La médaille et les épidémies

1er volet : Commémorer l’épidémie de choléra de 1832

La période de confinement que nous traversons n’est pas joyeuse et le billet que nous publions ici ne réjouira pas davantage l’atmosphère. Nous proposons toutefois un petit focus sur le thème des épidémies de choléra qu’a successivement connues le XIXe siècle et que la médaille a eues pour objectif de commémorer.

En 1832, le choléra se propage en France après un développement en Inde à partir du milieu des années 1820. Les premiers cas sont répertoriés à Paris à la fin du mois de mars. Six mois plus tard, on dénombre près de 100 000 morts en France. Deux médailles commémorent cette tragédie humaine. Commandées par la Ville de Paris dans les derniers mois de l’année 1832, elles sont mises en concurrence en émanant de deux graveurs en médailles parmi les plus réputés de l’époque.

Ursin Vatinelle, Médaille pour service rendu à l’occasion de l’épidémie de choléra qui touche Paris en 1832, 1832, Bronze frappé, D : 6.8 cm, Paris, Musée Carnavalet, ND 4503

La première est due au burin d’Ursin Vatinelle (Paris, 1798-1881), graveur en médaille qui a obtenu le prix de Rome en 1819[1]. Nous savons que les outils de frappe sont achevés mi-décembre 1832 grâce à une lettre adressée par le préfet du département de la Seine au ministre du Commerce pour requérir l’autorisation d’utiliser les balanciers de la Monnaie de Paris dans le but de produire plusieurs exemplaires[2]. La médaille vise à honorer pour service rendu toutes les personnes qui ont fait preuve de générosité et de dévouement au plus fort de l’épidémie. Le revers prévoit à cet effet un espace pour inscrire le nom du récipiendaire. Au droit, figure la Ville de Paris que l’on identifie à sa couronne tourelée. Elle soutient un malade et lui dévoile la poitrine pour qu’Esculape, le dieu de la Médecine que l’on reconnait à son bâton autour duquel s’enroule un serpent, puisse l’examiner. En se concentrant autour de trois figures, la composition de cette médaille se veut assez simple. Ce n’est que par la quatrième figure, présente dans la partie supérieure, que l’œil distingue d’ailleurs dans un second temps en raison de son relief plus atténué, que l’on comprend la tournure dramatique de la scène. Cette figure démoniaque, affublée d’ailes de chauve-souris et tenant entre ses mains des effluves empoisonnées, n’est autre que l’épidémie de choléra. En donnant son autorisation de frappe par retour de lettre, le ministre du Commerce s’étonne de voir qu’une médaille si ambitieuse et nécessaire à l’Histoire n’ait été réalisée dans des dimensions plus importantes. Il écrit : « Peut-être est-il à regretter que la dimension de la médaille du choléra qui a été fixée à 24 lignes n’ait pu être étendue jusqu’à 30 lignes afin de donner plus d’importance à cette pièce monumentale en lui affectant un module supérieur à celui des médailles ordinaires [3]». De ce regret émane donc une seconde médaille.

Emile Rogat, Médaille commémorative de l’épidémie de Choléra, 1832, bronze frappe, D : 8,4 cm, New Haven, Yale University Library, 2001.87.27564

Emile Rogat (Paris, 1770-vers 1853)[4] propose en effet aux autorités le modèle d’une médaille commémorative de « l’invasion du choléra », comme le mentionne l’inscription de l’exergue, et d’un module de 8,4 cm. Il choisit de rendre le drame plus pathétique que la proposition de Vatinelle, tout en recourant à nouveau à la figure d’Esculape. Cette fois-ci, le dieu prend la place centrale en repoussant de la main droite la Mort, présente sous les traits d’un squelette rieur et pourvu d’une faux, qui emporte avec lui un père d’une famille. Ses enfants n’ont pas d’autre recours que d’implorer l’aide divine. Une petite fille s’est réfugiée auprès d’Esculape, tandis que sa sœur aînée se montre impuissante, la main droite cachant ses pleurs, devant les souffrances de sa mère, à demi-étendue dans un fauteuil et qui semble donner ses derniers conseils au plus jeune de ses enfants. Derrière eux, deux médecins apportent un remède dans une coupe à boire, sous l’œil dubitatif d’Esculape. Malgré les volutes fumantes de la potion, il n’est pas certain qu’elle réussisse à vaincre le virus. La proposition iconographique d’Emile Rogat est jugée si efficace que le conseil municipal de Paris lui alloue 11 000 francs dans les derniers jours de cette tragique année 1832[5]. La somme doit en effet servir à frapper 1000 exemplaires de cette médaille.

 

Ainsi, ces deux objets d’art ont beau évoqué un événement ancien de près de deux siècles, dans le contexte actuel, leur efficience et la mémoire de l’événement qu’ils commémorent nous amènent naturellement à les considérer autrement.

 

[1] Leonard Forrer, Biographical dictionary of medallists, coin, gem- and seal-engravers, mint-masters, etc., ancient and modern, with references to their works, B. C. 500-A. D. 1900, Londres : Spink and son, 1904-1930, t. VI, p. 208.

[2] AN, F21 549, dossier III, lettre préfet du département de la Seine au ministre du commerce et des travaux public datée du 13 décembre 1832.

[3] AN, F21 549, dossier III, minute de lettre du ministre du commerce et des travaux public au préfet du département de la Seine datée du 15 décembre 1832.

[4] Forrer, t. V, p. 191-193.

[5] AN, F21 11, dossier 10, demande d’autorisation de frappe de la Médaille commémorative du choléra.