Des médailles aux écoinçons d’une remise de médaille

Parmi l’exposition fleuve Paris Romantique présentée en ce moment au musée du Petit Palais, il est sûrement une œuvre que peu de visiteurs observent. D’abord parce qu’elle se trouve sur un pan de mur perpendiculaire à la mise à distance et ensuite parce que les objets qui l’entourent sont bien plus fastueux.

Peintre anonyme, Le duc d’Angoulême remettant la médaille de bronze à l’ébéniste François Baudry, 1827, huile sur toile, Paris, Arts décoratifs, inv. 2009.169.1.

Cette toile d’un peintre anonyme montre le duc d’Angoulême, fils de Charles X, remettant une médaille de bronze à l’ébéniste François Baudry en reconnaissance de son talent et des progrès qu’il vient d’apporter à l’industrie du bois. Nous sommes en 1827, dans le contexte de la troisième Exposition des produits de l’industrie où cet ébéniste de renom présente un lot de meubles conçus à la dernière mode. Cet ensemble mobilier constitue le décor de la scène : à droite, une commode à vantaux ; un fauteuil tendu de drap de laine cramoisi ; à l’arrière, un lit nacelle ; et tout au fond, un secrétaire triomphalement surmonté d’un trophée inscrit « EXPOSITION de 1827 ». L’invention de François Baudry réside dans la mise au point d’une technique du plaquage de bois clair, incrusté de filets d’essence plus sombre, sur un bâti aux courbes généreuses. Il faut en outre signaler que la plupart de ces objets, notamment le lit nacelle, est conservé à Paris, au musée des arts décoratifs, tout comme cette toile acquise en vente publique en 2009.

Mais revenons-en à la scène. Elle montre l’ébéniste, en frac noir, se tenant seul devant le duc d’Angoulême qui lui remet directement la médaille, de la main à la main, sans qu’elle ne soit contenue dans un écrin et surtout sans véritable cérémonie. En comparaison, on pense à la distribution des récompenses aux artistes du Salon de 1824, que François Joseph Heim a immortalisé dans une large toile.

François Joseph Heim, Charles X distribuant des récompenses aux artistes à la fin du Salon de 1824, 1825, huile sur toile, Paris, musée du Louvre.

C’est une véritable foule qui entoure Charles X, de façon bien plus réaliste que la confrontation intimiste qui nous occupe entre un protecteur de l’art et un artisan. D’ailleurs, pour rétablir la vérité historique, en 1827, la cérémonie de remise de récompenses aux meilleurs exposants se déroule bien aux Tuileries. Nous sommes donc en présence d’une scène complètement recomposée, voire complètement imaginée. Le caractère naïf de la représentation encourage à penser qu’elle a été produite dans l’entourage de Baudry pour en conserver le souvenir. Malgré le caractère rudimentaire de la technique picturale, le dessin a également servi à illustrer les en-têtes de la correspondance de l’artisan, comme l’indique une notice d’Odile Nouvel.

En dépit de toutes les critiques que nous venons de formuler, pourquoi cette œuvre insignifiante reste-elle intéressante ? Il faut pour cela dépasser la scène principale et porter son attention sur un détail, ou plutôt sur quatre détails placés aux écoinçons du tableau. On y distingue quatre reproductions de médailles dont nous proposons d’identifier les types.

Commençons en haut à droite. L’effigie de profil à gauche correspond tout simplement au portrait du duc d’Angoulême gravée par François Caunois en 1823 à l’occasion de son retour de la campagne d’Espagne et de son entrée triomphale à Paris le 2 novembre 1823. Le buste conçu par le graveur en médailles est tout en simplicité : col nu, les cheveux bouclés, le maxillaire couvert d’une rouflaquette. Le seul élément qui confère toute la dignité au personnage réside dans la couronne de laurier.

François Caunois, Portrait du duc d’Angoulême, 1823, bronze frappé (exemplaire emprunté à la collection du musée Carnavalet, ND 4263).

Poursuivons en haut à gauche. Le champ de la médaille est constitué de la République française, coiffée d’un bonnet phrygien, tenant plusieurs couronnes de laurier et d’une personnification de l’Industrie, les bras chargés d’un caducée et d’un gouvernail. Comme toujours dans la médaille, la légende permet d’en comprendre la destination : les « encouragemens et récompenses à l’industrie ». Cette composition a en effet été imaginée par Benjamin Duvivier pour servir dès la première Exposition de l’industrie qui s’est tenue en 1799.

Détail de l’écoinçon supérieur gauche du tableau

Benjamin Duvivier, Médaille utilisée dès la première Exposition de l’industrie en 1799, modèle daté de 1799, médaille biface, bronze frappé, d : 5,5 cm (exemplaire emprunté à la collection du musée Carnavalet, ND 2575).

Quant aux deux médailles du registre inférieur, pour l’instant nous n’avons pas encore identifié de manière incontestable leur modèle métallique. Toujours est-il qu’elles font référence à une Minerve protectrice de l’agriculture, du commerce et des arts ou à une tout autre matrone assise sur un imposant trône, dispensatrice de couronnes de laurier et entourée d’une multitude d’instruments et d’outils. 

Parmi ces quatre types de médailles, un, voire deux d’entre eux, garnit sûrement une face de la récompense remise à François Baudry. L’objet en question, de dimension réduite par nature, n’est évidemment pas identifiable, en plus d’être caché par les mains gantées qui s’avancent pour donner tandis que l’autre se tend pour recevoir. Ces quatre médailles placées aux écoinçons du tableau ont donc une réelle utilité : dévoiler la surface d’une récompense et valoriser une scène qui rend compte de son usage.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Des médailles aux écoinçons d’une remise de médaille", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 20/08/2019, https://medaille.hypotheses.org/489.

Cette entrée a été publiée dans Etude, et marquée avec , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).