à se réduire à la symbolique républicaine et abandonne aux inscriptions une part non négligeable de son espace.

Hubert Ponscarme, Médaille d’honneur des épidémies, exemplaire en bronze frappé entre 1885 et 1889 par le ministère du Commerce, 27 mm, Coll. part.

À la suite de la grande épidémie de choléra de l’année 1884, les autorités décident la création d’une décoration civile. Le décret portant institution d’une médaille d’honneur destinée à reconnaître et à récompenser les services rendus pendant les maladies épidémiques date du 31 mars 1885 et est publié au Journal Officiel le 9 avril 1885[1]. Les archives conservent les listes de récipiendaires[1bis] et une étude approfondie menée par Jules Martin recense pour les trois années qui ont suivi l’entrée en vigueur de la décoration, la distribution de 1161 médailles[2]. Cette étude détaille notamment l’attribution de 662 médailles de bronze, de 643 médailles d’argent, de 27 médailles de vermeil et de 108 médailles d’or, puisque la décoration comporte quatre échelons permettant de valoriser le degré d’investissement dans les actions de désinfection et d’exposition au virus.

Matériellement, cette médaille est commandée à Hubert Ponscarme (1837-1903), l’un des plus éminents médailleurs de la Troisième République. Malgré son investissement en faveur du renouveau de la médaille de son époque, la contrainte fonctionnelle de l’objet ne lui permet pas une folle liberté en matière de création. Ponscarme a pourtant répondu à la commande avec soin. Il semble même avoir mis un peu de lui dans cette réalisation, puisqu’il a personnellement été touché par le choléra en 1849, au retour de son service dans la garde mobile[3]. Dès la parution du décret, il s’attelle à dessiner la composition, puis à graver les outils nécessaires à la frappe de la médaille, si bien qu’à la fin de l’année 1885, la Monnaie de Paris est en capacité de faire sortir de ses ateliers les premiers exemplaires[4]. Georges-Antoine Orliac, le biographe d’Hubert Ponscarme, se trompe donc en affirmant que la médaille des épidémies date de 1887[5].

D’un module de 27 millimètres, la décoration comporte une bélière et un ruban tricolore. Au droit, figure une simple tête à gauche de la République Française, à la lourde mâchoire, au cou tubulaire, aux cheveux laissés libres et seulement  agrémentés d’ailes. L’iconographie est donc loin d’être en rapport avec la destination de la médaille, comme cela a pu être le cas pour les médailles commémoratives. Le médailleur recourt ici à la symbolique républicaine, c’est-à-dire à l’effigie sereine de Marianne, que vient redoubler la légende « RÉPVBLIQUE FRANÇAISE ». C’est au revers qu’apparaissent des symboles bien plus en phase avec l’imaginaire de la Santé. Les attributs qui s’y déploient sont le serpent emblème de la Médecine, la coupe assimilée au vase contenant le breuvage d’immortalité et la palme à la fois symbole de régénérescence, d’immortalité et de victoire. Les trois éléments sont associés dans une composition harmonieuse. La coupe forme l’axe central derrière laquelle est accostée une palme courbe et autour desquelles s’enroule le serpent en de multiples volutes. Sous ces trois éléments se trouve un cartouche dans lequel est toujours gravé le nom de récipiendaire.

Hubert Ponscarme, Médaille d’honneur des épidémies, exemplaire en or frappé entre 1889 et 1921 par le ministère de l’Intérieur, 27 mm, Coll. part.

Le revers comporte différentes variantes de légende en fonction du ministère qui a successivement eu la responsabilité d’attribuer la médaille. À sa création, la gestion est confiée au ministère du Commerce et notamment à son bureau de l’Hygiène. En 1889, elle passe au ministère de l’Intérieur qui conserve cette charge jusqu’en 1921. Naturellement, ce type est le plus diffusé. À partir de 1892, elle est seulement partagée avec le ministère de la Guerre qui est également autorisé à la décerner. En 1921, la création d’un ministère de l’Hygiène, transformé en 1930 en ministère de la Santé publique, met successivement à leur charge la distribution de cette décoration officielle française[6].

Alexandre Morlon, Médaille d’honneur des épidémies, exemplaire en bronze frappé à partir de 1931, 27 mm, Coll. part.

En 1931, soit presque un demi-siècle après établissement du modèle de Ponscarme, ce nouveau ministère décide de refonder les pratiques en privilégiant une médaille d’honneur à un seul échelon et de revoir le type. La commande est confiée à Alexandre Morlon (1878-1951) qui travaille au même moment à l’élaboration d’un nouveau type monétaire pour les pièces de 50 centimes, d’un et deux francs. Cette recherche vient indéniablement nourrir la conception de la nouvelle médaille d’honneur des épidémies puisque l’effigie de Marianne, coiffée d’un bonnet phrygien cerné d’une couronne de feuilles de chêne et de feuilles de laurier est extrêmement proche du profil employé dans la monnaie. L’usage de cette décoration subsiste jusqu’en 1962, où elle finit par être supprimée… sauf qu’en cette période de crise sanitaire, l’utilité d’une telle médaille ressurgit dans le débat public. Un député a déposé le 7 avril 2020 une proposition de loi relative à la création d’une médaille d’honneur des épidémies, cosignées par 36 parlementaires[7]. Si l’unique article évoque sa destination, les règles d’attribution et son financement, espérons que sa réalisation – si le projet aboutit – ne soit pas dénuée de tout intérêt artistique. Cette période a paradoxalement été très créative pour les artistes et les amateurs lorsqu’il s’est agi de remercier nos soignants ! Alors pourquoi ne pas lancer un concours public pour cette médaille d’honneur civile ?

 

[1] « Décret décidant de la remise de la médaille d’honneur des épidémies », Journal officiel, 9 avril 1885, 10e année, n° 97, p. 1865-1866 (à consulter ici). Nous remercions M. Matthieu Guyot pour cette information.

[1bis] AN, F12 5318, Promotions à l’occasion de l’épidémie de choléra de 1884 ; AL 7503, Commission chargée d’examiner les dossiers de propositions pour les médailles des épidémies et pour les médailles d’honneur de l’hygiène. 1913-1934.

[2] Jules Martin, Les décorations françaises, Paris : H. Floury, 1912.

[3] George-Antoine Orliac, Hubert Ponscarme et l’évolution de la médaille au XIXe siècle, Paris : Ch. Hessèle éditeur, 1907, p. 10.

[4] Le versement d’un exemplaire dans les fonds du Dépôt Légal date d’avril 1886. Cf. BnF, dép. des monnaies, médailles et antiques, DL 8826, entré en 04/1886.

[5] Orliac, p. 10.

[6] On la retrouve classer dans cette ouvrage qui constitue la « bible » des phaléristes. Administration des monnaies, Les décorations officielles françaises, Paris : imp. nat., 1956, p. 38.

[7] Proposition de loi relative à la création d’une médaille d’honneur des épidémies, n° 2796, déposée par Philippe Gosselin le 7 avril 2020 http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2796_proposition-loi.pdf

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "La médaille et les épidémies 2/2", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 01/05/2020, https://medaille.hypotheses.org/714.

Cette entrée a été publiée dans Etude, et marquée avec , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).