La sociabilité des artistes graveurs : deux organes qu’il reste à étudier

Croquis, La Revue artistique, déc 1910, p. 11

La Société des artistes graveurs en pierre fine français

Entre la fin du XIXe siècle et la première décennie du XXe siècle, les sociétés d’artistes abondent en France. Nombreux sont les artistes à poursuivre les mêmes ambitions, les mêmes idéaux et les mêmes difficultés artistiques, si bien que l’idée de s’associer dans le but de défendre des intérêts communs leur apparaît une solution idéale.

En marge des sociétés de peintres de marine[1], de sculpteurs-modeleurs[2], d’aquarellistes[3] déjà bien connues et étudiées par la recherche universitaire[4], il existe une société fondée le 28 juillet 1910 dans le but de protéger et de promouvoir un art et une catégorie d’artistes souvent oubliés : la gravure en pierres fines et les lithoglyphes.

Nous publions ci-dessous les statuts de cette société dont La Revue artistique relate, dans un article du 1er octobre 1910, les conditions de formation autour d’une dizaine de participants[5].

ARTICLE PREMIER. – Il est formé entre tous les artistes graveurs sur pierre fine français, une société avant pour but la défense des intérêts généraux de cette catégorie d’artistes.

ART. II — La Société prendra le titre de : Société des Artistes Graveurs en pierre fine français.

ART. III. – La Société aura son siège social à Paris, 26, place du Marché-Saint-Honore et pourra être transférée dans un tout autre local.

ART. IV – La Société se composera d’un président, de deux vice-présidents, d’un secrétaire trésorier, élus pour cinq ans par l’assemblée constitutive et rééligibles.

ART. V – Toute modification aux présents statuts ne pourra avoir lieu qu’après un vote conforme d’une assemblée générale, convoquée à cet effet, et après une délibération des trois quarts des électeurs présents.

ART. VI. – Le prix de la cotisation est de 2 francs par an.

ART. VII — Les présents statuts, votés par l’assemblée constitutive, seront déposés conformément à la loi.

Fait et délibéré en l’assemblée générale des Artistes Graveurs sur pierre fine français, le 28 juillet 1910.

Ont élus : Président d’honneur, M. Emile Massard, conseiller municipal ; président, M. Lechevrel ; vice-présidents, MM. Lemaire (Georges) et Lucien Klotz, critique d’art ; secrétaire-trésorier, M. Tonnelier. Conseil juridique, Ed. Weill.

Dans l’état actuel de la recherche, nous n’avons aucune connaissance des activités de la Société des artistes graveurs en pierre fine français, ni si elle a subsisté à la première guerre mondiale.

 

La Société française des artistes graveurs en médailles

Un deuxième organe de sociabilité assez similaire dans son ambition, nous intéresse tout particulièrement, sans que nous bénéficiions à ce jour d’éléments suffisants pour alimenter son historique : la Société française des artistes graveurs en médailles.

Plus ancienne dans sa fondation, puisqu’il semble qu’elle ait été créée au début des années 1880, la Société française des artistes graveurs en médailles fédère davantage d’acteurs. Elle a pour présidents d’éminents médailleurs comme Jules-Clément Chaplain, dont on sait avec certitude l’investissement en 1884 ; Frédéric de Vernon, vers 1910 ; puis Henri Dubois, vers 1919. Un autre nom fameux apparaît encore, celui de Paulin Tasset, secrétaire dans les années 1890.

Sans avoir connaissance de la publication de statuts, cette société joue un rôle non négligeable dans la lutte qui agite les graveurs en médailles de cette époque à revendiquer une liberté de fabrication pour leurs œuvres. Cette réclamation porte notamment sur l’abandon du monopole de frappe que se réserve encore à la fin du XIXe siècle l’institution centrale qu’est la Monnaie de Paris. Leur doléance aboutit à une heureuse fin, puisqu’en 1893, une loi permet la libéralisation du marché de l’édition de médailles.

 

La rédaction de cet article nous sert ainsi à solliciter l’aide de la communauté scientifique et des amateurs de médailles pour faire progresser l’état de la connaissance sur les activités, la structure administrative et les membres de ces deux sociétés. En formulant d’avance des remerciements, nous serions honorée de pouvoir bénéficier de quelques pistes en ce sens.

 

[1] La Société des Peintres de la Mer est active à Dieppe.

[2] L’Union artistique des sculpteurs-modeleurs est fondée à Paris en 1890.

[3] La Société d’aquarellistes français, active entre 1879 et 1896, organise des expositions thématiques autour du pastel à la galerie de Paul Durand-Ruel.

[4] Le programme de recherche de l’INHA Les Sociétés des amis des arts, de 1789 à l’après-guerre a référencé plus d’une soixantaine de sociétés d’artistes implantées sur tout le territoire français. Nous renvoyons à la carte interactive qui permet ensuite d’accéder aux notices documentaires de ces organes de sociabilité. http://bit.ly/2Pqz27v

[5] Lucien Klotz, « Information – les graveurs en pierres fines », La revue artistique, n° 1, octobre 1910, p. 9. Étaient présents : MM. Tonnelier, G. Lemaire, Godet, Lechevrel, Jamain, Douvron, Pétremant, Horvatte, Klotz, E. Weill.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "La sociabilité des artistes graveurs : deux organes qu’il reste à étudier", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 11/09/2019, https://medaille.hypotheses.org/506.

Cette entrée a été publiée dans Etude, et marquée avec , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).