La conquête lunaire et la médaille

Si les événements historiques commémorés par la médaille tendent à se raréfier au XXe siècle, il en est un que ce domaine de l’art n’a pas oublié : la conquête de l’espace. À l’aide de cinq médailles issues des balanciers de la Monnaie de Paris, retraçons quelques épisodes de ces exploits de la science, conjugués au courage humain.

André Galtié est le premier médailleur à avoir inscrit sur une rondelle de métal de 7,2 cm de diamètre une des tentatives d’atteindre la Lune par un engin spatial. Le 2 janvier 1952, la petite sonde soviétique Luna 1 ne parvint pas à se satelliser sur l’orbite lunaire. Toutefois, en passant à proximité de l’astre, elle marqua une première étape que Galtié a symboliquement gravée dans le champ de la médaille par un grand pas de l’homme entre la sphère terrestre et la sphère lunaire. La fine légende circulaire qui est disposée au droit de la médaille note à ce titre que « L’homme a dominé l’attraction terrestre ». Au revers, la fusée se propulse dans le cosmos ponctué d’étoiles rayonnantes et de petits astéroïdes, tout en passant devant la Lune.

André Galtié, L’homme a dominé l’attraction terrestre, le 2 janvier 1952, 1968, argent frappé, D : 7,2 cm.

Bernard Laborie rend quant à lui hommage aux trois astronautes de la mission Apollo VIII qui effectuèrent le premier voyage circumlunaire le 24 décembre 1968. Comme de tradition dans la médaille, c’est l’avers qui supporte les profils accolés des trois hommes. Leur combinaison, brodée du logo de la NASA et de leur nom, nous rappelle l’identité de l’équipage. De gauche à droite, figurent Frank Borman, James Lovell puis William Anders, la mine très concentrée vers leur objectif qui est finement présenté en haut à droite. Un bout de Lune constellé de nombreux cratères se trouve en effet dans leur ligne de mire. Au revers, ces cratères sont d’autant plus saillants et correspondent à la manière quelque peu heurtée de Bernard Laborie.

Bernard Laborie, Apollo VII. Premier voyage circumlunaire, Noël 1968, 1983, argent frappé, D : 6,8 cm.

L’événement dont nous commémorons actuellement le cinquantenaire n’est autre que le premier pas de l’homme sur la Lune. Ces fameuses traces de bottes dans la poussière lunaire sont précisément représentées au revers de la médaille, sous la date et même l’heure française de l’exploit : le 21 juillet 1969 à 2h56. Sur le droit de la médaille, Pierre Revel a choisi de fixer le moment où Neil Armstrong planta le drapeau américain. Mais avec une grande subtilité, le médailleur a composé une image réfléchie dans le scaphandre même de Buzz Aldrin d’où le pourtour incertain de la composition, qui reprend en fait l’aspect de la combinaison spatiale, puis la surface lisse du casque.

Pierre Revel, Le premier pas sur la Lune, 21 juillet 1969, 1979, argent frappé, D : 6,8 cm.

Plus réaliste est le registre de la médaille suivante. Elle retrace, à l’avers, le décollage puis, au revers, l’atterrissage de la navette spatiale Columbia depuis Cap Canaveral à la base Edwards en Californie entre le 12 et le 14 avril 1981. Les inscriptions se montrent ici très bavardes. Elles nous donnent le nom du capitaine et du pilote, le temps de vol, la vitesse et le point culminant de l’orbite atteinte. Peu de place est ainsi laissée à la figuration du vaisseau qui doit en plus composer avec l’important volume de fumée que dégagent ses réacteurs lors du décollage et la foule venue acclamée son retour.

Karol Lacko, Aller-retour de la navette spatiale Columbia, 1982, argent frappé, D : 6,8 cm

Enfin, pour rendre hommage à l’investissement des spationautes français, Isabelle Very a portraituré Patrick Baudry et Jean-Loup Chrétien dans une médaille commémorant la mission franco-soviétique qui s’est déroulée du 24 juin au 2 juillet 1982. L’effigie des deux cosmonautes, prêts au décollage puisqu’ils portent déjà leur imposante combinaison, a été élaborée à partir des images faites par une agence de presse russe à l’occasion d’un reportage en préfiguration de leur départ. La photographie ayant le plus circulé les montre posant assis devant le vaisseau Soyuz T6 qu’Isabelle Very a préféré disposer au revers de sa médaille. Dans l’espace céleste, Soyuz T6 rejoint ainsi la station orbitale Salyut 7. Autour de ces deux satellites artificiels, le vide spatial est figuré par de larges tourbillons qui animent le champ de la médaille. Celui-ci conserve d’ailleurs une surface mate comme pour correspondre à l’obscurité du système solaire.

Isabelle Very, Patrick Baudry et Jean-Loup Chrétien, premiers spationautes français de la mission scientifique franco-soviétique, 24 juin – 2 juillet 1982, 1983, argent frappe, D : 7,2 cm.

 

Novosti (the Russian news agency), Jean-Loup Chrétien and Patrick Baudry, 1981, black and white photo, 18 x 24 cm.

Ces cinq exemples témoignent de la fascination que les hommes ont eue pour les différents épisodes de la conquête lunaire et la médaille, qui par destination historique sert à conserver en mémoire les hauts faits de l’humanité pour les transmettre à la postérité, a ici pleinement joué son rôle.

 

Référence visuelle :

Les cinq objets ayant servi à illustrer cet article sont issues d’un cadre de vingt-neuf médailles, conservé dans les collections du musée du Septennat de Château-Chinon (inv. 58 DFM FRA 357).

Ce cadre, offert en 1983 à François Mitterrand, alors président de la République française, commémore le bicentenaire de la conquête de l’espace.

 

Référence bibliographique :

Hubert Curien, « L’espace dans un fauteuil », Bulletin du Club français de la médaille, n° 90-91, 1er et 2e trimestre 1986, p. 18-19.


Publié par

Katia Schaal

Chargée d'études et de la recherche - INHA Doctorante en histoire de l'art contemporain - École du Louvre / Université de Poitiers