Annonce d’une conférence au musée Sandelin (Saint-Omer, 9 mars 2024) : Entre folklore et fleuret : l’œuvre médaillistique d’Ernesta Robert-Mérignac (1849-1933)

Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, le musée Sandelin de Saint-Omer organise un week-end événement du 8 au 10 mars 2024 en hommage à Ernesta Robert-Mérignac, une artiste audomaroise née en 1849, dont les œuvres sortiront des réserves pour intégrer le parcours de visite “Histoire et trésors de l’Audomarois” du musée Sandelin.

Carte de visite d’Ernesta Robert-Mérignac

A cette occasion, des visites guidées, une exposition-vente, une balade musicale sont organisées. Toutes les informations sont à retrouver sur le site du musée. 

Le temps fort du week-end aura lieu samedi 9 mars 2024. Une rencontre réunira Catherine Gonnard et Katia Schaal pour deux conférences. 

15h : L’enseignement des femmes artistes… un droit chèrement acquis par Catherine Gonnard, journaliste et essayiste, membre de l’AICA
A la fin du 19e siècle en France, des femmes artistes s’unissent pour exposer et lutter pour avoir le droit d’aller à l’école des Beaux-arts. D’autres vont découvrir la modernité dans des académies mais cela a un prix… Quelques-unes s’exercent auprès d’autres femmes. Pour toutes, il s’agit d’en faire profession.

16h : Entre folklore et fleuret : l’œuvre médaillistique d’Ernesta Robert-Mérignac (1849-1933) par Katia Schaal docteure en histoire de l’art contemporain, A.T.E.R. à l’Université de Poitiers
En dépit des difficultés inhérentes à la condition des femmes artistes, Ernesta Robert-Mérignac sut s’imposer dans le milieu de l’art de la médaille à partir des années 1910. Elle composa plusieurs séries métalliques inédites, dont ses contemporains retinrent Les plus belles coiffes de France (un ensemble de plaquettes figurant à l’avers un profil de femme en costume et coiffe à typicité régionale et au revers un paysage correspondant au terroir), Les belles attitudes de l’escrime (dont chacune fixe la perfection du geste enseigné par la dynastie de maitres d’armes qu’elle rejoint en épousant Émile Mérignac) et une série de Portraits démontrant son acuité à saisir la physionomie et le caractère de ses modèles. La notoriété de cette production arriva néanmoins tard au regard du complément de formation qu’elle demanda en 1905 à sa consœur Geneviève Granger et d’un premier contrat d’édition signé avec la Monnaie de Paris à l’âge de 58 ans. Malgré tout, l’ambition artistique d’Ernesta Robert-Mérignac fut aussi sincère qu’originale. Elle se compléta même d’une action féministe qui dépassa sa propre personne puisqu’elle s’activa dans la promotion des femmes artistes en présidant la société Les Unes.

 

 

 



Citer ce billet
Katia Schaal (2024, 24 février). Annonce d’une conférence au musée Sandelin (Saint-Omer, 9 mars 2024) : Entre folklore et fleuret : l’œuvre médaillistique d’Ernesta Robert-Mérignac (1849-1933). Au revers de la médaille. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwgs