Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !

« Que l’année nouvelle soit pour vous source… jaillissante de joies ». Ainsi reprenons-nous cette formule de la médaille de Bernard Turlan pour débuter 2019 et vous souhaiter une année riche en découverte médaillistique.

Droit de la médaille de Bernard Turlan, 1980 (modèle), bronze frappé à la Monnaie de Paris

Cette imposante médaille de dix centimètres de diamètre, confectionnée en 1980 à la suite d’une idée de Pierre Dehaye, directeur de la Monnaie de Paris d’alors, a trouvé une concrétisation originale sous le burin de Bernard Turlan. Cet authentique graveur en médailles, car spécialiste de gravure en taille directe, nous propose une iconographie fourmillante et détonante, à la hauteur des vœux que l’on voudrait souhaiter à son entourage.
Dans un éclat de lignes acérées et rayonnantes que réussit tout particulièrement à conserver une mise en œuvre de l’outillage pour le biais de cette technique, une silhouette féminine émerge d’un fond foisonnant. Véritable allégorie d’une année qu’on espère pleine de ravissement, elle se trouve auréolée d’une imposante chevelure tandis que son visage et sa gorge ont été composés grâce à la réserve conservée dans le métal. Autour d’elle, les flocons de neige se mêlent encore aux pierreries et aux plumes.
Parmi ce décor, la légende a délibérément été rejetée sur le côté droit du champ. Elle reste surtout en suspens sur le terme « Source… », de manière à laisser au spectateur tout loisir d’espérer ce que bon lui semble, avant de retourner l’objet au creux de sa main pour y découvrir la suite. En effet, le vœu s’achève sur le revers de la médaille et comme le suggère l’inscription, l’iconographie se veut « jaillissante de joies ».

Revers de la médaille de Bernard Turlan

Deux corps de danseurs se font face dans un pas d’arabesque explosif. La composition du revers se poursuit donc sur ce rythme éclatant et refusant tout effet d’axialité. Seule une ligne d’exergue, sous laquelle vient se placer la signature de Bernard Turlan, rappelle la lointaine convention de la médaille. L’effet d’éclat provient enfin du choix du matériau : un bronze florentin. L’alliage métallique tient sa coloration jaune et particulièrement lumineuse dans la faible quantité d’étain associé au cuivre.

Un exemplaire de cette médaille se trouve notamment dans la collection du musée du Septennat de Château-Chinon, en ayant servi de cadeau remis à François Mitterrand en 1983.

Pour citer ce billet : Katia Schaal, "Que l’année nouvelle soit pour vous source jaillissante de joies !", publié dans le carnet de recherche Au revers de la médaille, le 08/01/2019, https://medaille.hypotheses.org/308.

Cette entrée a été publiée dans Etude, et marquée avec , , le par .

À propos Katia Schaal

Doctorante en histoire de l'art contemporain (École du Louvre / Université de Poitiers) Historienne de la médaille et de la sculpture XIX-XXe siècles, consacrant sa thèse à l'essor de la médaille de sculpteur à l'époque de la médaillomanie (1880-1920).