La médaille française sous Henri II

Exposition : Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

La commémoration des cinq cents ans de la naissance d’Henri II (1519-1559) est l’occasion pour le musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye de revenir sur ce roi que la postérité a eu tendance à oublier entre les fastes de son père, François Ier, et les frasques de son épouse, Catherine de Médicis. Si l’exposition revient en grande partie sur son entourage, son action en matière d’architecture pour la transformation du château de Saint-Germain-en-Laye ainsi que ses abords et sur les fastes de la vie de cour, une petite section est consacrée aux progrès de l’industrie monétaire et à l’essor créatif de l’art de la médaille au milieu du XVIe siècle.

Dans la chapelle, se déploie une vitrine circulaire qui met en valeur une vingtaine d’objets métalliques de façon édifiante. Le dispositif de présentation a choisi une présentation qui fait en quelque sorte « léviter » les médailles grâce à de très fines pattes métalliques. L’exemplarité de la présentation ne vient pas uniquement de cette association harmonieuse qui attire l’œil du visiteur dès lors qu’il pénètre dans la chapelle, mais aussi du choix qu’il a été fait de présenter à la fois des médailles, des coins et des poinçons pour révéler les progrès techniques de l’époque en matière de gravure et de mécanisation de la frappe.

Vitrine des médailles au sein de l’Exposition Henri II au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.
Médaille, poinçon partiel de revers et matrice de revers de L’Alliance avec l’Allemagne en 1552. Objets provenant de la Monnaie de Paris et du musée national de la Renaissance.

Au début du règne d’Henri II, la monnaie est encore frappée au marteau, engendrant des pièces irrégulières, susceptibles d’être rognées, comme le montre dans l’exposition l’écu d’or à l’effigie du roi daté vers 1549. Le connétable Anne de Montmorency s’active alors à trouver le moyen de limiter la contrefaçon monétaire. Le 31 janvier 1549, une ordonnance rédigée à Saint-Germain-en-Laye impose en premier lieu que toutes les espèces du royaume de France soient frappées d’après de nouveaux coins. On doit leur gravure à Marc Béchot (1520-1557) qui devient, par lettres patentes du 1er août 1547, le premier graveur général des Monnaies d’une longue lignée. Anne de Montmorency préconise également au roi d’appliquer à la production monétaire française les progrès qui viennent d’être faits par les orfèvres d’Augsbourg. Préalablement à l’opération de frappe, leur laminoir prépare les plaques de métal qui sont ensuite détaillées à l’aide de coupoirs. Chaque flan est alors forgé sous le balancier offrant désormais des pièces parfaitement rondes et pourvue d’un fort relief. En 1550, Guillaume de Marillac, intendant des Finances, se rend en compagnie d’Aubin Olivier, mécanicien actif à Paris, à Augsbourg pour étudier ces nouveaux procédés. Ils reviennent à Paris avec plusieurs machines qu’ils installent aux logis des Étuves, que Natalis Rondot situe à l’extrémité occidentale de l’île de la Cité, c’est-à-dire sur l’actuel quai de l’Horloge. L’emplacement forge le nom de la nouvelle institution, la Monnaie du Moulin des Étuves, définitivement autorisée en juillet 1553. Ainsi produits, les nouveaux types sont présentés au Roi qui juge la gravure « singulière, subtile et excellente ».

Écu d’or, teston de la Monnaie des Étuves et ordonnance de 1554.

Le court texte de la vitrine rappelle de manière efficace l’origine de la médaille, son introduction en France sous le règne de Charles VII et la maigre production sous Louis XII et de François Ier pour insister sur la mise en place d’une politique proactive en matière de création et de diffusion. Au-delà des courtes descriptions et des commentaires historiques sur les évènements qu’ils commémorent, les médailles elles-mêmes évoquent cette recherche dans la conception des effigies du souverain et de sa famille qui laissent transparaître plus de naturel. Au revers, les allégories et les compositions symboliques prennent davantage d’ampleur pour rappeler quelques traités d’alliance ou victoires militaires, comme La Trêve de Vaucelles, signée le 5 février 1556, où les silhouettes équestres d’Henri II et de Charles Quint se serrent la main, surmontés d’une Renommée et entourés de leur armée respective.

S’il ne fallait retenir qu’une médaille, c’est bien cet étonnant exemplaire attribué à Jacques Rouaire (vers 1520-1571), maître orfèvre de Troyes, provenant des collections du musée des Beaux-arts de Lyon. Elle contient quatre bustes superposés à droite d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce (nous donnons la description du premier plan au dernier). Si le contexte de sa réalisation et sa signification restent énigmatiques, cette médaille n’en demeure pas moins fascinante dans le foisonnement des détails de l’armure ou du drapé à l’antique que revêt chaque buste et le traitement consciencieux de chaque physionomie. Il faut toutefois préciser un élément technique que le cartel ne mentionne pas. Cette médaille est réalisée par le biais du modelage et de la fonte, processus qui permet à l’artiste de tels détails et de se conformer aux progrès qui se jouent en même temps dans l’art du portrait.

Jacques Rouaire, Médaille aux effigies d’Henri II, Charles Quint, Jules César et Lucrèce, avant 1559, Lyon, musée des beaux-arts.

Cette petite présentation a donc le grand mérite de nous dévoiler une série métallique cohérente, qui, sans prétendre prendre la forme d’une histoire métallique, encourage la Monnaie des Médailles au XVIIe siècle à refaire et parfaire certains types, pour servir de jalon à la composition de celle de Louis XIV.

Pour rappel :

Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, du 31 mars au 14 juillet 2019.

Référence bibliographique :

Natalis Rondot, Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, Paris : A. Leroux, 1904.



Citer ce billet
Katia Schaal (2019, 2 juin). La médaille française sous Henri II. Au revers de la médaille. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rb4z