Profusion de porte-monnaie à la Monnaie

Exposition : Chic et utile, l’art du porte-monnaie

Monnaie de Paris, 17 mai au 4 novembre 2019

Commissariat : Claudette Joannis, Béatrice Coullaré, Dominique Antérion

 

Ferme aujourd’hui à la Monnaie de Paris une exposition qui fait la part belle à un écrin dont nous ne pourrions nous passer dans notre usage quotidien de la monnaie métallique : le porte-monnaie.

Porte-monnaie Le Tanneur dit « sans couture », 1905

Grâce à la collection qu’Henri Joannis-Deberne a patiemment rassemblée durant plus de quarante ans et à des prêts exceptionnels du musée Carnavalet, du musée de la nacre à Méru et de quelques grandes maisons de maroquinerie parisiennes, le musée du 11 quai Conti propose en marge de son parcours permanent de revenir sur un accessoire para-numismatique aussi utile que précieux.

En faisant le choix de se concentrer sur un siècle de production compris entre les années 1830 et 1930, l’introduction ne revient que brièvement sur les antécédents du porte-monnaie. Bourses, escarcelles, balantines et réticules ne sont évoqués qu’autour de rares exemplaires dont on retient surtout la riche aumônière qui agrémentait le costume de Sarah Bernhardt dans le rôle de Gismonda. Brodée de fils métalliques, ornée d’une fausse améthyste et pourvue d’un fermoir en cuivre ciselé, elle complétait le costume de la comédienne tout en restant en parfait accord avec ses motifs textiles.

C’est donc au mitan du XIXe siècle qu’apparaît le porte-monnaie dans son acception moderne, allant de pair avec l’émergence d’une puissante classe bourgeoise qui institue de nouvelles règles d’apparence. Le porte-monnaie vient ainsi compléter l’attirail de petits objets issus des arts de la parure dont s’entoure la femme (éventail, porte-bouquet, carnet de bal…) et devient indispensable aux activités économiques des hommes en se transformant rapidement en porte-louis ou en portefeuille pour y contenir, en plus, quelques billets.  

Le parcours de présentation revient sur les différents moments de vie où le porte-monnaie est offert en présent, comme la communion ou le mariage. Il est aussi surprenant de constater que le format miniature, employé dans le jeu d’enfant et notamment dans les attributs de la poupée, se répand pour intégrer très tôt l’usage social de l’objet.

Le porte-monnaie permet encore d’évoquer la diversité des métiers qui interviennent dans sa réalisation. Ce petit objet se trouve en effet au carrefour des arts de la tabletterie, de la maroquinerie, de la ciselure, de l’orfèvrerie, mais aussi de la peinture sur porcelaine ou de la joaillerie pour les plus riches exemples. Les recherches menées dans le cadre de l’exposition ont notamment révélé qu’entre 1847 et 1901, pas moins de 598 brevets relatifs au perfectionnement du porte-monnaie ont été déposés. Retenons le premier, émis dès 1847 par Joseph Poullain, fabricant de bijoux, qui propose un nouveau mécanisme de fermoir plus simple et surtout plus sûr !

Publicité pour fermoirs de porte-monnaie du fabricant H. Didout fils, 1877

L’exposition possède l’avantage didactique de présenter le porte-monnaie autour de grandes typologies. Il se trouve alors décliné sous tous ses matériaux : le galuchat, l’écaille, la nacre, le textile, l’ivoire, la perle, le métal, l’émail, la porcelaine, le plastique, le celluloïd, etc… Si on comprend parfaitement le « chic » que confère l’objet, cette longue énumération peine toutefois à explorer l’« utile ». Beaucoup de questions sur son usage au quotidien nous assaillent, sans que l’on réussisse à trouver les réponses. Tous ces riches porte-monnaie ont-ils vraiment servi ? Au regard de l’état de conservation qui ne révèle aucune trace d’usure, sont-ils vraiment passés de poches en poches, de mains en mains ? Et si tous ces porte-monnaie ne sont qu’apparat, il aurait été appréciable de les voir mis davantage en rapport avec le vêtement et les différentes modes qui l’affectent.

Cette promenade sur le porte-monnaie s’achève sur les plus excentriques d’entre eux. Certains sont multifonctionnels en cumulant un contenant à monnaie avec une trousse de couture ou un nécessaire à manucure. On découvre que des artistes s’y sont intéressés pour y proposer d’innovants décors ornementaux, comme Frédéric de Vernon avec sa plaque Le Rêve. Enfin, les grandes maisons de luxe investissent elles aussi le thème pour mieux le détourner, en témoigne une palette à maquillage Chanel en forme de porte-monnaie matelassé ou le sac du soir Van Cleef & Arpels qui magnifie la forme de la bourse médiévale dans un treillage d’or pourvu d’un cordon ponctué d’anneaux en diamants.

Frédéric de Vernon, Porte-monnaie Le rêve, 1901-1903

De l’exposition, il reste un album et un ouvrage dirigé par Claudette Joannis, intitulé L’histoire du porte-monnaie : c’est dans la poche ! paru aux Éditions Faton.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Profusion de porte-monnaie à la Monnaie", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 03/11/2019, https://medaille.hypotheses.org/543.

Cette entrée a été publiée dans Compte-rendu, et marquée avec , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).